BFM Patrimoine

CAC40: pas de 'gap' en clôture sous 3.825, W-Street résiste.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 avait ouvert sur un repli de plus de 2%, avant de revenir au contact d'un seuil de rupture bien identifié vers 3.760Pts (il s'agit de la MM20). Le 'plan de sauvetage' chypriote a suscité beaucoup de commentaires et d'

(CercleFinance.com) - Le CAC40 avait ouvert sur un repli de plus de 2%, avant de revenir au contact d'un seuil de rupture bien identifié vers 3.760Pts (il s'agit de la MM20).
Le 'plan de sauvetage' chypriote a suscité beaucoup de commentaires et d'émotion (s'agit-il d'un 'fâcheux précédent' ou d'un cas parfaitement isolé) mais il s'agit tout au plus d'un bon prétexte pour prendre des bénéfices plutôt que d'un signal d'alerte macro-économique.

Chypre ne pèse guère plus de 0,2% du PIB européen et même si tout le monde connait la théorie du battement d'aile de papillon qui au final provoque une tempête, il convient de relativiser les enjeux, sachant que l'ile compte environ 1 millions d'habitants pour un PIB de tout juste 20MdsE dans sa partie récemment incorporée à la zone Euro.

Bien que nul ne sache si le Parlement chypriote votera ou non les mesures confiscatoires adoptées ce week-end, il semble que les 'pompiers' aient été appelés en renfort cet après-midi à Wall Street qui manifeste clairement son refus de renoncer au 'mode rally' qui prévaut depuis le 1er janvier.
A mi-séance, le Dow Jones ne cède que 0,08%, le Nasdaq -0,16% et le 'S&P' -0,32% (contre -1,2% en préouverture ce matin).

La secousse chypriote a pourtant été ressentie durement ce matin en Asie avec -2,7% de repli à Tokyo, -2% à Hong Kong et -1,5% à Shanghai... mais le choc a été rapidement amorti en Europe et à Paris, où les pertes ont été réduite de moitié moins d'une heure après l'ouverture... et à -0,48% à Paris.

Le CAC40 a vite renoué avec les 3.825Pts (le 'gap' d'ouverture a donc été comblé) mais ce palier pourrait faire office de résistance alors que les flux vendeurs sont clairement beaucoup plus nourris que lors des consolidations précédentes, avec plus de 3,1MdsE échangés (contre 1,9MdE en moyenne le lundi en fin de journée).
Chez nos voisins, Madrid et Milan chutent de -1,3% et -0,85%, Francfort perdait 0,4%, Londres et zurich s'effritaient de -0,45%.

De nombreux commentaires entendus de Bruxelles à Berlin visent à convaincre les marchés que les mesures adoptées ce week-end par le gouvernement chypriote émanent de sa 'propre initiative' et présente de ce fait une caractéristique purement locale, exceptionnelle et non généralisable.
La 'troïka' semble cependant avoir conditionné l'octroi d'un prêt de 10MdsE en faveur de Chypre à une taxe sur les dépôts dans le pays (6,7% pour les encours de moins de 100.000 euros, et de 9,9% au-delà).

L'argument selon lequel Chypre s'est mis dans le pétrin avec ses propres règles fiscales ne tiendrait que si l'Irlande avait elle aussi été contrainte d'augmenter ses propres taxes... mais Dublin a au contraire réussi à négocier un étalement du remboursement de sa dette avec la BCE (et il s'agissait également de solder des pertes bancaires dans un contexte de recettes fiscales insiffisantes).

Le seul chiffre 'macro' du jour concernait le déficit commercial de la zone euro: il atteint 3,9 milliards d'euros en janvier 2013 contre un excédent de 10,8 milliards en décembre 2012.

La semaine s'annonce toutefois riche sur le front des indicateurs, avec par exemple les indices ZEW et Ifo en Allemagne, ou les chiffres de la construction immobilière et les indicateurs avancés du Conference Board aux Etats-Unis.

La semaine sera aussi marquée par la réunion de politique monétaire de la Fed, qui devrait se conclure mercredi. 'Ben Bernanke devrait conserver un discours de 'colombe', malgré des indicateurs économiques très positifs à court terme', pronostique-t-on chez Aurel BGC.

Le bureau d'études considère qu'il sera surtout intéressant d'analyser les projections économiques des différents membres du FOMC et leurs attentes sur le niveau des Fed funds dans les prochains mois.

Au sein du CAC40, plombé par des valeurs bancaires qui chutent de -3% en moyenne (-4,5% sur Sté Générale), STMicroelectronics se distinguait avec un gain de 5,2% à 6,19E suite à l'accord sur un démantèlement de la co-entreprise de puces pour mobiles conclue avec ST-Ericsson.
Publicis et Renault prenaient 1,3%, Legrand et L'Oréal +1,2%, Accor +1,05%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance