BFM Patrimoine

CAC40: un gain de +1,5% sans grand lien avec l'actualité.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a bénéficié d'un petit 'coup de pouce' au moment du 'fixing' qui lui permet de finir au plus haut du jour, sur un gain inespéré -vu l'actualité ce mardi matin- de +1,5% à 3.460Pts. La tendance haussière était a

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a bénéficié d'un petit 'coup de pouce' au moment du 'fixing' qui lui permet de finir au plus haut du jour, sur un gain inespéré -vu l'actualité ce mardi matin- de +1,5% à 3.460Pts.

La tendance haussière était au rendez-vous dès les 1ers échanges mais relevait du rebond technique. Elle s'est renforcée à la hausse avec l'annonce par la Grèce d'un accord avec ses créanciers (UE, BCE, FMI) sur un programme d'économies de 13,5MdsE.
Mais Antonis Samaras va devoir obtenir le feu vert du Parlement Grec car de nombreuses mesures du 'package' proposé à la 'troïka' sont très impopulaires et vigoureusement combattues, y compris par certains membres de la coalition au pouvoir.

Paris a fini en tête du peloton européen mais dans un volume anecdotique de 1,7MdsE tandis que le FTSE gagnait 0,95%, Francfort et Milan +1,15% et l'Euro-Stoxx50 gagne 1,35%... et tout cela, sans l'aide de Wall Street.

'La Bourse de New York restera fermée aujourd'hui pour la deuxième journée consécutive, à cause du passage de l'ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis', indique Barclays Bourse, précisant que 'cela n'était pas arrivé depuis la fermeture exceptionnelle de quatre jours qui avait suivi les attentats du 11 septembre 2001'.

Saxo Banque souligne pour sa part que 'la publication de plusieurs résultats d'entreprises a été reportée'. Ainsi, le groupe pharmaceutique Pfizer diffusera ses résultats trimestriels jeudi au lieu de mardi et le groupe de médias Thomson-Reuters vendredi au lieu de mardi.

Ford a quant à lui vu son bénéfice net baisser de 1% à 1,63 milliard de dollars, soit un BPA maintenu à 41 cents par action, mais au niveau opérationnel et avant impôt, son profit s'est accru de 11% à 2,16 milliards.

Quelques annonces ont donné le sourire aux opérateurs. Ainsi, le PIB de l'Espagne ne s'est contracté que de 0,3% en termes réels, au troisième trimestre 2012 par rapport au deuxième, alors que les économistes attendaient en moyenne une baisse plus forte de -0,4% (comme au 2ème trimestre).

Ce chiffre meilleur que prévu conduit Natixis à relever ses prévisions de croissance pour l'Espagne, de -2% à -1,6% pour 2012, et de -2,2% à -2% pour l'année suivante.

Par ailleurs, Arnaud Poutier, chez IG, rapporte que le PIB italien devrait moins baisser au troisième trimestre qu'au second. 'La probabilité d'une dépression économique générale en Europe se réduit', juge le professionnel des marchés.

Moins réjouissant, le nombre de chômeurs en Allemagne a augmenté de 20.000 au mois d'octobre 2012, selon les données corrigées de variations saisonnières de l'agence fédérale du travail, un chiffre deux fois supérieur aux attentes des économistes.

Aux Etats Unis, le prix moyen des maisons a progressé de +0,5% au mois d'août, confirmant le redressement en vigueur depuis début 2012: ce chiffre est conforme aux attentes alors que les banques ont nettement ralenti le rythme de revente des bien saisis qu'elles ont en stock.

Saint Gobain (+2,6%) fut longtemps leader du CAC40 en compagnie de Michelin (+3,3%) puis Alcatel-Lucent (+3%). Total fut l'un des principaux contributeur à la hausse avec +1,6%, Carrefour a pris +2,5%.

Veolia affiche un gain de 1%, le groupe de services aux collectivités ayant démenti des rumeurs selon lesquelles il aurait envisagé une augmentation de capital d'au moins un milliard d'euros.

Groupe Steria garde la tête du SBF 120, avec une flambée de 9,9% à 11,85 euros, recherché après l'annonce d'un chiffre d'affaires en croissance organique de +3% sur les neuf premiers mois de l'année. Par comparaison, Gilbert Dupont anticipait +2,4%.
NB: le travail de sape s'est poursuivi sur Peugeot (-1,2%) qui aligne une 8ème séance de repli consécutif avec un nouveau plancher historique sous 4,8E: les vendeurs à découvert (de gros hedge funds 'vautour') semblent avoir gagné la partie... face à une contrepartie complètement défaillante.

La valorisation boursière de PSA est celle d'un groupe industriel en faillite et le cours est devenu psychologiquement dissuasif tant il apparaît absurde en regard de la valeur d'actif et de la trésorerie (la capitalisation atteint à peine un sixième des moyens de financement).

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance