BFM Patrimoine

Avec une stratégie claire, le Maroc peut devenir un fer de lance dans le haut débit fixe

BFM Patrimoine

Suite au FTTH Council MENA qui s'est déroulé à Marrakech les 27 et 28 novembre 2013 et au cours duquel ont été exposées les ambitions du Maroc, le cabinet Arthur D. Little a identifié les grandes questions à instru

Suite au FTTH Council MENA qui s'est déroulé à Marrakech les 27 et 28 novembre 2013 et au cours duquel ont été exposées les ambitions du Maroc, le cabinet Arthur D. Little a identifié les grandes questions à instruire pour développer le haut débit fixe dans le Royaume.

Le Maroc a développé ses réseaux de haut débit mobile 3G en misant sur la concurrence par les infrastructures. En parallèle, les trois quarts de la population sont aujourd'hui couverts par des services de haut débit fixe.

Le Royaume envisage de poursuivre son développement dans les réseaux haut débit mobiles (LTE) et fixes (FTTH). Au total, le Maroc vise une couverture nationale de 2 Mbit/s et plus d'ici 10 ans et des réseaux de 100Mbit/s et plus pour 50% de la population d'ici 15 ans.

Les expériences et la recherche internationale d'Arthur D. Little indiquent que les infrastructures haut débit génèrent des avantages économiques importants pour les pays concernés : création d'emplois, augmentation des revenus des foyers et augmentation du produit intérieur brut. Le haut débit stimule aussi la diversification de l'économie puisque les petites et moyennes entreprises sont parmi les premières à bénéficier des nouveaux services.

Si la cible est claire, il convient maintenant d'en définir les modalités. Dans une étude récente, Arthur D. Little a identifié cinq modèles de stratégies nationales haut débit retenus par les pouvoirs publics dans le monde pour tirer profit des promesses de la fibre. Le Maroc devra sélectionner le modèle le plus adapté et répondre en particulier aux questions clés suivantes :

  • Quel modèle d'infrastructure global ?
  • Quel modèle de déploiement (zones denses, zones moyennement denses, zones rurales) ?
  • Quel modèle de financement (privé, hybride, public) ?

Ceci ne se fera pas sans effort et nécessitera des investissements importants. « Face aux investissements importants à consentir, l'enjeu est de définir la stratégie en matière d'infrastructure pour faire du Maroc un fer de lance dans le haut débit fixe » indique Dr. Karim Taga, Managing Partner et Global Practice Leader de la practice TIME d'Arthur D. Little.

« Le haut débit est une infrastructure essentielle pour la compétitivité du Maroc et les politiques publiques doivent promouvoir un environnement favorable à l'investissement.» ajoute Didier Levy, Director au sein de la practice TIME d'Arthur D. Little.

Say Communications
Cate Bonthuys Tel: +44-(0)208-971-6407 ArthurDLittle@saycomms.co.uk

Business Wire