BFM Patrimoine

AREVA : Résultats annuels 2012 : redressement significatif de la performance un an après le lancement d’Action 2016

BFM Patrimoine
Carnet de commandes renouvelé sur l'année 2012 à 45,4 Mds€ grâce à la hausse des prises de commandes dans le nucléaire Croissance du chiffre d'affaires : 9 342 M€ (+ 5,3 % vs 2011), tiré
  • Carnet de commandes renouvelé sur l'année 2012 à 45,4 Mds€ grâce à la hausse des prises de commandes dans le nucléaire
  • Croissance du chiffre d'affaires : 9 342 M€ (+ 5,3 % vs 2011), tirée par les activités nucléaires et renouvelables
  • Très forte progression de l'EBE1 : 1 007 M€ (+ 586 M€ vs 2011)
  • Très nette amélioration du Cash Flow Opérationnel libre2 : - 854 M€ (+ 512 M€ vs 2011)
  • Retour à un résultat opérationnel publié positif : 118 M€ (+ 1 984 M€ vs 2011)
  • Objectif plancher 2012-2013 de cessions d'ores et déjà atteint
  • Confirmation des perspectives financières du groupe

Regulatory News:

Le Conseil de Surveillance d'AREVA (Paris:AREVA), réuni ce jour sous la Présidence de Jean-Cyril Spinetta, a examiné les comptes clos au 31 décembre 2012, arrêtés par le Directoire. A propos des résultats, Luc Oursel, Président du Directoire, a déclaré :

« Un an après le lancement de notre plan stratégique Action 2016, les premiers résultats sont là. AREVA est en avance dans l'exécution de son plan de redressement et ce succès est le fruit du travail considérable accompli par les équipes. Tout en continuant ses efforts de maîtrise de quelques projets difficiles (comme OL3), notre groupe a su retrouver une dynamique de performance vertueuse fondée sur une forte croissance des prises de commandes dans le nucléaire et le bon avancement de son programme de réduction de coûts.

Commercialement, dans un contexte économique pourtant tendu, AREVA a su tirer les bénéfices de son leadership sur la base installée et de ses partenariats de long terme avec ses clients stratégiques, à commencer par EDF avec lequel AREVA a renoué une relation de travail confiante et constructive.

Concernant l'amélioration de la compétitivité économique, l'objectif d'économies d'un milliard d'euros d'ici à fin 2015 a été sécurisé à hauteur de 80 %. Le groupe a également poursuivi ses efforts en matière d'optimisation du BFR et de contrôle de la trajectoire d'investissements. L'ensemble des résultats obtenus a permis à AREVA de dépasser les objectifs fixés pour 2012 sur deux indicateurs clefs de son plan stratégique, l'EBE et le cash flow opérationnel libre. Les 2,1 milliards d'euros d'investissements porteurs d'avenir réalisés en 2012 ont été financés à près de 60 % par nos opérations, part qui a quasiment doublé par rapport à 2011.

Notre objectif plancher de cessions a été atteint avec un an d'avance, participant également à la maîtrise de notre endettement net qui reste inférieur à 4 milliards d'euros.

En 2013, nous continuons nos efforts dans la mise en œuvre du plan Action 2016 pour tenir le cap du redressement d'AREVA. Nous sommes entièrement mobilisés pour franchir le prochain jalon clef : le retour à l'équilibre du cash flow opérationnel dès 2013. »

1 Excédent brut d'exploitation : retraité des impacts liés à Siemens (pénalité reçue de 648 millions d'euros) en 2011 et des impacts du plan de cessions (plus-value de 218 millions d'euros) en 2012
2 Cash flow opérationnel libre avant IS : retraité des impacts liés à Siemens (décaissement net de - 1 031 millions d'euros) en 2011 et des impacts du plan de cessions (produits de cession de 273 millions d'euros) en 2012

I – Performance d'ensemble

Chiffres clés

A des fins de comparaison et pour pouvoir suivre les indicateurs qui sont utilisés dans les perspectives financières du Groupe, ceux-ci sont retraités des éléments suivants :

  • En 2011, AREVA a reçu de Siemens une pénalité de 648 millions d'euros enregistrée en résultat opérationnel et excédent brut d'exploitation. AREVA a également acquis les titres AREVA NP auprès de Siemens pour un montant de 1 679 millions d'euros, avec un effet direct sur le montant total des investissements publiés. L'impact net négatif de ces opérations sur le cash-flow opérationnel libre avant impôts sur les sociétés était ainsi de 1 031 millions d'euros en 2011.
  • En 2012, AREVA a procédé à des cessions d'actifs dans le cadre du plan Action 2016. Celles-ci ont contribué au résultat opérationnel et à l'excédent brut d'exploitation à hauteur de 218 millions d'euros sous forme de plus-value et aux désinvestissements à hauteur de 273 millions d'euros.

