BFM Patrimoine

Après une semaine catastrophique, les Bourses asiatiques repartent à la hausse

Du côté de Tokyo ou encore de Shanghai, les indices repartent doucement à la hausse. Une bulle de respiration qui ne signifie pas pour autant un retour au calme...

En Asie, du vert partout ce lundi. Après une semaine catastrophique, les Bourses asiatiques sont bien reparties à la hausse. 

Du coté du Japon, la Bourse de Tokyo reprenait ainsi quelques couleurs, rassurée par un engagement réitéré de la Banque du Japon (BoJ) à intervenir pour garantir la stabilité des marchés financiers, sérieusement mise à mal par l'épidémie mondiale du coronavirus.

L'indice vedette Nikkei, qui avait chuté vendredi de plus de 3,6%, a d'abord cédé plus de 1% lundi en début de séance avant d'inverser la vapeur après le message de la BoJ. A 6h30 (heure française), l'indice était en hausse de près de 1%

Les investisseurs continuaient de guetter comme le lait sur le feu le nombre de nouvelles contaminations dans le monde, ainsi que les plans des gouvernements pour faire face à la crise, y compris sur le plan économique.

Du côté des Bourses chinoises, la tendance est aussi au vert. Et même très vert à Shanghai qui atteignait les +3% à 6h30 (heure française). Hausse un peu plus modeste à Hong Kong avec +0,72% à la même heure.

Comment expliquer ce rebond? Les déclarations des grandes banques centrales ont joué. En particulier celle de la Fed, la banque centrale américaine, qui s'est montrée prête à stimuler les marchés si jamais l’impact du coronavirus s’avérait trop fort sur les économies mondiales. Cela ouvre donc la porte à une baisse des taux.

Résultat, les marchés parient désormais sur de fortes baisses de ces taux dans l'année. Donald Trump a d'ailleurs de nouveau réclamé une action de la Fed qui "a fait beaucoup d'erreurs" a-t-il expliqué. "Mais j'espère (qu'elle) va intervenir bientôt", a-t-il encore dit vendredi à des journalistes dans les jardins de la Maison Blanche.

Mais la Fed a déjà démontré sa résistance aux espoirs trop ambitieux du marché. Et la volatilité ne devrait pas d'arrêter tout de suite. Pour preuve, le fameux indice VIX, qui mesure justement cette volatilité, est toujours autour de 40 points, signe d'une grande fragilité des marchés. 

Thomas Leroy