BFM Patrimoine

Apremilast en monothérapie par voie orale a démontré des avantages cliniques à long terme chez les patients atteints de rhumatisme psoriasique sans antécédent de thérapie d’ARMM

BFM Patrimoine
L'essai PALACE 4 atteint le critère d'évaluation principal de l'ACR 20 à la semaine 16 avec près de 60 pour cent des patients qui ont terminé les 52 semaines sur apremilast ayant obtenu une réponse ACR 20 PALACE

L'essai PALACE 4 atteint le critère d'évaluation principal de l'ACR 20 à la semaine 16 avec près de 60 pour cent des patients qui ont terminé les 52 semaines sur apremilast ayant obtenu une réponse ACR 20

PALACE 4 est la première grande étude contrôlée randomisée à examiner l'efficacité et l'innocuité d'un nouvel agent chez les patients sans antécédent de thérapie d'ARMM

À long terme, les améliorations cliniquement significatives observées dans des manifestations d'arthrite psoriasique telles que la fonction physique (HAQ-DI), les atteintes cutanées (PASI-75/50), des articulations tuméfiées et douloureuses, l'enthésite et la dactylite

Celgene International Sàrl, une filiale en propriété exclusive de Celgene Corporation (NASDAQ : CELG), a annoncé aujourd'hui les résultats de son étude de phase III à long terme l'apremilast, le meilleur inhibiteur oral ciblé de la phosphodiestérase de type 4 (PDE4) de la catégorie, développé par la société, chez les patients atteints de rhumatisme psoriasique sans antécédent de traitement d'ARMM systémique ou biologique au cours de l'édition 2013 du congrès annuel de l'American College of Rheumatology (ACR)/Association of Rheumatology Health Professionals (ARHP) à San Diego.

PALACE 4 est la première grande étude contrôlée randomisée à examiner l'efficacité et l'innocuité d'un nouvel agent exclusivement chez les patients sans antécédent de thérapie d'ARMM systémique ou biologique. La monothérapie à base d'apremilast a démontré des avantages cliniques sur une période de 52 semaines dans cette population de patients sans précédent de traitement antirétroviral, y compris des améliorations cliniquement significatives des signes et des symptômes de l'arthrite psoriasique, ainsi que les manifestations de l'arthrite psoriasique telles que la fonction physique (HAQ-DI), les atteintes cutanées (PASI-75/50), des articulations tuméfiées et douloureuses, l'enthésite et la dactylite.

À la semaine 16, une plus grande proportion statistiquement significative de patients traités par monothérapie à base d'apremilast ont obtenu une modification de l'ACR20 (le critère d'évaluation principal de l'étude) par rapport au groupe de traitement au placebo : 29,2 % (apremilast 20 mg ; P = 0,0076) et 32,3 % (apremilast 30 mg ; P = 0,0011) contre 16,9 % (placebo). Pour ceux des patients randomisés sous apremilast et ayant terminé les 52 semaines de l'étude, il a été observé une réponse ACR20 de 53,4 % (apremilast 20 mg) et de 58,7 % (apremilast 30 mg) à la semaine 52. Les réponses ACR 50 et 70 ont été atteintes par 31,9 % et 18,1 % des patients, respectivement, pour apremilast 30 mg.

« En plus de maintenir son profil d'innocuité et de tolérance à long terme conforme aux données déclarées précédemment, apremilast en monothérapie a démontré des avantages cliniques chez les patients atteints de rhumatisme psoriasique et sans antécédent de thérapie d'ARMM systémique ou biologique, » a commenté Alvin Wells, M. D., Ph.D., directeur du Centre de rhumatologie et d'immunothérapie de Franklin, dans le Wisconsin aux États-Unis. « Ces résultats encourageants laissent entendre que l'apremilast peut avoir le potentiel d'être utilisé en monothérapie et comme thérapie de première ligne. »

Des améliorations durables dans plusieurs critères, y compris l'enthésite (inflammation dans les points où les tendons, les ligaments ou les fibres de capsule articulaire rentrent dans l'os), la dactylite (gonflement d'un doigt ou d'un orteil), un fonctionnement déficient sur le plan physique selon les critères du questionnaire d'évaluation de la santé (HAQ-DI), des articulations douloureuses et tuméfiées et les comptages et les atteintes cutanées liées au psoriasis, ont été maintenues ou ont accru chez les patients ayant terminé les 52 semaines de traitement.

Apremilast en monothérapie a démontré un profil d'innocuité acceptable et a été généralement bien toléré jusqu'au bout de la 52ème semaine. Aucune nouvelle inquiétude concernant l'innocuité n'a été identifiée avec une prolongation du traitement, et le profil était compatible avec les données de sécurité précédemment signalées sur apremilast. Les événements indésirables les plus courants (EI) observés au cours des 52 semaines étaient : nausée, diarrhée, maux de tête. Le taux d'abandon à cause de la diarrhée et des nausées dans les groupes combinés de traitement par apremilast étaient de moins de 2 % sur une période de 52 semaines. Aucun cas grave de diarrhée ou de nausées n'a été signalé dans les groupes de traitement au cours des 52 semaines. Aucune infection opportuniste systémique, y compris des cas de tuberculose (nouvelle ou réactivation), n'a été déclarée.

Ces résultats proviennent d'études expérimentales. Apremilast n'est approuvé pour aucune indication.

Les dossiers NDA (New Drug Application - demande d'homologation) et NDS (New Drug Submission — demande de médicament nouveau), fondés sur les données combinées des études PALACE 1, 2 et 3 sur la polyarthrite psoriasique, ont été présentés aux autorités sanitaires des États-Unis et du Canada aux premier et second trimestres 2013, respectivement. Un dossier d'autorisation de mise sur le marché auprès de la FDA aux États-Unis pour le psoriasis en plaques et une demande d'autorisation de mise sur le marché combinée pour le rhumatisme psoriasique et le psoriasis en Europe, sont en préparation pour le quatrième trimestre 2013.

À propos du programme PALACE

PALACE 1, 2, 3 et 4 sont des études pivot de phase III multicentriques, à double insu, contrôlées par placebo, et menées en parallèle sur deux groupes suivant un traitement actif. Dans les études PALACE 1, 2 et 3, environ 1 500 sujets ont été randomisés selon un ratio de 1:1:1 pour recevoir soit 20 mg d'Apremilast 2x/jour, soit 30 mg d'Apremilast 2x/jour, soit un placebo d'aspect identique, pendant 24 semaines, avec une extension subséquente au cours de l

Dans l'étude PALACE 4, plus de 500 patients sans antécédents de traitement d'ARMM ont été randomisés selon un ratio de 1:1:1 pour recevoir soit 20 mg d'Apremilast 2x/jour, soit 30 mg d'Apremilast 2x/jour, soit un placebo d'aspect identique, pendant 24 semaines, avec une extension subséquente au cours de laquelle tous les patients sont traités par apremilast.

Le critère d'évaluation principal des études PALACE 1, 2, 3 et 4 est la proportion de patients, dans chaque groupe de traitement, ayant connu une amélioration de 20 % (critère ACR20 de l'American College of Rheumatology) à la semaine 16 par rapport au début. Les critères d'évaluation secondaires incluent d'autres mesures des signes et symptômes, de la fonction physique et des résultats rapportés par les patients aux semaines 16 et 24.

Pris dans son ensemble, le programme PALACE englobe les programmes les plus exhaustifs à ce jour sur la polyarthrite psoriasique, destinés à être soumis à homologation.

À propos de l'Apremilast

L'apremilast, un inhibiteur oral à petite molécule spécifique de la phosphodiestérase 4 (PDE4), fonctionne de manière intracellulaire pour moduler l'expression d'un réseau de cytokines pro- et anti-inflammatoires. La PDE4 est une enzyme phosphodiestérase (PDE) spécifique à l'adénosine monophosphate cyclique (cAMP) et il s'agit de la PDE dominante dans les cellules inflammatoires. L'inhibition de la PDE4 entraîne une augmentation des niveaux de la cAMP intracellulaire, qui, à son tour, régule à la baisse la réponse inflammatoire en modulant l'expression du TNF-α, de l'Il-23 et d'autres cytokines inflammatoires. L'augmentation de la cAMP accroît également d'autres cytokines anti-inflammatoires telles l'IL-10.

À propos de la polyarthrite psoriasique

La polyarthrite psoriasique est une maladie inflammatoire chronique douloureuse associée à un psoriasis cutané. On estime que 125 millions de personnes dans le monde sont atteintes du psoriasis en plaques, et environ 30 % peuvent également développer l'arthrite psoriasique. La polyarthrite psoriasique est un trouble chronique associé à une inflammation articulaire additive qui peut avoir des conséquences nuisibles sur la qualité de vie et augmente l'incapacité de travail. Outre les lésions psoriasiques cutanées, les symptômes courants de la polyarthrite psoriasique sont la douleur, la raideur et l'enflure de plusieurs ou de nombreuses articulations, ainsi qu'une inflammation de la colonne vertébrale. En moyenne, les patients souffrent souvent de psoriasis pendant 10 ans avant l'apparition des symptômes articulaires, et de nombreux patients atteints de polyarthrite psoriasique ne sont pas diagnostiqués. Pour en savoir plus sur la polyarthrite psoriasique, consultez le site Internet www.discoverpsa.com. Pour en savoir plus sur le rôle de la PDE4 dans les maladies inflammatoires, consultez le site www.discoverpde4.com.

À propos de Celgene

Celgene International Sàrl, située à Boudry en Suisse, est une filiale à part entière de Celgene Corporation et son siège international. Celgene Corporation, basée à Summit dans l'État du New Jersey, est une société pharmaceutique internationale intégrée spécialisée dans la découverte, le développement et la commercialisation de traitements novateurs de lutte contre le cancer et les maladies inflammatoires au moyen de la régulation génique et protéinique. Pour plus d'informations, veuillez visiter le site www.celgene.com.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse renferme des énoncés prospectifs qui ne constituent pas des faits historiques. Ces énoncés prospectifs peuvent être identifiés par les mots « table sur », « anticipe », « pense », « prévoit », « estime », « envisage », « a l'intention de », « s'attend à » et d'autres expressions similaires. Ces énoncés prospectifs sont fondés sur les prévisions, les estimations, les projections et les hypothèses actuelles de la direction, et ne sont valables qu'à la date du présent communiqué. Nous n'assumons aucune obligation d'actualiser ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouvelles informations ou d'événements futurs, sauf si la loi l'exige. Ces énoncés prospectifs impliquent des incertitudes et des risques inhérents dont la plupart sont difficiles à prévoir et échappent généralement à notre contrôle. Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux sous-entendus dans ces énoncés prospectifs en raison de l'impact d'un certain nombre de facteurs importants, notamment ceux évoqués plus en détail dans notre rapport annuel sur formulaire 10-K et dans les autres rapports déposés auprès de la Commission américaine de contrôle des opérations boursières.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Celgene International Sàrl
Relations avec les investisseurs :
+41 32 729 8303
ir@celgene.com
ou
Relations avec les médias :
+41 32 729 8304
media@celgene.com

Business Wire