BFM Patrimoine

CAC 40: applaudit encore le bazooka sorti par Draghi.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les investisseurs affichent toujours leur soulagement au lendemain du discours du Président de la BCE et attendent avec impatience la confirmation des bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis. A la mi-séance, le CAC 40 grimpe

(CercleFinance.com) - Les investisseurs affichent toujours leur soulagement au lendemain du discours du Président de la BCE et attendent avec impatience la confirmation des bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.

A la mi-séance, le CAC 40 grimpe de 1,2% à 3550,6 points, tandis que le FTSE et le DAX avancent respectivement de 0,2% et 0,9%.

'Mario Draghi a sorti l'artillerie lourde pour apaiser durablement la crise de la zone euro', se félicite Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France. 'Pour la première fois de son histoire, la BCE s'engage dans un programme de rachats illimité quantitativement, et direct, convergeant ainsi un peu plus vers la politique monétaire privilégiée par la Reserve Fédérale aux Etats-Unis', précise-t-il. 'De quoi offrir un peu plus de garanties aux investisseurs institutionnels pour racheter de nouveau de la dette souveraine européenne, une classe d'actifs qui n'inspirait vraiment plus confiance', renchérit-il.

Pour Barclays Bourse, 'une première étape est franchie avec à la clé une poursuite de la détente des taux en Europe du sud, ce qui permettra aux gouvernements concernés de poursuivre une politique d'assainissement des finances publiques sans l'épée de Damoclès de la flambée des coûts de refinancement'. Les gérants soulignent qu''il reste maintenant à trouver un cadre favorable pour un retour de la croissance en Europe'.

En terme d'analyse technique, les spécialistes indiquent que 'l'heure de vérité approche pour le CAC 40 qui se retrouve à quelques encablures de sa forte zone de résistance de moyen long terme actuellement vers 3530 points'.

'Son franchissement, confirmé par une clôture au-dessus des 3600 points, le plus haut atteint le 16 mars dernier, libérerait un potentiel minimum de 400 points pour un retour sur les 4000 points', précisent-t-ils enfin.

Désormais, le marché attend la publication du rapport officiel sur l'emploi américain pour août, à 14h30. Le consensus vise 120.000 créations de postes, tandis que les résultats de l'enquête mensuelle ADP publiés hier ont fait état de 201.000 emplois créés le mois dernier.

'En dépit de la bonne surprise annoncée par ADP, les créations d'emplois pourraient être restées peu nombreuses en août aux Etats-Unis', prévient Aurel BGC.

'Combinées avec une légère progression du salaire horaire moyen et la stabilisation des heures travaillées (malgré une baisse des heures supplémentaires dans l'industrie manufacturière, le revenu du travail des ménages sera orienté à la hausse', indique cependant le bureau d'études.

'De plus, malgré des créations d'emplois encore peu dynamique, le taux de chômage pourrait rebaisser un peu, semant la confusion dans les anticipations de politique monétaire pour la réunion du FOMC de la semaine prochaine', ajoute-t-il.

Après la décision de la BCE hier, les valeurs financières se classent en tête à Paris, à commencer par Crédit Agricole (+7,9% à 5,4 euros) qui bénéficie en outre d'un relèvement de recommandation de Morgan Stanley et J.P.Morgan.

Peugeot se place non loin derrière sur le CAC 40, grimpant de 4,8% à 6,3 euros, alors que le titre va être retiré de l'indice le 24 septembre prochain.

L'Oréal est à la peine, perdant 1,4% à moins de 100 euros, dans le sillage d'une dégradation de Morgan Stanley.

Air France s'adjuge 2,9% à 4,2 euros sur le SBF 120, après avoir annoncé un trafic en hausse de 0,6% en août.

Enfin, Neopost plonge de 6,5% à 39,5 euros, au lendemain de l'annonce d'un chiffre d'affaires de deuxième trimestre en recul de 2,2% à taux de change constants.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance