BFM Patrimoine

CAC40: repli contenu vers 4440, WStreet s'accroche au zénith

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les pertes des places européennes et de la bourse de Paris (-0,47%) ont été réduites de moitié entre 15H45 et 17H30. Même scénario à Wall Street qui remonte de -0,8 à -0,45% heures, ce qui permet même à Londres de fin

(CercleFinance.com) - Les pertes des places européennes et de la bourse de Paris (-0,47%) ont été réduites de moitié entre 15H45 et 17H30.
Même scénario à Wall Street qui remonte de -0,8 à -0,45% heures, ce qui permet même à Londres de finir à l'équilibre.
Les indices boursiers avaient brusquement décroché à la baisse vers 15H15, passant de l'équilibre à -1% en moyenne en 30 minutes (le CAC40 testant les 4.420Pts au plus bas) avant de se redresser vers 4.440Pts au final.

Une fois encore, voici les marchés confrontés à un étonnant paradoxe: les investisseurs en actions se montrent allergiques aux propos de James Bullard qui se montre optimiste sur la croissance (et voit l'inflation à +2,4% en 2015) envisage une première hausse de taux dès le 1er trimestre 2015 tandis que les marchés obligataires, les premiers concernés par une inflexion plus précoce que prévu de la politique monétaire de la FED progressent (détente du T-Bond de 2,55% à 2,52%), accordant la priorité aux chiffres du jour qui sont ressortis moins favorables que prévu.

Les investisseurs ont pris connaissance à 14h30 de plusieurs statistiques aux Etats Unis.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de -2.000 (à 312.000)la semaine dernière (au lieu de -5.000 espéré) selon les chiffres publiés jeudi par le Département du Travail.
En France en revanche, le chômage continue de progresser (+0,7% pour les catégories A+B+C (à 5,02 millions).
Aux Etats Unis, les dépenses de consommation des ménages américains (+0,2%) ont progressé moitié moins que prévu (+0,4%) au mois de mai, même si leurs revenus ont enregistré une croissance de +0,4% en ligne avec les attentes (après +0,3% en avril), d'après des statistiques officielles.

Sur les valeurs cotées à Paris, les valeurs bancaires (-1,25% en moyenne) ont pesé sur le CAC40.
Au sein du SBF-120, STMicroelectronics est en repli de -2% après avoir annoncé le lancement d'une émission d'obligations convertibles d'un milliard de dollars ainsi que la mise en place d'un programme de rachat d'actions.

Peugeot progresse symétriquement de 2,2%, vers 11 euros, alors que six organisations syndicales (CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FO et GSEA) ont ratifié à l'unanimité un accord sur les emplois dits 'sensibles', c'est-à-dire menacés de suppression.

Vallourec accuse l'une des plus fortes baisses de l'indice (-1,2%). Crédit Suisse a renouvelé ce matin son opinion à 'neutre' sur le titre avec un objectif de cours de 40 euros, ne s'attendent pas à un redressement rapide des résultats du groupe.

Société Générale a renouvelé sa recommandation 'vendre' sur Bouygues (-0,7%) tout en relevant son objectif de cours sur le titre de 21 à 29 euros. Le broker justifie son relèvement par des révisions à la hausse sur Bouygues Telecom (+3,2 euros par action), Colas (deux euros) et Bouygues Immobilier (+1,1 euros).

Au lendemain d'une réunion d'investisseurs où Essilor a annoncé ses perspectives pour 2018, Bryan Garnier maintient sa recommandation à 'acheter' sur le titre avec une valeur intrinsèque (fair value) de 96 euros.

Alstom (-0,75%) vient d'annoncer la signature d'un contrat d'environ 80 millions d'euros, avec PGE Energia Odnawialna. Ce contrat porte sur la fourniture de 30 éoliennes ECO110 destinées au parc ' Lotnisko 90 MW', qui sera implanté à Kopaniewo en Pologne.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance