BFM Patrimoine

CAC 40: Yellen et l'Ukraine rendent nerveux.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - L'indice parisien pâtit de la prudence des opérateurs, alors que plusieurs données importantes sont attendues dans l'après-midi. Vers 14h00, le CAC 40 recule de 0,6% à 4368,9 points, tandis que le FTSE et le DAX perdent res

(CercleFinance.com) - L'indice parisien pâtit de la prudence des opérateurs, alors que plusieurs données importantes sont attendues dans l'après-midi.

Vers 14h00, le CAC 40 recule de 0,6% à 4368,9 points, tandis que le FTSE et le DAX perdent respectivement 0,5% et 1,5%.

'Les tensions en Ukraine couplées avec l'organisation de manoeuvres militaires d'urgence dans la partie Ouest de la Russie, ainsi que la deuxième audition de la présidente de la Fed Janet Yellen devant la commission bancaire du Sénat, à 16h00, expliquent que les investisseurs restent sur la réserve', souligne Saxo Banque.

'La Présidente de la Fed devrait lire le même discours que devant la Chambre des Représentants, le 11 février dernier, donc les investisseurs vont se focaliser sur les questions/réponses', précise Aurel BGC.

'Le risque émergent reste présent dans l'esprit des investisseurs, mais ils espèrent un rebond de l'économie américaine après un hiver rigoureux et un discours colombe de Mme Yellen', estime le bureau d'études, pour qui 'les investisseurs espèrent aussi l'annonce de nouvelles mesures de soutien de la BCE, la semaine prochaine'.

Avant l'intervention de la Présidente de la Fed, paraîtront à 14h30 aux Etats-Unis les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage et les commandes de biens durables pour janvier, attendues respectivement en repli à 333.000 et en baisse de 1%.

Sur le front des valeurs, Veolia Environnement, plus forte hausse du CAC, bondit de 7,3%, avec des résultats 2013 confirmant la tendance à la stabilisation observée dans l'eau et la propreté. 'Le seuil véritable écueil provient de l'absence de désengagement de Transdev', estiment les analystes d'Aurel.

Toujours sur le CAC, Vallourec gagne près de 4%, après avoir fini son exercice 2013 en beauté.

Sur le SBF 120, Plastic Omnium grimpe de 8,4%, alors que le résultat net part du groupe s'élève à 193,2 millions d'euros en 2013, en progression de 11,4%, et sa marge opérationnelle grimpe de 17,8% à 394,6 millions d'euros, soit 7,7% du chiffre d'affaires contre 7% en 2012.

Eiffage avance de 3,7%, porté par un résultat net part du groupe de 257 millions d'euros en 2013, soit une progression de 16,8%, et un résultat opérationnel courant (ROC) en augmentation de 9,9% à 1318 millions.

Au contraire, Areva lâche 13,8%, après avoir annoncé que le résultat net part du groupe correspond à une perte de 494 millions d'euros en 2013 contre un résultat négatif de 99 millions d'euros en 2012.Il a été affecté par des provisions et par les pertes dans les énergies renouvelables.

CGG (-6,6%) a terminé son exercice 2013 sur une perte nette comptable de 691 millions de dollars, contre un bénéfice de 92 millions un an plus tôt, en raison notamment de charges pour dépréciation de 800 millions passées dans la branche Acquisition.

Essilor décroche de 3,5%, après avoir publié une légère hausse de ses résultats en 2013 et annoncé l'acquisition de Coastal Contacts au Canada. S&P a attribué la note de crédit 'A-1' au spécialiste de l'ophtalmique et Moody's la note 'P-1' au papier commercial du groupe.

Ipsos recule de 7,8%, suite à l'annonce de ses résultats annuels, boudés par le marché.

Seb se replie de 3%, alors quele résultat opérationnel de 410 millions d'euros en 2013 ressort légèrement en-dessous des attentes du marché, à 417 millions d'euros.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance