BFM Patrimoine

Bourse: une semaine au-dessus des 4.400 points

Une semaine au plus haut s'achève à la Bourse de Paris

Une semaine au plus haut s'achève à la Bourse de Paris - -

Après avoir entamé la semaine en battant son record de septembre 2008 en clôture, la Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,27% à 4.408 points, toujours à un niveau haut.

La Bourse de Paris termine la semaine en plein optimisme, ce vendredi, en hausse de 0,27% à 4.408 points. Le CAC 40 avait entamé la semaine sur les chapeaux de roues. Lundi, l'indice phare parisien avait clôturé à 4.419 points, son plus haut niveau depuis septembre 2008, avant le déclenchement de la crise financière.

Si le CAC a reperdu quelques points au cours de la semaine, il s'est repris ce vendredi, dans les toutes dernières minutes avant la clôture. En ce dernier jour de la semaine, il n'a cessé d'osciller entre le rouge et le vert toute la journée, et tout particulièrement pendant sa dernière heure de cotation. Sur la semaine, la hausse est de 0,62%, et de 2,61% depuis le 1er janvier.

"L'hésitation reste forte, estime Jean-Louis Cussac, analyste chez Perceval Finance dans Intégrale Bourse, mais les craintes sont extrêmement faibles à court et moyen terme". Il note en outre "des divergences entre le niveau des marchés et les perspectives fondamentales", qui s'expliquent selon lui par "la masse de liquidités reversées sur les marchés par les banques centrales".

Aucune relation entre marchés et actualité

Aux Etats-Unis cette semaine, les indices n'ont fait que progresser, S&P 500 en tête en pulvérisant son record historique. Des progressions qui ont continué, en dépit de la révision à la baisse de la croissance américaine au quatrième trimestre 2013 ce vendredi.

La consommation américaine a finalement été plus faible qu'estimé sur les trois derniers mois de 2013 outre-Atlantique, si bien que le département du Commerce a annoncé vendredi un PIB en hausse de 2,4% sur la période, au lieu des 3,2 précédemment publiés.

Ce phénomène suscite l'incrédulité de certains analystes. "Il n'y a aucune relation entre ce comportement de marché et l'actualité", a également considéré Philippe Béchade, de Cercle finance, qui pointe lui aussi le rôle de la Fed, devenue le "seul acheteur sur le marché", dans cette déconnexion.

La perspective de la fin des rachats d'actifs de la réserve fédérale américaine, prévue pour l'automne par sa présidente Janet Yellen jeudi, n'a pas effarouché les investisseurs, pas plus aujourd'hui qu'hier.

Nina Godart