BFM Patrimoine

CAC40: les résultats d’entreprises en renfort

Renault aura sans doute signé la publication la plus impressionnante de la vague de resultats 2014 sur le CAC40

Renault aura sans doute signé la publication la plus impressionnante de la vague de resultats 2014 sur le CAC40 - Eric Piermont - AFP

Le CAC40 a pris +15% depuis le début de l’année. Un excellent score pour l’indice parisien qui a semble-t-il fini de prendre en compte les liquidités de la BCE, pour se concentrer sur les fondamentaux des entreprises.

"Merci pour l’argent pas cher, cap désormais sur la croissance"… c’est un peu le message que lancent cette semaine les investisseurs au vu de la tendance des marchés, avec un CAC40 qui a réalisé en à peine 2 mois la performance qu’on attendait de lui sur un an, et qui se rapproche beaucoup plus vite que prévu des 5.000 points.

Mais comment ne pas y croire, à une poursuite du marché actions. Certes la valorisation des entreprises a encore grimpé fort ces dernières semaines, le CAC ayant accumulé déjà plus de 20% de progression en quelques mois. On assiste justement à une petite temporisation.

Actions : comment passer à côté du rebond ?

Le moment pour les marchés de se poser encore une fois la question "Stop ou encore ?". Mais la réponse est tellement évidente qu’elle en paraît presque trop simple. Comment ne pas miser, et avec conviction, sur les actions ?

Les placements monétaires ? Rendement proche de zéro. L’obligataire ? A part des techniciens spécialiste des différentiels de taux, difficile de faire de l’argent dans un environnement de taux bas, voire négatifs. Les devises ? Oui mais complexe. La dette à haut rendement ? Les produits complexes ? La plupart estime qu’il est encore un peu tôt pour s’y risquer massivement.

Vraies perspectives d’amélioration de l’activité

Donc cap sur les actions, comment faire autrement ? Surtout qu’après avoir intégré aux cours les facteurs techniques et exogènes, baisse des taux, effets devise et pétrole peu cher, les perspectives d’entreprises commencent à s’améliorer, et passent de petites pousses vertes à francs signaux de reprise.

Un grand nombre de secteurs parlent d’une année 2015 qui va sans doute être le point de départ d’une reprise conséquente, et précisément dans les secteurs les plus exposés à la conjoncture économique générale.

Auto et techno aux avant-postes

Dans les derniers résultats d’entreprise, difficile de passer à côté du spectaculaire redressement de Renault, retour au bénéfice opérationnel, amélioration des marges, bonnes prévisions de marché et des embauches nettes ! Peugeot, qui revient de plus loin, a étonné aussi à ce niveau-là.

Alcatel-Lucent semble également au travers de ses résultats et de ses perspectives, donner l’image d’une entreprise qui a fini de se restructurer, et qui repart à la conquête de ses marchés et de son secteur.

Structure optimale

Des entreprises qui bénéficient d’une grosse implantation en France, Veolia, GDF Suez, Eiffage et autres, parlent de perspective de croissance en dur pour l’année 2015. Avec une structure resserrée et efficace. Un peu comme un spinnaker sur un voilier : une voile capable de profiter du moindre souffle, et de maximiser l’énergie qu’il va apporter pour faire avancer le bateau le mieux possible.

Une étude d’analystes récemment estimait que pour 5% de croissance seulement sur un trimestre, c’est une amélioration de 15% du bénéfice opérationnel qui est à la clé. C’est dire si les entreprises du CAC40 se seront restructurées au maximum de leurs capacités.

Perspectives et statistiques prometteuses

Mais désormais les signaux de reprise fondamentale de l’activité deviennent plus clairs. Certaines entreprises parlent de la possibilité d’une croissance à deux chiffres sur l’année en cours… Et à chaque fois avec la promesse d’une amélioration de la rentabilité ainsi qu’un maintien du dividende, voire son amélioration. Pour la première fois depuis 2007, les indices d’activité PMI repassent la barre d’expansion industrielle, et ce dans tous les pays européens.

Autant de raison d’espérer une poursuite de la hausse du marché, le 2e étage de la fusée est en train de s’allumer, ce qui permet au CAC40 de signer une des 10 meilleures performances mondiales depuis le début de l’année. 

Antoine Larigaudrie