BFM Patrimoine

Ce gérant dévoile ses valeurs montantes de la Bourse pour 2016

Stéphane Furet, cogérant du fonds Dorval Manageurs, classé meilleur fonds d’actions française en 2015.

Stéphane Furet, cogérant du fonds Dorval Manageurs, classé meilleur fonds d’actions française en 2015. - Dorval Asset Management

Si la Bourse de Paris connaît son pire démarrage depuis l’an 2000, certaines valeurs n'en ont pas moins du potentiel. Stéphane Furet, directeur général de Dorval Asset Management livre ses pistes d'investissement pour 2016.

Comment analysez-vous ce début d’année difficile en Bourse ?

Stéphane Furet : Il y a un faisceau de nouvelles plutôt négatives, qui part de la Chine où l’indice ISM manufacturier mesurant l’activité manufacturière, est ressorti à 48,2 en décembre, en dessous du seuil des 50 qui sépare la croissance de la contraction. Cela fait plusieurs mois que le secteur primaire chinois tire la croissance à la baisse, ce qui se reflète aussi dans les prix des matières premières. En un an, le PMI chinois est passé de 58 à 48. Bien que plus résistant, l’indice PMI des services a déçu également, entretenant la vision pessimiste d’une poursuite de la baisse de la croissance chinoise. Ce tableau n’a pu être contrebalancé par l’ISM manufacturier américain, tombé lui aussi sous le seuil des 50. L’impact de la faiblesse des cours du pétrole commence semble-t-il à se faire sentir sur toute la filière pétrole et gaz de schiste aux Etats-Unis. L’Europe est la seule zone où les tendances d’activité sont positives.

Les cours du pétrole peuvent-ils remonter ?

Stéphane Furet : Il faut pour cela que la production pétrolière américaine recule. Or, les stocks sont au plus haut. Des faillites d’opérateurs américains dans le pétrole de schiste sont nécessaires pour réinverser la dynamique et sortir de ce phénomène déflationniste. A 35 dollars le baril WTI coté à New York, la moitié des puits ne sont plus rentables aux Etats-Unis, il est certain que cela ne peut pas durer éternellement.

Quel est votre scénario macroéconomique pour 2016 ?

Stéphane Furet : A ce stade, nous ne voyons pas encore trop d’inflexion. La croissance mondiale devrait quand même se situer autour des 3%, l’économie chinoise ne devrait pas s’écrouler. La consommation chinoise tient, l’activité des services continue à augmenter en proportion du PIB chinois et à se rapprocher des 50%, ce qui est tout à fait conséquent. En laissant un peu "filer" sa devise, le gouvernement chinois soutient la compétitivité des exportations chinoises. Il a aussi pris des mesures pour réduire les surcapacités dans l’acier. Tout ne va pas se faire en un jour mais c’est ce type d’initiatives que le marché appréciera pour ne pas tomber dans un scénario catastrophe sur la Chine.

Quels sont les secteurs et valeurs que vous privilégiez aujourd’hui ?

Stéphane Furet : Nos thématiques favorites demeurent la numérisation de l’économie, l’automobile et les valeurs qui profitent de la baisse du coût de l’énergie. Nous avons cependant repondéré les compagnies pétrolières, telle que Total en France, ou BP et ENI en Europe. Et, tout doucement, nous introduisons aussi quelques valeurs de construction dans le portefeuille. En France le secteur devrait en effet profiter des nouvelles mesures sur le PTZ et de taux d’emprunt toujours très faibles...

Lire la suite sur Tradingsat.com

François Berthon