BFM Patrimoine

AB Science : Résultats financiers du premier semestre 2012

BFM Patrimoine
Progression du chiffre d'affaires de 24.2% par rapport au 1er semestre 2011 Trésorerie de près de 30 M€, suite à l'émission d'une OC au 1er trimestre 2012 Regulatory News: AB Science

Progression du chiffre d'affaires de 24.2% par rapport au 1er semestre 2011

Trésorerie de près de 30 M€, suite à l'émission d'une OC au 1er trimestre 2012

Regulatory News:

AB Science SA (NYSE Euronext - FR0010557264 - AB), société pharmaceutique spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation d'inhibiteurs de protéines kinases (IPK), annonce aujourd'hui ses résultats financiers semestriels au 30 juin 2012 et présente un point sur ses activités.

I. Événements clefs des six premiers mois de l'année 2012

En médecine humaine

  • Le masitinib a généré des résultats prometteurs dans le cancer gastro-intestinal (GIST), un cancer de l'appareil digestif qui affecte 15 nouveaux patients chaque année par million d'habitants, et qui représente un marché évalué à 920 millions de dollars en 2010, et en croissance de 2% par ans
  • En seconde ligne de traitement, en résistance au Glivec® (qui est le traitement de première ligne), AB Science a annoncé le 1er février 2012 des résultats encourageants de son étude clinique de phase 2 avec le masitinib.

    Dans cette étude, 44 patients avec un GIST non-opérable, localement avancé ou métastasé et ayant une progression de la maladie sous traitement avec Glivec® (imatinib) (de 400 à 800mg / jour) ont reçu soit du masitinib (23 patients) à 12mg/kg/j, soit du Sutent® (21 patients) jusqu'à progression de la maladie. Après un suivi médian de 14 mois, la médiane globale de survie n'était pas atteinte pour le masitinib (supérieure à 21.2 mois) alors qu'elle s'établissait à 15.2 mois pour le Sutent® (p = 0,016). Après 18 mois, 79.9% des patients traités avec le masitinib étaient toujours en vie, contre 21.6% pour ceux traités avec le Sutent®. Le rapport de risque (hazard ratio) était de 0.29 (95% CI [0.10 ; 0.85], signifiant que l risque de décès était de réduit de 71% pour les patients traités avec masitinib par rapport à ceux traités avec Sutent®.

    Ces résultats ont fait l'objet d'une présentation orale lors du congrès 2012 de l'American Society of Clinical Oncology (http://abstract.asco.org/AbstView_114_96397.html).
  • A la suite de ces résultats, AB Science a initié une étude de phase 3 dans le GIST en seconde ligne de traitement, en résistance au Glivec®.

    Il s'agit d'une étude de phase 3, internationale, multicentrique, randomisée, en ouvert, contrôlée, en 2 groupes parallèles, pour comparer l'efficacité et la tolérance de masitinib versus Sutent® chez des patients atteints de GIST après progression sous imatinib. Le critère principal d'évaluation est la survie globale.

    Le recrutement dans cette étude, qui a débuté au cours du mois de mai 2012, se poursuit.
  • En première ligne de traitement, une étude de phase 3 est en cours, comparant l'efficacité et la tolérance du masitinib par rapport au Glivec®.

    Par ailleurs, AB Science a communiqué lors du congrès 2012 de l'American Society of Clinical Oncology les données de suivi à 5 ans de l'étude de phase 2 du masitinib en première ligne de traitement du GIST qui a précédé le lancement de la phase 3 actuellement en cours (http://abstract.asco.org/AbstView_114_96371.html).

    Ces données à 5 ans de suivi confirment que le masitinib a une activité efficace et durable chez les patients non traités atteints de GIST. La médiane de survie globale dans le masitinib se compare favorablement à celle du Glivec®, en particulier chez les patients de la sous-­‐population avec une mutation de KIT exon 11.

