BFM Patrimoine

Apple: accueil mitigé des résultats, doutes sur la marge.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Hier soir après la clôture de Wall Street, Apple a fait état au titre du 2ème trimestre de son exercice 2012/2013 (courant de janvier à mars) d'un bénéfice net de 9,5 milliards de dollars (10,09 dollars par action), en ba

(CercleFinance.com) - Hier soir après la clôture de Wall Street, Apple a fait état au titre du 2ème trimestre de son exercice 2012/2013 (courant de janvier à mars) d'un bénéfice net de 9,5 milliards de dollars (10,09 dollars par action), en baisse de 18,1% par rapport à celui du T2 2011/2012 (11,6 milliards ou 12,3 dollars par action). Les rachats d'actions seront fortement augmentés de même que le dividende (+15%). Mais si ces chiffres sont supérieurs aux attentes, notamment grâce à des ventes d'iPhones et d'iPads plus élevées que prévu, nombre d'analystes restent inquiets des futures marges du groupe.

Après avoir touché vendredi 385,1 dollars, soit son plus bas niveau en plus d'un an, l'action Apple s'échange actuellement dans les transactions électroniques post-marché 407,5 dollars (+ 0,3%). Mais elle était montée jusqu'aux environs de 430 dollars post-marché, terrain qu'elle a donc abandonné depuis lors.

Sur la période, le chiffre d'affaires du groupe technologique basé à Cupertino, en Californie, a augmenté de 11,2% à 43,6 milliards de dollars. Quelque 66% des ventes sont réalisées hors des Etats-Unis, contre 64% un an plus tôt.

Mais la rentabilité du groupe a baissé, sa marge brute s'établissant sur la période à 37,5% des ventes, contre 47,4% un an plus tôt.

Toujours lors de son T2, Apple a vendu 37,4 millions de 'smartphones' iPhone, soit davantage (+ 6,5%) que les 35,1 millions écoulés un an plus tôt. Les ventes unitaires de tablettes iPad ont décollé de 65,2% à 19,8 millions d'unités, quand les ventes d'ordinateurs Macs, à 3,95 millions d'unités, se sont tassées de 1,6%. Les ventes de balladeurs iPod reculent toujours de 26,6% à 5,6 millions d'unités, soit un CA en baisse de 20% qui passe juste sous la barre du milliard de dollars.

Les iPods sont maintenant dépassés en CA par les accessoires (périphériques divers), avec 1,4 milliard de dollars de ventes et une croissance de 15% sur un an.

Du côté des services notamment liés à la plate-forme de distribution de musique et de vidéos en ligne iTunes, le CA de 4,1 milliards s'inscrit en croissance de près de 30%.

Par zone géographique, le continent américain dans son ensemble est toujours le premier marché d'Apple avec 14 milliards de dollars de CA, en hausse de 7% sur un an. L'Europe se place toujours en numéro 2 (9,8 milliards de CA, + 11%), talonnée par la Grande Chine (Chine continentale, Hong Kong et Taiwan) avec ses 8,2 milliards de CA (+ 8%). La Grande Chine est aussi la seule région du monde où les ventes du groupe soient en hausse 'séquentielle', soit relativement au trimestre précédent marqué par les fêtes de Noël (+20% sur ce marché, contre - 20% pour l'ensemble du groupe).

Le Japon et les autres pays d'Asie (hors Grande Chine et Japon, donc) sont également bien orientés, avec des progressions sur un an de 19% et 26%. La part du CA d'Apple réalisée en Asie atteint ainsi le tiers du CA d'Apple, contre 32,6% un an plus tôt.

En outre, le directeur général Tim Cook a indiqué que le groupe était en train de développer de nouveaux produits, tant du côté des matériels que des logiciels et des services.

Avec un cash-flow de 12,5 milliards, la trésorerie nette du groupe à la pomme atteint maintenant 145 milliards de dollars.

Parallèlement à ces résultats, Apple indique qu'il va relever ses autorisations de rachat d'actions de 10 à 60 milliards de dollars d'ici la fin de l'exercice 2015. Le dividende trimestriel sera également relevé de 2,65 à 3,05 dollars par titre (+15%) à compter du prochain versement, le 16 mai. Cela portera à 11 milliards de dollars par an le montant payé en dividendes. Malgré l'importance de sa trésorerie, le groupe a l'intention de financer une partie de ce programme par des emprunts.

En guise de prévisions pour son 3ème trimestre 2012/2013, Apple table sur des ventes comprises entre 33,5 et 35,5 milliards, une marge brute de 36 à 37% et des dépenses opérationnelles de 3,85 à 3,95 milliards de dollars.

Selon les analystes d'Aurel BGC, 'cette publication apporte des éléments contradictoires mais ne rassure pas sur un élément clef : la pérennité du taux de marge d'Apple à long terme' : en effet, 'la demande se concentre sur les 'premiers prix' de l'offre Apple', comme les iPads Mini et l'iPhone 4.

'Le lancement d'iOS 7, cet été, sera-t-il une source de hausse de la marge ? Pas évident... Les perspectives restent mitigées', ajoutent-ils, en soulignant que les prévisions fournies semblent inférieures aux attentes du marché. Ou encore que la hausse des retours à l'actionnaire peuvent s'interpréter comme un

Cercle Finance