BFM Patrimoine

CAC40: la hausse des actifs voulue par la BCE est inexorable

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,75%) s'envole vers 4.675Pts aligne une 8ème séance de hausse consécutive sans aucune consolidation intermédiaire, validant un record en terme de cumul de points gagnés en moins de 10 jours puisque l'indice affi

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,75%) s'envole vers 4.675Pts aligne une 8ème séance de hausse consécutive sans aucune consolidation intermédiaire, validant un record en terme de cumul de points gagnés en moins de 10 jours puisque l'indice affiche un cumul jamais vu de +555Pts (+13,5%).
Une hausse que ne vient même pas perturber la chute de -3% de la Bourse d'Athènes, ni les 0,1% de baisse du Dow Jones ou les -0,45% du S&P500.

Toutes les places européennes finissent dans le vert -y compris Londres avec +0,28%- et le DAX30 bondit de +1,4%, au contact des 10.800Pts (+15% en 15 séances, c'est vertigineux, un véritable 'krach à la hausse').

Francfort est dopé par la poursuite du redressement de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, qui s'est inscrit en hausse pour le troisième mois de rang. En progression de 1,2 point, cet indicateur très suivi s'est établi à 106,7 points ce mois-ci, soit un niveau en ligne avec les attentes des économistes et un plus haut de six mois.

Les places européennes sont en 'régime QE' avant toute autre considération: l'Euro-Stoxx50 grimpe de +0,94% à 3.414Pts.

La large victoire - certes prévisible - de Syriza à l'élection législative grecque n'a pas d'impact sur la vague d'achat d'actifs 'risqués'.
Les opérateurs ont de l'argent à investir (c'est un calcul par anticipation tenant comte des premiers 60MdsE injectés par la BCE) et ils ne se soucient pas encore de l'efficacité potentielle du 'QE' pour relancer l'économie de l'eurozone.

'Pour 2015, l'Allemagne et la zone euro pourront sûrement s'appuyer sur la chute massive des prix du pétrole, la baisse de l'euro et l'assouplissement monétaire substantiel de la BCE', a commenté Natixis.

Concernant le scrutin précité en Grèce, Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque, observe que 'le scénario du pire, celui du vide politique, ne s'est pas produit'.
Les analystes de XTB France soulignent pour leur part que 'le discours du nouveau Premier ministre Alexis Tsipras (il vient de prêter serment) s'est largement assagi ces derniers mois, excluant notamment toute sortie de la zone euro', ce qui limite les craintes des marchés et des analystes.

Tout aussi rassurant, Citi dit de son côté s'attendre 'à ce que les implications directes de la victoire de Syriza restent à court terme limitées pour les autres pays de la zone euro, surtout après la mise en place du récent programme d'assouplissement quantitatif de la BCE'. Et de pronostiquer un accord entre le nouveau gouvernement et Bruxelles compte tenu des risques associés à un défaut de paiement grec ou une sortie de la Grèce de la zone euro.

Sur le front des valeurs, le raffermissement de l'euro, qui prend environ 0,7% face au dollar à 1,1279, et le rebond de +0,25% des prix du pétrole (après un plancher de 44,4$ ce matin sur le 'WTI') ne pèsent ni sur Airbus Group (+1,7%), ni sur Air France-KLM (+5,5%).
Les valeurs Dollar sont privilégiées comme le prouve la hausse de 2,05% de Cap Gemini puis de 1,95% de LVMH et l'Oréal.

Saint-Gobain (-0,55%) est en revanche à la peine alors que le groupe suisse Sika, qu'il ambitionne d'acquérir, est divisé sur cette opération. Son conseil d'administration a préconisé une limitation des droits de vote de la famille Burkard-Schenker, l'actionnaire de contrôle, lesquels devraient 'être ramenés à la limite statutaire de 5%', ce que les conseils juridiques de Saint-Gobain jugent 'totalement à l'encontre de tous les principes du droit des affaires et de la gouvernance suisses'.

Vallourec, dégradé par Bank of America, chutait de -2,5% ce matin mais revient à l'équilibre tandis que Sanofi et Crédit Agricole reculent de 0,75 et -0,9% respectivement.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance