BFM Patrimoine

CAC40:plombé par la soudaine désintégration d'Alcatel-Lucent

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Paris (-0,33% à 3.557Pts) a lâché -0,6% en ligne droite au cours de la dernière heure et perdu -0,25% supplémentaires durant le fixing: une mésaventure qui s'explique aujourd'hui par l'effondrement d'Alcatel-Lucent à part

(CercleFinance.com) - Paris (-0,33% à 3.557Pts) a lâché -0,6% en ligne droite au cours de la dernière heure et perdu -0,25% supplémentaires durant le fixing: une mésaventure qui s'explique aujourd'hui par l'effondrement d'Alcatel-Lucent à partir de 17H15 puis surtout à la dernière minute dans un volume surréaliste de 170 millions de titres (dont 107 millions -ou 4% du capital- au 'fixing').

A cause du seul titre Alcatel-Lucent, le CAC40 met donc in extremis un terme à une série de 9 hausses sur une série historique de 10 et le bilan de la semaine se trouve ramné à +0,8% (après +5,6% la précédente... soit +6,5% en 15 jours) et finit le mois sur gain voisin de +3% (+2,83%).
Bien que Francfort finisse stable, l'Euro-Stoxx50 affiche -0,25% (et +0,8% sur la semaine écoulée) alors que l'Euro se hisse résolument au-dessus des 1,30$.

A la mi-séance, Wall Street s'alourdit un peu avec un 'S&P' et un Nasdaq qui s'effritent de -0,2% et un Dow Jones qui lâche 0,15%.
Il est difficile d'incriminer le recul de -0,2% des dépenses des ménages américains et le PMI de Chicago décevant (50,4 au lieu de 51 anticipé) car ils n'ont eu aucun impact sur la tendance lors de leur parution à 14H30.
Il semble donc que les opérateurs cherchent simplement à verrouiller les gains de cette fin de mois de novembre exceptionnelle et qui resemble beaucoup à un 'rallye de fin d'année'... avec 4 semaines d'avance.

Les investisseurs veulent toujours croire à une résolution rapide de la problématique du fiscal cliff aux Etats-Unis et à une sortie de crise par le haut au niveau mondial.
Cependant, tous les indicateurs conjoncturels ne sont pas au vert et les opérateurs manifestent un appétit pour le risque quasi univoque: ils affichent en Europe un niveau de confiance jamais observé depuis octobre 2007, comme en témoigne les indicateurs de 'stress' associés à l'Euro-Stoxx et qui sont carrément au plancher depuis 5 ans.

La question du 'fiscal cliff' soumet pourtant les investisseurs à un régime de 'douche écossaise' avec le chef des représentants républicains John Boehner qui change d'avis comme de chemise.
'Après avoir clamé son optimisme il y a quelques jours sur une issue rapide des discussions relatives au 'fiscal cliff', il déclarait hier ne constater, en définitive, aucun progrès depuis le début des négociations il y a deux semaines', souligne NFinance.

Par ailleurs, Saxo Banque indique que Mario Draghi a déclaré sur la radio Europe 1 que la zone Euro n'était pas encore sortie de la crise et que la reprise n'interviendrait pas avant le second semestre de 2013. Il a réaffirmé son intention de tout faire pour préserver la zone euro et espère voir plus de fédéralisme au sein de la zone euro.

Les données économiques du jour en Europe lui donnent raison, le taux de chômage s'est élevé à 11,7% en octobre dans la zone euro, contre 11,6% en septembre, selon les derniers chiffres d'Eurostat.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 2,2% en novembre, en baisse par rapport au mois d'octobre, où il était de 2,5%, selon une estimation rapide publiée par Eurostat.

En outre, les dépenses de consommation des ménages français en octobre en biens reculent de 0,2% en volume, après une stabilité en septembre, selon l'Insee, en Allemagne, le recul des ventes de détail est également de -0,2% en octobre.

Sur le front des valeurs, Schneider Electric grimpe de 1,7%, à la faveur d'un relèvement de HSBC. Le courtier a rehaussé son conseil de 'neutre' à la position acheteuse de 'surpondérer', avec un objectif de cours remonté de 55 à 62 euros.
LVMH grimpait de +1,2% sur une recommandation de Goldman Sachs, Michelin et ST-Micro s'djugeaient +1,9% et EADS s'imposait in-extremis comme leader du CAC40 avec +2,35% (malgré la décrue du Dollar).

Valeo avançait de 2,7% à 36,45 euros, suite à l'annonce de la cession de son activité mécanismes d'accès au groupe japonais U-Shin sur la base d'une valeur d'entreprise de 223 millions d'euros.

Eiffage prenait 1,6% à 30,7 euros, alors que la direction des Autoroutes Paris Rhin-Rhône (APRR) a indiqué ce matin que l'offre publique de retrait de ses titres cotés en Bourse de Paris, qui avait été gelée par une décision de justice temporaire, va reprendre

Cercle Finance