BFM Patrimoine

Cette PME spécialisée dans la cyber-sécurité s'envole en Bourse

Une PME spécialisée dans la cyber-sécurité gagne plus de 20% à la Bourse de Paris (Photo d'illustration)

Une PME spécialisée dans la cyber-sécurité gagne plus de 20% à la Bourse de Paris (Photo d'illustration) - Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

Wallix, une PME française qui emploie 65 personnes, a vu son cours de Bourse grimper de plus de 20% après la cyberattaque de vendredi.

Alors que la cyberattaque de vendredi aurait fait plus de 200.000 victimes dans près de 150 pays, il y a tout de même une société qui se frotte les mains de cette situation. Il s'agit de Wallix, une PME française spécialisée dans la sécurité informatique, dont le titre a clôturé en hausse de plus de 20% à 15,79 euros ce lundi (voir graphique ci-dessous). Si la réaction boursière semble un peu exagérée (la société touchant des sommets en Bourse), c'est que l'attaque a déjà pris un caractère historique par son ampleur. En effet, de nombreux grands groupes internationaux ont été touchés dont les géants des télécoms et de la livraison, Telefonica et FedEx. En France, Renault, qui a été la cible de cette vaste attaque, a même dû arrêter certaines de ses chaînes de production.

Pour l'analyste financier Louis Capital Market, "ceci met en exergue l'urgence dans laquelle nous nous trouvons pour que soient mises en oeuvre au plus vite les nouvelles réglementations sur la protection des infrastructures vitales et des accès aux données sensibles."

-
- © TradingSat

Une PME en pleine croissance

Wallix semble donc bien placé pour "profiter" de cette cyber-attaque alors que la société connaît un véritable boom commercial. En 2016, la PME française a vu son chiffre d'affaires s'établir à 7,4 millions d'euros, en progression de près de 40%. Même si, comme de nombreuses entreprises en plein développement, elle a enregistré des pertes de 1,7 million d'euros lors du dernier exercice.

Rien d'inquiétant toutefois pour Wallix qui occupe désormais "une position clef pour répondre à cette urgence numérique", analyse le courtier Louis Capital Market.

S.B.