    Avec un suivi médian de 72 mois, la médiane de survie globale pour la sous-population ayant une mutation dans KIT exon 11 (N = 10) n'a pas été encore atteinte (NR [64 mois; NA]) tandis que la survie sans progression médiane était de 45 mois [20; NA]. Ces données se comparent favorablement aux données historiques publiées avec le Glivec® de 60 mois et 27 mois, respectivement. Les données pour la population entière de l'étude (N = 30) sont également encourageantes, avec une médiane de survie globale mise à jour de 65 mois [53, NA] et une médiane de survie sans progression de 41 mois [18, 51]. Ces données se comparent favorablement aux données historiques publiées avec le Glivec® de 55 mois et 18 mois, respectivement.
  • Dans le cancer du pancréas, AB Science a annoncé le décalage de la communication des résultats de la phase 3 du masitinib, en raison de la durée liée à l'analyse et l'exploitation de l'ensemble des données de l'étude figurant au protocole et notamment des données génétiques.

    AB Science communiquera les résultats de cette étude prochainement, une fois que ces données auront été intégralement exploitées.
  • Le programme de développement du masitinib en oncologie comprend actuellement 14 études cliniques, 5 études de phase 3, dont une est terminée (cancer du pancréas), et 9 études de phases 2.

Etudes de phase 3 1- Cancer du pancréas 2 - GIST en première ligne de traitement 3- GIST en deuxième ligne de traitement, en échec du Glivec® 4 - Mélanome métastasé avec mutation JM du c-Kit 5 - Myélome multiple en première rechute Etudes de phase 2 6 - Mélanome métastasé sans mutation JM du c-Kit 7 - Cancer de la prostate métastasé 8 - Cancer colorectal métastasé 9 - Cancer du poumon non à petites cellules 10 - Cancer du sein triple négatif 11 - Cancer du sein métastasé 12 - Cancer de l'estomac métastasé 13 - Lymphome T périphérique en rechute ou réfractaire 14 - Cancer de la tête et du cou métastasé

  • En dehors de l'oncologie, AB Science a publié des résultats de l'étude de phase 2 du masitinib en médecine humaine dans le traitement de la sclérose en plaques primaire progressive ou secondairement progressive sans poussées. Les résultats sont encourageants puisqu'ils ont apportés la preuve que le masitinib administré par voie orale a des bénéfices thérapeutiques potentiels chez les patients atteints de sclérose en plaques progressive.

    En dehors de l'oncologie, le masitinib est évalué dans 4 indications en phase 3.

Etudes de phase 3 1- Mastocytose 2 - Polyarthrite rhumatoïde 3- Asthme permanent sévère 4 - Formes progressives de la sclérose en plaque

Autres événements

  • L'emprunt obligataire convertible ou remboursable en actions ordinaires, d'un montant nominal de 10.000.500 euros (100 obligations de valeur nominale de 100 005 euros), autorisé par le Conseil d'Administration du 2 mars 2012, faisant usage de la délégation donnée par l'assemblée générale du 23 mai 2011, a été entièrement souscrit et libéré en date du 17 avril 2012. Les Obligations portent intérêt à un taux annuel de 1,25% payables annuellement. Elles portent également un taux d'intérêt capitalisé de 4,75%, payable uniquement en cas de remboursement de l'emprunt en numéraire. Les obligations sont convertibles en actions à tout moment à l'initiative de l'Obligataire, une obligation donnant le droit à un nombre d'actions déterminé comme suit : « O/P », O étant la valeur nominale de l'obligation et P égal à 15. Les Obligations sont automatiquement remboursées en actions, si à compter du 31 décembre 2014, la moyenne mobile sur 3 mois du cours en bourse de l'action d'une valeur nominale de 1 centime d'euro de la Société est supérieure ou égal à 20 euros. Les Obligations peuvent faire l'objet d'un remboursement anticipé en numéraire au gré d'AB Science sous certaines conditions. A défaut, les Obligations sont remboursables en totalité en numéraire à la septième date anniversaire de la date d'émission à leur valeur nominale.
  • AB Science a obtenu en 2011 une ligne de crédit pour 1,7 million d'euros, à échéance février 2016, souscrite auprès de la banque Neuflize OBC (groupe ABN Amro) à hauteur de 1,2 millions d'euros et de BNP Paribas à hauteur de 500 milliers d'euros, et remboursable sur 5 années à compter de la date de signature du Contrat, avec un différé de remboursement de deux ans. Elle est contre-garantie à 60% par Oséo. A la date du présent rapport, les 1,7 millions d'euros ont été tirés (500 milliers d'euros ont été tirés en mars 2011 et 1,2 millions d'euros ont été tirés en février 2012).
  • Depuis le 24 février 2012, le titre d'AB Science est éligible au SRD "long-only" sur NYSE Euronext. Tout investisseur potentiel a ainsi la possibilité d'acquérir des titres AB Science par le biais du Service de Règlement Différé, en bénéficiant de l'effet de levier et du paiement différé.
  • AB Science a mis fin le 17 avril 2012 au contrat de liquidité confié à SG Securities. 100 000 euros en espèces figuraient au compte de liquidité à la date de signature du contrat de liquidité.
  • AB Science a mis en place un Programme d'Augmentation de Capital par exercice d'Options (PACEO) avec la Société Générale le 3 mai 2012. La Société Générale a ainsi souscrit des bons d'émission d'actions ("BEA") exerçables au gré d'AB Science, lui permettant de réaliser des augmentations de capital successives dans la limite de 2 000 000 d'actions (soit 6,3% du capital à la date d'émission). AB Science décidera de ces éventuelles émissions d'actions au fur et à mesure de ses besoins réels pendant les 3 prochaines années, par tranches de 400 000 actions au maximum (soit 1,3% du capital à la date d'émission). Le prix de souscription fera ressortir une décote de 5% par rapport au cours moyen pondéré des 3 séances de bourse précédant sa fixation. Les actions nouvelles sont destinées à être cédées sur le marché, Société Générale n'ayant pas vocation à les conserver.
  • A la suite de l'exercice d'options de souscriptions d'actions, 12 500 actions de valeur nominale de 0,01 euro ont été émises au cours du premier semestre 2012, entraînant une augmentation de capital de 125 euros.

II. Événements survenus après le 30 juin 2012

Aucun événement notable n'est survenu depuis la fin du premier semestre de l'exercice 2012.

III. Résultats financiers consolidés pour le premier semestre 2012

Les produits d'exploitation se sont élevés au 30 juin 2012 à 666 K€ contre 536 K€ un an plus tôt, en croissance de 24,2%, et intégralement générés par l'exploitation d'un médicament en médecine vétérinaire.

Les charges opérationnelles se sont élevées au 30 juin 2012 à 6.081 K€ contre 5.523 K€ au 30 juin 2011, soit une augmentation de 10,1 %.

Les charges de commercialisation de la Société sont stables. Elles s'élèvent à 597 K€ au 30 juin 2012 contre 595 K€ au 30 juin 2011, soit une hausse de 0,3%.

Les charges administratives ont augmenté de 1,5 %, passant de 861 K€ au 30 juin 2011 à 874 K€ au 30 juin 2012.

Les frais de recherche et développement ont augmenté de 13,3%, passant de 3 900 K€ au 30 juin 2011 à 4 418 K€ au 30 juin 2012. Cette hausse (518 K€) s'explique principalement par la diminution du crédit d'impôt recherche qui passe de 1 388 K€ au 30 juin 2011 à 860 K€ au 30 juin 2012 (-528 K€), du fait de l'obtention d'aides publiques.

Au 30 juin 2012, la base de calcul du crédit d'impôt a été diminuée de 3 056 K€ suite à la prise en compte dans l'assiette de calcul des subventions et avances conditionnées reçues au cours de la période, entraînant une diminution de 770 K€ sur le crédit d'impôt recherche. Les avances seront rajoutées à la base de calcul du crédit d'impôt l'année de leur éventuel remboursement.

Par ailleurs, les charges de recherche et développement éligibles au crédit d'impôt recherche ont augmenté de 805 K€, soit un impact de 242 K€ sur le crédit d'impôt recherche.

Résultat opérationnel

Le résultat opérationnel au 30 juin 2012 correspond à une perte de 5 415K€, contre une perte de 4 987 K€ au 30 juin 2011, soit un accroissement du déficit opérationnel de 428 K€ (8,6%) pour les raisons exposées ci-dessus.

