BFM Patrimoine

Bourse : pire séance de l’année pour le CAC40

Les CFD sont  des produits « complexes, hautement risqués, volatils et de court-terme », selon l'AMF.

Les CFD sont des produits « complexes, hautement risqués, volatils et de court-terme », selon l'AMF. - -

Rattrapé par inquiétudes sur l’économie européenne, l’indice parisien a clôturé en nette baisse (-2,03%), ce vendredi. C’est la baisse la plus importante depuis le début de l’année.

Douche froide sur le CAC40. L’indice parisien a clôturé en nette baisse (-2,03%) vendredi, rattrapée par les inquiétudes au sujet de l'économie européenne après la publication d'indicateurs d'activité PMI au-dessous des attentes.

L'indice CAC 40 a ainsi cédé 108,93 points à 5.269,92 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,4 milliards d'euros. La veille, il avait fini sur une note hésitante (-0,07%). Sur la semaine, l'indice a perdu 2,50%, ramenant ses gains depuis le 1er janvier à 11,40%.

Brexit, Fed, PMI…

La cote parisienne avait débuté légèrement dans le vert, avant de ployer, emportée par une série d'indicateurs PMI, en France et en Allemagne notamment, montrant une diminution de l’activité. Le recul n'a eu de cesse de s'accentuer par la suite.

C’est ainsi la pire séance de l’indice parisien depuis le début de l’année. La dernière forte baisse datait du 7 février, jour où la commission européenne avait révisé ses prévisions 2019 pour la zone euro.

L'indice PMI pour le secteur manufacturier allemand, qui mesure la croissance de l'activité, s'est inscrit à 44,7 en mars, tandis que les analystes tablaient sur 48. Lorsque l'indice est inférieur à 50, cela signifie que l'activité diminue.

Dans la zone euro, le PMI pour l'ensemble du secteur privé a reculé à 51,3 points en mars, contre 51,9 en février, contre une légère hausse à 52 points attendue. Et en France, l'indice s'est établi à 48,7 points.

Le rouge était d’ailleurs la couleur européenne. La Bourse de Londres a terminé en forte baisse de 2,01% tandis que celle de Francfort a cédé 1,61%. Outre les résultats des indices PMI, les incertitudes autour du Brexit et le pessimisme de la Fed ont continué à peser sur les marchés.

La rédaction avec AFP