BFM Patrimoine

Amazon: des profits miraculeux qui enchantent Wall Street

Un chiffre d'affaires qui s'envole et des profits inattendus, Amazon est-il enfin à l'aube d'une transformation en modèle de croissance rentable ?

Un chiffre d'affaires qui s'envole et des profits inattendus, Amazon est-il enfin à l'aube d'une transformation en modèle de croissance rentable ? - Amazon - AFP

Amazon a dégagé des profits sur le trimestre écoulé ! Rien que ces résultats constituent une performance majeure pour le groupe, chroniquement déficitaire depuis sa création. Certains observateurs rêvent désormais de voir le groupe sur les rails d’une croissance rentable et durable.

Il y a de quoi faire rire Jeff Bezos, le premier à plaisanter du manque structurel de rentabilité du groupe qu’il a fondé, réagissant souvent en disant "Si jamais Amazon se mettait à faire des profits, j’ai tout un tas d’idées pour les anéantir rapidement en investissant dans de nouveaux projets".

Mais les profits annoncés par Amazon hier soir, aux termes d’un 2e trimestre 2015 qui pourrait s’annoncer historique, sont loin d’être anecdotiques, même si le groupe a réussi à en dégager ponctuellement auparavant, comme à la fin de l’année 2013.

Activité en forte hausse

A 92 millions de dollars, le groupe rompt de manière claire et nette avec une longue série de pertes, rien que l’année dernière, ce résultat négatif avait atteint 126 millions de dollar. Et si on regarde dans le détail les chiffres de croissance sur l’ensemble des métiers du groupe, cette situation n’a rien d’une anomalie comptable ou d’une forme d’accident.

Déjà on assiste à une croissance forte de l’ensemble des revenus du groupe, +20% à 23 milliards de dollars sur un trimestre. Avec une performance impressionnante en particulier sur le marché nord-américain, +25%. Une hausse des ventes alimentée par une forte demande en matière de produits électroniques.

Flambée de l’activité "Cloud"

Mais c’est surtout du côté des marchés de croissance qu’on assiste à des progressions spectaculaires. Et Amazon récolte les fruits de son placement très avant-gardiste sur l’activité de stockage et d’informatique "cloud". 

Ce métier voit son activité bondir de 81% sur un seul trimestre à 1,8 milliard de dollars ! Désormais, ça représente 8% des revenus d’Amazon. Amazon qui profite donc à plein des perspectives de croissance de ce segment de marché, contrairement aux grands noms de la high-tech mondiale qui tentent d’attraper le train en marche, avec un temps de retard qui commence à peser sur leurs comptes, comme on a pu le voir dans les résultats d’IBM ou de SAP.

Vers des profits réguliers et durables ?

De quoi peut-être entrevoir un changement de taille, l’évolution progressive d’Amazon vers un vrai modèle de croissance rentable, d’autant que le groupe a tendance à ralentir la cadence de ses dépenses d’investissements dans le même temps.

Certes, Amazon n’en est pas encore tout à fait là, mais le groupe n’exclue pas de terminer l’année 2015 sur un bénéfice, sa fourchette de prévisions s’étalant d’une perte de 480 millions de dollars à un profit de 90 millions ! Une fourchette volontairement large qui laisse entrevoir cette possibilité, d’autant que les prévisions de vente pour le trimestre prochain dépassent largement les attentes de Wall Street, avec une fourchette de 23,5 à 25,5 milliards de dollars, soit une croissance de 13 à 24%.

Amazon passe devant Wal Mart en capitalisation !

Des chiffres très impressionnants que la bourse a de quoi largement acheter, d’ailleurs l’annonce de ce bilan brillant a été saluée par une flambée du titre après la clôture de Wall Street, +18-20% ! Ce qui place désormais Amazon devant Wal Mart, le premier distributeur mondial, certes bien plus doté en matière de chiffre d’affaires, mais désormais derrière en termes de valorisation boursière, autour des 250 milliards de dollars.

Jeff Bezos et les marchés devront peut-être se faire à l’avenir à un Amazon qui deviendrait une vraie entreprise de croissance durable et rentable, rompant avec un modèle brillant mais toujours pauvre en profits.

Antoine Larigaudrie