En millions d'euros 2012 2011

Variation

2012/2011

Carnet de commandes 45 369 45 558 - 0,4 % Chiffre d'affaires 9 342 8 872 + 5,3 % Dont activités nucléaires 8 633 8 426 + 2,4 % Dont activités renouvelables 572 297 + 92,3 % Excédent brut d'exploitation retraité1 1 007 421 + 586 M€ En % du chiffre d'affaires + 10,8 % +4,7 % + 6,1 pts Excédent brut d'exploitation publié 1 225 1 069 + 156 M€ En % du chiffre d'affaires + 13,1 % + 12,0 % + 1,1 pt

Cash-flow opérationnel libre avant IS retraité1

(854) (1 366) + 512 M€ Cash-flow opérationnel libre avant IS publié (581) (2 397) + 1 816 M€

Résultat opérationnel retraité2

(100) (2 514) + 2 414 M€ Résultat opérationnel publié 118 (1 866) + 1 984 M€ Résultat net part du groupe (99) (2 503) + 2 404 M€ Résultat net par action (0,26) € (6,55) € + 6,29 € 31.12.12 31.12.11 Endettement (+) / trésorerie (-) net(te) 3 948 3 548 + 401 M€ Ratio dette nette / (dette nette + fonds propres) 41,5 % 37,3 % + 4,2 pts

Le Groupe ayant opté pour l'application anticipée au 1er janvier 2012 de la norme IAS 19 révisée, les états financiers de l'exercice 2011 ont été retraités en conformité avec les nouvelles règles à des fins de comparaison. Le détail des impacts de ces retraitements est détaillé dans la note 37 de l'annexe aux comptes consolidés. Par ailleurs, les données comparatives 2011 ont été retraitées afin d'incorporer l'activité Ingénierie et Projets au sein de la ligne Corporate et Autres.

1 Retraité des impacts liés à Siemens (pénalité reçue de 648 millions d'euros) en 2011 et des impacts du plan de cessions (plus-value de 218 millions d'euros) en 2012
2 Retraité des impacts liés à Siemens (décaissement net de - 1 031 millions d'euros) en 2011 et des impacts du plan de cessions (produit de cessions de 273 millions d'euros) en 2012

Carnet de commandes renouvelé et croissance du chiffre d'affaires

Le carnet de commandes total du groupe s'élève à 45 369 millions d'euros au 31 décembre 2012, stable par rapport au 31 décembre 2011. Le chiffre d'affaires consolidé du groupe atteint 9 342 millions d'euros en 2012, en hausse de 5,3 % en données publiées et de 4,4 % à p.c.c.1 par rapport à 2011 (voir communiqué de presse du 31 janvier 2013).

1 A périmètre et taux de change constants

Très forte progression de l'excédent brut d'exploitation

L'excédent brut d'exploitation (EBE) publié passe de 1 069 millions d'euros en 2011 à 1 225 millions d'euros en 2012, en hausse de 156 millions d'euros. Retraité des impacts liés à Siemens en 2011 et des cessions en 2012, il progresse de 586 millions d'euros pour s'établir à 1 007 millions d'euros.

Analyse de l'excédent brut d'exploitation (EBE) par Business Group :

L'EBE du BG Mines retraité des impacts du plan de cessions 2012 s'élève à 425 millions d'euros en 2012 contre 449 millions d'euros en 2011. Cette légère baisse s'explique essentiellement par l'évolution du périmètre avec la déconsolidation des activités de La Mancha Resources Inc., et ce malgré un prix de vente moyen de l'uranium ressortant des contrats en hausse et une bonne maîtrise des coûts de production.

L'EBE du BG Amont s'élève à 294 millions d'euros en 2012 contre 179 millions d'euros en 2011. Il bénéficie de :

  • la montée en puissance de l'usine Georges Besse II ;
  • l'optimisation des coûts liés à la transition entre Eurodif et Georges Besse II dans l'Enrichissement et ;
  • l'effet positif des plans d'amélioration de la performance dans les activités Combustible et Chimie.

