BFM Patrimoine

CAC40: porté par les bancaires en attendant résultats Alcoa.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Des rumeurs (rapidement démenties) de dégradation de la note souveraine française par l'agence Egan-Jonesont provoqué une amorce de consolidation sur le CAC40 qui filait tout droit vers un retracement du zénith annuel des 3

(CercleFinance.com) - Des rumeurs (rapidement démenties) de dégradation de la note souveraine française par l'agence Egan-Jonesont provoqué une amorce de consolidation sur le CAC40 qui filait tout droit vers un retracement du zénith annuel des 3.732/3.733Pts (niveau tutoyé vers 13H).

Le marché parisien a vu son avance fondre de moitié, de +0,7% vers +0,4% (à 3.719Pts), celle de l'Euro-Stoxx a été divisé par 4 (de +0,45% vers 0,12%) alors que les opérateurs prenaient en compte le scénario d'une réouverture négative de Wall Street, qui se confirme après quelques minutes de cotations avec un 'S&P' et un 'Dow' qui s'effritent de -0,2% tandis que le Nasdaq affiche -0,05%, tout comme lundi soir.

Le CAC40 surperforme Londres (+0,1%) et Francfort (-0,15%) grâce au secteur bancaire, avec exactement le même tiercé que la veille et des écarts identiques: +2% sur BNP-Paribas, +3,2% sur Sté Générale et +3,5% sur Crédit AGricole.

Les opérateurs retiennent leur souffle avant le coup d'envoi de la saison des résultats ce soir (les trimestriels d'Alcoa sont attendus vers 22H10). 'Face à une plus grande visibilité sur l'activité aux Etats-Unis, il sera important d'observer le discours des chefs d'entreprises sur la conjoncture internationale', souligne Aurel BGC, pour qui 'ils devraient être globalement moins négatifs sur l'Europe (espoir de stabilisation) et, surtout, sur la Chine'.

Le bureau d'études rappelle que les résultats en Asie étaient 'la' mauvaise surprise des publications du troisième trimestre, l'impact du ralentissement de l'activité étant amplifié par des mouvements de change très défavorables.

Enfin, selon les spécialistes, les entreprises devraient profiter du recul des prix énergétiques et des matières premières. 'Leurs marges resteront élevées et, face à des conditions de financement aisées, les discours devraient être plus favorables à des opérations de croissance externe', prédisent-ils. 'De plus, face à un alourdissement de la fiscalité sur les dividendes aux Etats-Unis, les entreprises devraient annoncer une hausse de leurs programmes de rachat d'actions, stimulant la croissance des projections d'EPS pour les prochains trimestres', ajoutent-ils.

Par ailleurs, les indices de 'sentiment économique' de la Commission Européenne montrent une amélioration pour le deuxième mois consécutif. Pour IG, le redressement confirmé des indices de la Commission, qui ont touché un point bas en octobre, constitue une bonne nouvelle, et montre qu'une dynamique positive gagne les entreprises. 'Le redressement de ces indicateurs en zone euro démontre que si la récession est bien présente au coeur de l'Europe, la dépression n'est pas à craindre: une reprise même lente est possible pour le second semestre de l'année 2013.'

Cet optimisme doit cependant être tempéré par le recul de 1,8% des commandes à l'industrie allemande en décembre et un taux de chômage record en Eurozone (les vagues de licenciements se succèdent et on n'en voit pas la fin).
Mais c'est une caractéristique des marchés haussiers que de générer une vision très favorable de l'environnement économique et de ne retenir que les éléments 'positifs'... et le premier d'entre eux le 'QE-3' aux Etats Unis et le plan de relance important de 110 MdsE couplé à un programme d'assouplissement quantitatif de la BoJ (que certains interprètent comme une reprise de la guerre des devises).

Sur le front des valeurs, Alcatel-Lucent cède 1,3% à 1,27 euro, alors que Goldman Sachs a décidé de retirer le titre de sa liste de valeurs fortement recommandées à la vente, tout en continuant de conseiller de le 'vendre'.
Alstom lâche -2,75% et Bouygues presque -4% (sans explication convaincante dans les salles de marché), Technip chute encore de -3,8% (dégradé par Chevreux).

Eurazeo progresse de 3,8% à 41 euros, dans le sillage d'un relèvement de recommandation de SG.
Au sein du SRD, Recyclex et CFAO grimpent de +5,5%, Sequana de +6,2%.

Sanofi (+0,6% à 73,8 euros) réagit peu à la mise à jour de son portefeuille de R&D, qui comprend actuellement 65 projets de nouvelles entités moléculaires et de candidats vaccins en phase de développement clinique dont 17 en phase III.

Air France-KLM gravite à l'équilibre à 7,9 euros, suite à l'annonce de la stabilité de son trafic passage sur le mois de décembre, pour des capacités en baisse de 0,4%.

Trigano lâche 4,4%, tandis que le chiffre d'affaires du fabricant de véhicules et d'équipements de loisirs s'est établi à 182,3 millions d'euros au premier trimestre de l'exercice 2012/2013, en baisse de 4% ou de 10,2% à périmètre constant.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance