BFM Patrimoine

Bientôt une nouvelle biotech française sur le Nasdaq

Erytech souhaite lever jusqu'à 100 millions de dollars sur le Nasdaq

Erytech souhaite lever jusqu'à 100 millions de dollars sur le Nasdaq - Erytech

La société de biotechnologie Erytech a fortement progressé en Bourse lundi après avoir annoncé qu'elle lançait la procédure pour être cotée à Wall Street.

L'action Erytech a bondi lundi de 6,7% à 25,80 euros, dopée par la perspective d'une introduction prochaine aux États-Unis de la société biopharmaceutique, qui a développé une technologie d’encapsulation de médicaments dans les globules rouges.

Erytech a déposé en ce sens un document d’enregistrement dit Form F-1 (F-1) auprès du régulateur boursier américain, la Securities Exchange Commission (SEC). "En fonction des délais légaux, l’opération devrait se finaliser d’ici la fin du mois d’octobre", estiment les analystes d'Oddo BHF.

L’introduction en bourse au Nasdaq constitue une nouvelle étape pour Erytech, en ligne avec sa stratégie de se concentrer en priorité sur l’avancement du développement clinique de son produit phare, eryaspase, dans le traitement du cancer du pancréas aux États-Unis et en Europe.

3ème biotech française cotée à la fois à Paris et Wall Street

Si tout se passe bien, Erytech devrait ainsi rejoindre DBV Technologies, et Cellectis, les deux autres biotechs françaises à la fois cotées à Paris et sur le Nasdaq. Ces dernières sont justement les représentantes hexagonales les mieux valorisées, avec des capitalisations de 1,9 milliard d’euros et 850 millions d’euros respectivement.

Si le compartiment français des biotechs est (largement) le plus important d’Europe avec plus de 35 sociétés cotées, l’écosystème autour du secteur y est bien sûr toujours largement moins développé qu’aux États-Unis où certains géants du secteur affichent des valorisations supérieures à celle de Sanofi.

Cela se justifie historiquement par des stades de développement beaucoup plus avancés et des sociétés beaucoup plus matures. Cela va de pair avec une densité de fonds d’investissement spécialisés disposant d’une puissance de feu incomparable, à l'image du fonds Baker Bros., qui gère ainsi plus de 15 milliards de dollars et détient plus de 15% du capital d'Erytech.

Erytech veut lever 100 millions de dollars

Ainsi, DBV Technologie avait pu lever 200 millions d’euros en quelques heures sur le Nasdaq en 2015 alors que les montants moyens des introductions en Bourse du secteur à Paris tournent plutôt autour de 30 à 40 millions d’euros.

De son côté, Erytech souhaite lever 100 millions de dollars, des fonds principalement destinés à financer l'étude clinique pivot de Phase 3 dans le cancer du pancréas aux États-Unis et en Europe.

Au-delà de l’aspect financier, la société va disposer d’une plus grande visibilité sur le premier marché mondial de la biotechnologie, ce qui pourrait favoriser de potentiels partenariats.

François Berthon