Le BG Réacteurs et Services affiche un EBE de 98 millions d'euros en 2012 en forte progression par rapport à - 399 millions d'euros en 2011 grâce à :

  • un niveau d'activité soutenu et des actions d'amélioration de la performance dans les activités de Services à la Base Installée, d'Equipements et de Mesures Nucléaires ;
  • la réception anticipée de l'indemnisation de 300 millions d'euros pour le projet OL3 dans le cadre de la police d'assurance visant à couvrir les risques de perte à terminaison des contrats de vente d'EPR à l'export.

Le BG Aval enregistre un EBE de 417 millions d'euros en 2012 contre 389 millions d'euros en 2011. Cette hausse s'explique notamment par une hausse de la production combinée à une bonne maîtrise des coûts des plateformes des sites de La Hague et de Melox.

L'EBE du BG Energies Renouvelables s'élève à - 59 millions d'euros en 2012, en amélioration par rapport à 2011 (- 85 millions d'euros). La montée en puissance des activités Eolien Offshore et les effets positifs des plans d'amélioration de la performance dans l'activité Bioénergies, notamment en Europe et au Brésil, permettent aux deux Business Units d'atteindre un EBE positif pour la première année. L'essentiel de la contribution négative de l'EBE du BG provient des difficultés rencontrées dans l'exécution de projets dans l'activité Solaire.

Très nette amélioration du cash-flow opérationnel libre

Le cash-flow opérationnel libre avant impôts publié passe de - 2 397 millions d'euros en 2011 à - 581 millions d'euros en 2012.

Retraité des impacts liés à Siemens en 2011 et des cessions en 2012, il passe de - 1 366 millions d'euros en 2011 à - 854 millions d'euros en 2012. Cette nette amélioration s'explique par :

  • l'augmentation de l'EBE retraité1 de 421 millions d'euros en 2011 à 1 007 millions d'euros en 2012 ;
  • une variation du besoin en fonds de roulement (BFR) opérationnel plus favorable (307 millions d'euros en 2012 contre 187 millions d'euros en 2011).

1 Retraité des impacts liés à Siemens (pénalité reçue de 648 millions d'euros) en 2011 et des impacts du plan de cessions (plus-value de 218 millions d'euros) en 2012

Analyse de la variation du besoin en fonds de roulement opérationnel (BFR) par Business Group :

La variation du BFR opérationnel est positive de 307 millions d'euros en 2012 à comparer à 187 millions d'euros en 2011.

La variation du BFR opérationnel du BG Mines est positive de 261 millions d'euros (contre une contribution négative de 33 millions d'euros en 2011) grâce notamment à la réduction sur la période des stocks d'uranium naturel en valeur.

La variation du BFR opérationnel du BG Amont est positive de 7 millions d'euros (contre 158 millions d'euros en 2011) malgré une baisse du niveau d'activité en 2012.

La variation du BFR opérationnel du BG Réacteurs et Services est positive de 44 millions d'euros (contre 174 millions d'euros en 2011) malgré la consommation en 2012 d'avances clients reçues en 2011.

La variation du BFR opérationnel du BG Aval est négative de 9 millions d'euros (contre une contribution négative de 53 millions d'euros en 2011) en raison d'une hausse des créances clients. Celle-ci est compensée par la maîtrise des autres postes de gestion de la trésorerie.

La variation du BFR opérationnel du BG Energies Renouvelables est négative de 51 millions d'euros (contre une contribution positive de 35 millions d'euros en 2011) du fait de la consommation en 2012 d'avances clients reçues en 2011.

Analyse des investissements par Business Group :

Les investissements opérationnels bruts du groupe s'élèvent à 2 108 millions d'euros en 2012, contre 3 733 millions d'euros en 2011 où ils comprenaient l'acquisition des titres d'AREVA NP auprès de Siemens pour un montant net de 1 679 millions d'euros (soit 2 054 millions d'euros hors effet lié à Siemens). Ils ont été financés à hauteur de 59 % par le cash flow opérationnel généré par l'activité1 (contre 34 % en 2011).

Les cessions d'actifs classées en cash flow opérationnel s'élèvent à 285 millions d'euros en 2012 contre 80 millions d'euros en 2011. Elles comprennent principalement les cessions de Millennium et de La Mancha Resources Inc. mises en œuvre dans le cadre du plan Action 2016.

Retraité des impacts liés à Siemens en 2011 et des cessions en 2012, les investissements opérationnels nets du groupe s'élèvent à 2 096 millions d'euros en 2012, en hausse par rapport à 2011 (1 974 millions d'euros). En 2012, le groupe a réalisé 59 % de ses investissements sur les sites implantés en France.

