BFM Patrimoine

CAC40: une séance pour rien, volumes insignifiants de 1,6Mds

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,09%) revient à l'équilibre après avoir cédé -0,3% vers 16H45 (contre +0,5% à 3.671 vers 15H15): cette consolidation semble imputable à une entame de séance hésitante de Wall Street... mais les indices US se

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,09%) revient à l'équilibre après avoir cédé -0,3% vers 16H45 (contre +0,5% à 3.671 vers 15H15): cette consolidation semble imputable à une entame de séance hésitante de Wall Street... mais les indices US se redressent (le 'S&P' redevient stable) ou s'effritent au pire de -0,15%.
Le Nasdaq est soutenu par la hausse de +2% sur des rumeurs de lancement d'un nouvel appareil 'révolutionnaire' (un terminal de paiemnt mobile ?).

Il pourrait ne s'agir que de prises de profit techniques après une clôture au plus haut de l'année pour l'ensemble des indices et même au plus haut historique pour le 'Dow Tranport' et le Russel-2000).

L'Euro-Stoxx50 recule de -0,25%, tandis que le DAX perd 0,3%, Milan -0,5% et Madrid -1,1%..

Seul grand rendez-vous de la journée, les ministres européens doivent se réunir ce lundi pour discuter d'un renflouement de Chypre.Outre la situation de Chypre, l'Eurogroupe doit aborder ce lundi les modalités de la recapitalisation directe des banques par le Mécanisme Européen de Stabilité (MES).

Vendredi dernier, le conseil européen a trouvé un accord sur le budget 2014/2020. Pour IG, cet accord entérine une baisse du budget de l'ordre de 3%, pour la première fois depuis la création de l'Europe, et pourrait être remis en cause par le Parlement. 'Néanmoins, cet accord démontre que les politiques arrivent à trouver des compromis pour éviter des blocages majeurs, en Europe, comme aux Etats-Unis', soulignent les professionnels.

Par ailleurs, le marché a pris connaissance ce matin de la production de l'industrie manufacturière française en volume, qui se maintient au mois de décembre 2012 par rapport à novembre (+0,1%, après +0,1% en novembre), selon l'Insee.La production de l'ensemble de l'industrie est également stable (-0,1%). Aucune statistique n'est attendue ce lundi aux Etats-Unis.

'Peu d'indicateurs économiques seront publiés cette semaine aux Etats-Unis et la saison des résultats touche à sa fin', précise Aurel BGC, ajoutant que 'les investisseurs seront très sensibles à la publication des ventes au détail (mercredi) et de la production industrielle (vendredi)'.

Cette semaine, les principales publications de résultats seront celles de Coca-Cola, de Cisco Systems, de PepsiCo et de Kraft Foods. 'Enfin, la fin du mois approchant, les regards des investisseurs pourraient se porter du côté de Washington et des négociations sur les coupes de dépenses fédérales, normalement prévues à la fin du mois', indique le bureau d'études, rappelant que mardi soir, le Président Obama va prononcer son discours sur l'Etat de l'Union. Il devrait insister sur la nécessité d'un accord budgétaire.

En Europe, la semaine s'annonce nettement plus chargée. De nombreuses entreprises vont publier leurs résultats. Parmi les plus importantes, L'Oréal (aujourd'hui), ThyssenKrup, Barclays (mardi), Total, Peugeot, SG, ING (mercredi), BNP, Air Liquide, Pernod-Ricard, Suez, Renault, EDF, Solvay, Iberdrola, Nestle, Rio Tinto (jeudi), PPR, Eni, Anglo American (vendredi). Au niveau des indicateurs économiques, jeudi, les premières estimations du PIB du quatrième trimestre des principaux pays de la zone euro et d'Euroland seront dévoilées. 'Les investisseurs pourraient rester sensibles aux publications de sondages en Italie', estime toujours Aurel BGC.

Enfin, le 15 et 16 février, les ministres des finances du G20 se réuniront, et pourraient aborder la question de la 'guerre des changes'.

A Paris, Sanofi bondit de 3,5% à 71,4 euros en raison des déboires de Novo-Nordisk, son concurrent le plus sérieux sur le marché du diabète.
Sanofi soutient à lui seul le marché parisien et assure son maintien dans le vert.
Michelin (+1,5%) et GDF-Suez (+1,1%) sont les seuls titres à se maintenir au-dessus du seuil des +1% tandis qu'EADS lâche -1,6%, Technip et PPR -1,9%.

Eiffage recule de -1,5%, après le point d'activité de vendredi soir marqué par un tassement de 9,7% sur un an de son carnet de commandes, à 12,2 milliards d'euros au 1er janvier 2013.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance