BFM Patrimoine

Achat d'actions: le patron de Deutsche Börse visé par une enquête

Carsten Kangeter, patron de Deutsche Börse.

Carsten Kangeter, patron de Deutsche Börse. - Alexander Heinl / dpa / AFP

Une enquête allemande s'intéresse à une opération financière réalisée en décembre 2015 par le parton de la Deutsche Börse, Carsten Kengeter. Il avait alors acheté des actions du groupe pour 4,5 millions d'euros.

La justice allemande enquête sur un achat d'actions réalisé par le patron du groupe Deutsche Börse en décembre 2015, deux mois avant l'annonce de son projet de fusion avec le britannique LSE, a fait savoir mercredi l'opérateur boursier allemand.

Le parquet de la ville de Francfort "a enquêté aujourd'hui chez Deutsche Börse", a fait savoir le groupe d'Eschborn (ouest de l'Allemagne) dans un court communiqué financier, sans donner davantage de détails. Un porte-parole du groupe a précisé à l'AFP que cette enquête portait sur une opération financière réalisée le 14 décembre 2015 par M. Kengeter, consistant en des achats d'actions Deutsche Börse pour un montant d'environ 4,5 millions d'euros. 

Soupçon de "délit d'initié"

Deux mois plus tard, en février 2016, Deutsche Börse et le britannique London Stock Exchange avait dévoilé leur intention de fusionner, annonce qui avait fait bondir leurs actions respectives en Bourse. "Les enquêteurs examinent s'il y a matière à un possible soupçon de délit d'initié", a précisé le porte-parole de Deutsche Börse, tout en assurant que M. Kengeter "a toujours été transparent sur l'opération de rachat d'actions".

"En septembre 2015, le conseil de surveillance de Deutsche Börse a mis en oeuvre une modification du système de rémunération du directoire. Le conseil a souhaité que M. Kengeter agisse en véritable entrepreneur et lui a demandé d'acquérir sur ses fonds personnels des actions de Deutsche Börse, c'est ce qu'a fait M. Kengeter", a détaillé le porte-parole.

Deutsche Börse et son patron, à la tête du groupe depuis juin 2015, "coopèrent pleinement avec le parquet", selon le communiqué de l'entreprise. Également contacté par l'AFP, le parquet francfortois n'était pas disponible mercredi soir pour commenter ces informations.

P.L avec AFP