Les investissements opérationnels nets du BG Mines s'élèvent à 224 millions d'euros contre 595 millions d'euros en 2011. Retraité des effets cessions, ils s'élèvent à 497 millions d'euros. Ils concernent principalement le développement des sites miniers de Cigar Lake (Canada) et d'Imouraren (Niger).

Les investissements opérationnels nets du BG Amont s'établissent à 1 182 millions d'euros, en hausse par rapport à 2011 (927 millions d'euros), avec la poursuite des programmes de construction de l'usine d'enrichissement Georges Besse II, qui représente plus de 70 % des investissements du BG sur cette période, et de l'usine de conversion Comurhex II.

Le BG Réacteurs et Services affiche un montant total d'investissements opérationnels nets de 198 millions d'euros, en léger recul par rapport à 2011 (220 millions d'euros). Ils comprennent principalement des développements pour la gamme de réacteurs du groupe et des investissements industriels dans l'activité Equipements (nouvelle presse sur le site du Creusot Forge notamment).

Les investissements opérationnels nets du BG Aval s'établissent à 115 millions d'euros, en baisse par rapport à 2011 (144 millions d'euros). Ils concernent les installations françaises de La Hague et Melox dans l'activité Recyclage ainsi que le développement de projets internationaux.

Les investissements opérationnels nets du BG Energies Renouvelables s'élèvent à 85 millions d'euros, en hausse par rapport à 2011 (52 millions d'euros). Ils portent notamment sur le développement des activités Eolien Offshore et Solaire.

1 Avant investissements

Retour à un résultat opérationnel positif

Le résultat opérationnel publié du groupe s'élève à 118 millions d'euros en 2012 contre - 1 866 millions d'euros en 2011.

Retraité des impacts liés à Siemens en 2011 et des cessions en 2012, il s'établit à - 100 millions d'euros en 2012, contre - 2 514 millions d'euros en 2011. Il bénéficie, dans les BG Mines, Amont et Aval, de l'effet ponctuel d'une évolution favorable des provisions relatives aux avantages aux personnels constituées en application de la norme IAS19 révisée.

Analyse du résultat opérationnel par Business Group :

Le résultat opérationnel du BG Mines s'élève à 352 millions d'euros, contre - 1 168 millions d'euros en 2011. Il comprend des pertes de valeur des actifs corporels et incorporels immobilisés, au titre des projets miniers en République centrafricaine (Bakouma) et en Afrique du Sud (Ryst Kuil), pour un montant total de 165 millions d'euros (contre 1 456 millions d'euros en 2011). Hors pertes de valeur et cessions 20121, le résultat opérationnel retraité du BG Mines s'élève à 299 millions d'euros (soit 22,0 % du chiffre d'affaires) contre 288 millions d'euros en 2011 (soit 22,4 % du chiffre d'affaires).

Le résultat opérationnel du BG Amont s'élève à 145 millions d'euros, contre - 766 millions d'euros en 2011. Il comprend des pertes de valeur pour un montant total de 143 millions d'euros (contre 474 millions d'euros en 2011) au titre :

  • des actifs incorporels correspondant aux études préparatoires à la construction de l'usine d'enrichissement de l'uranium aux Etats-Unis (EREF), compte tenu du calendrier envisagé de démarrage des travaux de construction ;
  • des actifs corporels de la coentreprise ETC, dont les perspectives industrielles sont affectées par les reports de plusieurs projets d'extension ou de construction d'usines d'enrichissement.

En 2011, le résultat opérationnel du BG était impacté par des dotations aux provisions enregistrées au titre de certaines de ses installations industrielles (388 millions d'euros).

Le BG Réacteurs et Services affiche un résultat opérationnel de - 410 millions d'euros, contre - 532 millions d'euros en 2011. Le résultat opérationnel du BG est impacté par près de 650 millions d'euros de dotations aux provisions pour pertes à terminaison au titre de plusieurs projets de construction ou de modernisation de réacteurs dont :

  • 400 millions d'euros au titre de l'EPR d'Olkiluoto 3 (Finlande). La provision complémentaire de 100 millions d'euros constituée au second semestre tient compte de l'avancement du projet et des incertitudes renforcées début 2013 quant à l'engagement suffisant du client pour :
  • les dernières étapes en vue de la validation finale de l'architecture détaillée du contrôle-commande par l'autorité de sûreté, d'une part,
  • la réalisation et la validation des essais, ainsi que la finalisation du dossier de licence d'exploitation, d'autre part.
  • 165 millions d'euros au titre d'un contrat de modernisation d'un réacteur en Europe.

En 2011, il comprenait des pertes de valeurs au titre de certaines installations industrielles de production d'équipements (125 millions d'euros) et près de 400 millions d'euros de provisions pour pertes sur projets (dont 220 millions d'euros au titre de l'EPR Olkiluoto 3).

Le BG Aval enregistre un résultat opérationnel de 438 millions d'euros en 2012 (soit 25,3 % du chiffre d'affaires), en hausse par rapport à 2011 (210 millions d'euros, soit 13,2 % du chiffre d'affaires).

Le résultat opérationnel du BG Energies Renouvelables s'établit à - 207 millions d'euros en 2012, contre - 78 millions d'euros en 2011. Il est affecté par des difficultés rencontrées dans l'exécution de projets dans l'activité Solaire qui ont amené AREVA à initier, dans cette activité, une restructuration aux Etats-Unis et à réviser sa stratégie.

1 Impacts du plan de cessions (plus-value de 218 millions d'euros) en 2012

Résultat net part du groupe proche de l'équilibre

Le résultat net part du groupe s'élève à - 99 millions d'euros en 2012 contre - 2 503 millions d'euros en 2011.

  • La quote-part du résultat des entreprises associées ressort à 11 millions d'euros en 2012 contre 62 millions d'euros en 2011. Cette baisse s'explique par la cession des titres ERAMET et Sofradir au cours de l'année 2012.
  • Le résultat financier est de - 324 millions d'euros en 2012, contre - 555 millions d'euros en 2011. Le coût de l'endettement financier net s'élève à - 185 millions d'euros en 2012 contre - 72 millions d'euros en 2011, cette évolution étant principalement due à la baisse des produits de trésorerie et équivalents de trésorerie. Le résultat sur cessions de titres compris dans la part liée aux opérations de fin de cycle inclut 93 millions d'euros de reprise de la dépréciation durable affectée aux titres cédés contre 14 millions d'euros en 2011. Par ailleurs, le résultat financier bénéficie de la plus-value de cessions relative aux titres Sofradir (en 2011, il avait été affecté par une moins-value de 48 millions d'euros relative aux titres Eramet). En 2011, le groupe avait comptabilisé des dépréciations durables sur certains titres disponibles à la vente pour - 113 millions d'euros, dont - 86 millions d'euros relevant des fonds dédiés au démantèlement
  • Le produit d'impôt net atteint 120 millions d'euros en 2012, contre une charge nette de - 283 millions d'euros en 2011.

Maîtrise de l'endettement net

L'endettement financier net total du groupe s'élève à 3 948 millions d'euros, contre 3 548 millions d'euros au 31 décembre 2011. Le cash flow opérationnel libre retraité négatif de 854 millions d'euros est largement compensé par les produits des cessions décrites ci-dessous.

Le programme de cessions, exécuté en avance pour un montant total supérieur à 1,2 milliard d'euros, comprend en 2012 :

  • la cession de la participation de 20 % d'AREVA au capital de Sofradir pour 48 millions d'euros ;
  • la cession au Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) de la participation de 25,93 % d'AREVA dans le capital d'ERAMET pour la somme de 776 millions d'euros ;
  • la cession des parts d'AREVA dans le projet minier canadien Millennium à la société Cameco Corporation pour 117 millions d'euros ;
  • la cession de la participation de 63 % d'AREVA au capital de la Mancha Resources Inc. pour 253 millions d'euros.

Par ailleurs, en 2012, la liquidité du groupe a été renforcée par :

  • l'émission d'une tranche obligataire d'un montant total de 400 millions d'euros par le biais d'un abondement de la souche obligataire arrivant à maturité le 5 octobre 2017, avec un coupon annuel de 4,625 %. Cette émission obligataire a complété les émissions réalisées depuis 2009 ;
  • un placement obligataire privé de 200 millions d'euros à échéance 10 ans qui a été réalisé suite à l'expression de marques d'intérêt de la part d'investisseurs institutionnels.

L'encours obligataire d'AREVA s'élève ainsi à 4,85 milliards d'euros et le groupe n'a pas d'échéance majeure de remboursement de dette avant 2016.

Par ailleurs, le groupe a renouvelé à ce jour ses lignes de crédit bilatérales et syndiquées non tirées pour un montant total d'environ 2 milliards d'euros.

Au 31 décembre 2012, le groupe disposait d'une trésorerie disponible1, nette des dettes financières courantes, de 1 615 millions d'euros.

Avec un résultat net part du groupe s'élevant à - 99 millions d'euros, l'application de la politique de dividende du groupe conduira le Conseil de Surveillance d'AREVA à proposer à l'Assemblée Générale de ne pas verser de dividende au titre de l'exercice 2012.

1 Postes « trésorerie et équivalents de trésorerie » et « autres actifs financiers courants » à l'actif du bilan consolidé

II – Perspectives

Pour l'exercice 2013, AREVA se fixe pour objectifs :

  • une croissance organique du chiffre d'affaires de l'ordre de 3 à 6 % pour les activités nucléaires et un chiffre d'affaires d'environ 600 millions d'euros pour les activités renouvelables ;
  • un excédent brut d'exploitation supérieur à 1,1 milliard d'euros ;
  • un cash flow opérationnel libre avant impôts à l'équilibre.

Sur la période 2015-2016, AREVA se fixe pour objectifs :

  • une croissance organique du chiffre d'affaires de l'ordre de 5 à 8 % par an pour les activités nucléaires et un chiffre d'affaires supérieur à 1,25 milliard d'euros pour les activités renouvelables à horizon 2015 ;
  • des investissements bruts ramenés à 1,3 milliard d'euros par an en moyenne sur la période 2014-2016 ;
  • un cash-flow opérationnel libre avant impôts positif supérieur à 1 milliard d'euros par an à
    partir de 2015.

Politique de dividendes :

  • La mise en place d'une politique de dividendes en adéquation avec le plan stratégique Action 2016 a été approuvée par le Conseil de Surveillance lors de sa séance du 28 février 2013. Ainsi, pour le dividende 2014, arrêté sur la base des comptes 2013, le taux de distribution sera déterminé dans la limite de 25 % du résultat net part du groupe.

A PROPOS

AREVA fournit à ses clients des solutions pour produire de l'électricité avec moins de CO2. L'expertise du groupe et son exigence absolue en matière de sûreté, de sécurité, de transparence et d'éthique font de lui un acteur de référence, dont le développement responsable s'inscrit dans une logique de progrès continu.

Numéro un mondial du nucléaire, AREVA propose aux électriciens une offre intégrée unique qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires et les services associés. Le groupe étend ses activités aux énergies renouvelables – éolien, solaire, bioénergies, hydrogène et stockage – pour devenir un des leaders mondiaux de ce secteur.

Grâce à ces deux grandes offres, les 48 000 collaborateurs d'AREVA contribuent à fournir au plus grand nombre, une énergie toujours plus sûre, plus propre et plus économique.

La présentation des résultats annuels d'AREVA sera accessible en direct sur Internet le 28 février 2013, à 17:45 CEST.

Pour accéder au webcast, cliquez sur les liens ci-dessous :

Version française : http://webcast.areva.com/20130228/resultats_annuels_2012/
Version anglaise : http://webcast.areva.com/20130228/2012_annual_results/

Calendrier prévisionnel des évènements et publications

25 avril 2013 – 17:45 CEST Communiqué de presse

Chiffre d'affaires et informations relatives au 1er trimestre 2013

7 mai 2013 – 15:30 CEST Assemblée Générale Mixte des actionnaires Salle Wagram – 75017 Paris 25 juillet 2013 – 17:45 CEST Communiqué de presse, conférence téléphonique et webcast Résultats semestriels 2013

Nota bene :

  • Statut des comptes de l'année 2012 à l'égard de l'audit :

Les procédures d'audit sur les comptes consolidés sont effectuées et le rapport de certification de ces comptes est émis. Les comptes consolidés 2012 ont été certifiés sans réserve, avec 3 observations similaires à celles des années précédentes, attirant l'attention des lecteurs sur les modalités d'évaluation des actifs et passifs de fin de cycle, les conditions de réalisation du contrat OL3, et les évolutions de règles et méthodes comptables, en l'occurrence le changement de méthode de comptabilisation des avantages du personnel.

  • Déclarations prospectives :

Ce document contient des informations et des déclarations prospectives. Les déclarations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits et des services futurs ou les performances futures. Bien que la direction d'AREVA estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs et les porteurs de titres AREVA sont alertés sur le fait que ces déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle d'AREVA, qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les informations et déclarations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par AREVA auprès de l'AMF, y compris ceux énumérés sous la section « Facteurs de risques » du document de référence enregistré auprès de l'AMF le 29 mars 2012 et actualisé avec le rapport semestriel 2012 (consultables en ligne sur le site internet d'AREVA à l'adresse : www.areva.com). AREVA ne prend aucun engagement de mettre à jour les informations et déclarations prospectives à l'exception de ce qui est requis par les lois et règlements applicables.

Annexe 1 - Compte de Résultat

En millions d'euros 2012 2011 Var. 12/11 Chiffre d'affaires 9 342 8 872 + 5,3 % Autres produits de l'activité 63 40 + 23 M€ Coût des produits et services vendus (8 463) (8 020) - 443 M€ Marge brute 942 891 + 51 M€ Frais de Recherche et Développement (317) (343) + 26 M€ Frais commerciaux (238) (231) - 7 M€ Frais généraux et administratifs (418) (426) + 8 M€ Autres charges et produits opérationnels 150 (1 758) + 1 908 M€ Résultat opérationnel 118 (1 866) + 1 984 M€ Produits de trésorerie et d'équivalents de trésorerie 51 121 - 70 M€ Coût de l'endettement financier brut (236) (193) - 43 M€ Coût de l'endettement financier net (185) (72) - 113 M€ Autres charges et produits financiers (139) (483) + 344 M€ Résultat financier (324) (555) + 231 M€ Impôts sur les résultats 120 (283) + 403 M€ Quote-part dans les résultats des entreprises associées 11 62 - 51 M€ Résultat net d'impôt des activités poursuivies (74) (2 642) + 2 568 M€ Résultat net d'impôt des activités en cours de cession - (2) + 2 M€ Résultat net de la période (74) (2 644) + 2 570 M€ Dont Résultat net part des minoritaires 24 (142) + 166 M€ Dont Résultat net part du groupe (99) (2 503) + 2 404 M€ Résultat global (195) (2 953) + 2 758 M€ Nombre moyen d'actions hors actions propres 381 022 026 382 012 007 ns Résultat net part du groupe par action (en euros) (0,26) (6,55) + 6,29 €

Annexe 2 - Tableau des Flux de Trésorerie consolidés

En millions d'euros 2012 2011 Var. 12/11 Capacité d'autofinancement avant intérêts et impôts 789 893 - 104 M€ Intérêts nets et impôts versés (385) (209) - 176 M€ Capacité d'autofinancement après intérêts et impôts 404 683 - 279 M€ Variation du Besoin en Fonds de Roulement 309 221 + 88 M€ Flux net de trésorerie généré par l'activité 713 904 - 191 M€ Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement (1 139) (821) - 318 M€ Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (167) (999) + 832 M€ Diminution (augmentation) des titres à la juste valeur par le biais du compte de résultat (179) 0 - 179 M€ Impact des variations de taux de change (12) 21 - 33 M€ Flux net de trésorerie généré par les activités en cours de cession - 4 - 4 M€ Augmentation (diminution) totale de la trésorerie (784) (891) + 107 M€ Trésorerie à l'ouverture de l'exercice 2 273 3 164 - 891 M€ Trésorerie à la clôture de l'exercice 1 489 2 273 - 784 M€

Annexe 3 - Bilan simplifié1

En millions d'euros 31.12.2012 31.12.2011 ACTIF Goodwill 3 998 4 239 Immobilisations corporelles et incorporelles 10 699 9 416 Actifs de couverture des opérations de fin de cycle 5 912 5 513 Titres des entreprises associées 175 205 Autres actifs financiers non courants 294 217 Impôts différés (actifs – passifs) 1 006 705 Besoin en fond de roulement opérationnel (601) (184) Actifs nets des activités en cours de cession* 225 776 PASSIF Capitaux propres 5 556 5 962 Provisions pour opérations de fin de cycle 6 331 6 026 Autres provisions 4 751 4 316 Autres éléments d'actif et de passif 1 048 1 033 Endettement net 3 948 3 548 Passif des activités destinées à être cédées 73 - Total bilan simplifié 21 708 20 887

* Hors capitaux propres des activit és en cours de cession

1 Le bilan simplifié compense des éléments d'actif et de passif constitutifs du besoin en fonds de roulement opérationnel, de l'endettement net ainsi que des impôts différés, contrairement au bilan détaillé présenté dans les comptes consolidés.

Annexe 4 – Définitions

Besoin en fonds de roulement opérationnel (BFRO) : le BFRO représente l'ensemble des éléments d'actifs circulants et des dettes directement liées aux opérations. Il comprend les éléments suivants :

  • Stocks et en-cours,
  • Clients et comptes rattachés,
  • Avances versées,
  • Autres créances d'exploitation, produits à recevoir, charges constatées d'avance,
  • Moins : Fournisseurs et comptes rattachés, Avances reçues sur commandes (à l'exclusion des avances portant intérêt), autres dettes d'exploitation, charges à payer, produits constatés d'avance.
  • NB : il n'inclut pas les créances et dettes hors exploitation, telles que notamment les dettes d'impôt sur les sociétés, les créances sur cessions d'immobilisations, les dettes sur acquisitions d'immobilisations et les avances sur immobilisations.

Carnet de commandes : le carnet de commandes est valorisé sur la base des commandes fermes, à l'exclusion des options non confirmées, évaluées aux conditions économiques de la fin de période considérée. Les commandes en devises faisant l'objet d'une couverture de change sont évaluées au taux de change de couverture ; les commandes en devises non couvertes sont évaluées au taux de change du dernier jour de la période considérée. La valorisation des commandes d'uranium est basée sur le cours de clôture des indices spot et long terme de référence. En ce qui concerne les contrats à long terme, comptabilisés selon la méthode de l'avancement, en cours de réalisation au moment de la clôture, le montant inclus dans le carnet de commandes correspond à la différence entre, d'une part le chiffre d'affaires prévisionnel du contrat à terminaison, et d'autre part le chiffre d'affaires déjà reconnu sur ce contrat ; il inclut par conséquent les hypothèses d'indexation et de révision de prix contractuelles prises en compte par le groupe pour l'évaluation du chiffre d'affaires prévisionnel à terminaison.

Cash-flow opérationnel libre : il représente le montant des flux de trésorerie générés par les activités opérationnelles. Il est égal à la somme des éléments suivants :

  • l'EBE, hors opérations de fin de cycle,
  • augmenté des moins-values ou minoré des plus-values sur cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles incluses dans le résultat opérationnel,
  • augmenté de la réduction ou minoré de l'augmentation du besoin en fonds de roulement opérationnel entre l'ouverture et la clôture de l'exercice (hors effet des reclassements, des écarts de conversion et des variations de périmètre),
  • minoré du montant des acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles, net des variations des comptes fournisseurs d'immobilisations,
  • augmenté des cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles incluses dans le résultat opérationnel, nettes des variations des comptes de créances sur cessions d'immobilisations,
  • augmenté des avances clients sur immobilisations reçues au cours de l'exercice,
  • augmenté des acquisitions (ou cessions) de sociétés consolidées (hors entreprises associées).

EBE (excédent brut d'exploitation) : l'EBE est égal au résultat opérationnel augmenté des dotations, nettes des reprises aux amortissements et provisions opérationnels (à l'exception des provisions pour dépréciation des éléments d'actif circulant) incluses dans le résultat opérationnel. L'EBE est retraité de façon à exclure le coût des opérations de fin de cycle des installations nucléaires (démantèlement, reprise et conditionnement des déchets) effectuées au cours de l'exercice.

Flux des opérations de fin de cycle : cet indicateur traduit l'ensemble des flux de trésorerie liés aux opérations de fin de cycle et aux actifs de couverture de ces opérations. Il est égal à la somme des éléments suivants :

  • revenus du portefeuille d'actifs de couverture,
  • trésorerie issue des cessions d'actifs de couverture,
  • minorés des acquisitions d'actifs de couverture,
  • minorés des dépenses relatives aux opérations de fin de cycle effectuées au cours de l'exercice,
  • soultes reçues au titre du démantèlement des installations,
  • minorées des soultes versées au titre du démantèlement des installations.

Gearing : ratio dette nette / (dette nette + fonds propres).

Marge opérationnelle : ratio résultat opérationnel / chiffre d'affaires.

Trésorerie (dette) nette : la trésorerie (dette) nette est définie comme la somme de la "trésorerie et équivalent de trésorerie" et des "autres actifs financiers courants" diminuée des "dettes financières courantes et non courantes". Les "dettes financières courantes et non courantes" incluent la valeur actuelle des puts de minoritaires.

AREVA
Service de Presse :
Julien Duperray
Katherine Berezowskyj
Vincent Kempkes
Jérôme Rosso
Alexandre Thebault
T : +33 (0) 1 34 96 12 15
F : +33 (0) 1 34 96 16 54
press@areva.com
Relations Investisseurs :
Marie de Scorbiac
T: +33 (0) 1 34 96 05 97
marie.descorbiac@areva.com
Philippine du Repaire
T: +33 (0) 1 34 96 11 51
philippine.durepaire@areva.com

Business Wire