Résultat financier

Le résultat financier au 30 juin 2012 est une perte de 371 K€ contre un gain de 45 K€ un an plus tôt. Les charges financières, hors effets de change et effet d'actualisation, passent de 23 K€ au 30 juin 2011 à 488 K€ au 30 juin 2012. Cette augmentation résulte principalement de la hausse des intérêts capitalisés suite aux émissions d'emprunts obligataires (+373 K€) et dans une moindre mesure aux intérêts courus annuels (73K€).

Les intérêts capitalisés sont calculés au taux de 4,75% et sont payables uniquement en cas de remboursement de l'emprunt en numéraire, à maturité de 7 ans.

Les intérêts annuels sont calculés au taux de 1,25% et sont payables annuellement.

Sur la période, les intérêts produits par le placement des obligations sont supérieurs aux intérêts payables annuellement.

Résultat net

La perte nette s'élève au 30 juin 2012 à 5 755 K€ contre 4 942 K€ au 30 juin 2011, en augmentation de 16,4 %, pour les raisons évoquées ci-dessus.

IV. État de la situation financière consolidée

Actif

Compte tenu des perspectives de commercialisation des produits attendus, les frais de développement ont été comptabilisés en charges. Le montant immobilisé correspond essentiellement au coût d'enregistrement des brevets de la Société. Les frais d'enregistrement des brevets de la Société activés en valeurs nettes ont connu une augmentation de 9%, passant de 1 069 K€ au 31 décembre 2011 à 1 165 K€ au 30 juin 2012.

Les stocks s'élèvent à 476 K€ au 30 juin 2012 contre 621 K€ au 31 décembre 2011. Ils sont relatifs au stock de matières premières et principes actifs (359 K€), au stock de produits intermédiaires (33 K€) et au stock de produits finis (84 K€).

Les créances clients sont passées de 136 K€ fin 2011 à 153 K€ au 30 juin 2012. L'augmentation du poste est liée à l'augmentation du chiffre d'affaires.

Les actifs financiers courants ont augmenté de 22,2 % entre le 31 décembre 2011 et le 30 juin 2012, passant de 8 558 K€ à 10 462 K€. Ces actifs financiers correspondent à des instruments de trésorerie dont l'échéance est supérieure à trois mois. Cette augmentation résulte du placement de la trésorerie obtenue suite à l'encaissement de subventions et avances conditionnées en janvier 2012.

Les autres actifs courants sont passés de 6 901 K€ au 31 décembre 2011 à 2 088 K€ au 30 juin 2012, soit une baisse de 69,7 % sur la période. Cette baisse est expliquée par les principales variations suivantes :

  • Diminution du montant du crédit d'impôt recherche à recevoir (860 K€ au 30 juin 2012 contre
    3 154 K€ au 31 décembre 2011, soit une baisse de 2 294 K€)
  • Diminution des avances conditionnées à recevoir (1 956K€), avance reçue en janvier 2012
  • Diminution des subventions à recevoir (974 K€), subvention reçue en janvier 2012.

La trésorerie a augmenté de 63,8 % entre le 31 décembre 2011 et le 30 juin 2012, passant de 11 808 K€ à 19 338 K€, en raison de l'émission d'un emprunt obligataire en avril 2012 d'un montant de 10 M€.

Le total de la trésorerie et des actifs financiers courants s'élèvent à 29 800 K€ au 30 juin 2012 contre 20 366 K€ au 31 décembre 2011.

Passif

Les financements utilisés par l'entreprise sont principalement constitués d'augmentations de capital, de diverses aides publiques (crédit d'impôt recherche, avances remboursables et subventions) et d'émissions d'emprunts obligataires.

Au 30 juin 2012, les capitaux propres de la Société s'élèvent à 3 530 K€.

En 2011, les principaux mouvements, en dehors des résultats de la période, ont été des augmentations de capital pour un montant de 1 315 K€ et la comptabilisation de la composante capitaux propres de l'emprunt obligataire pour un montant de 1 167 K€.

Les passifs courants s'élèvent à 8 190 K€ au 30 juin 2012 contre 9 359 K€ à fin 2011, soit une baisse de 12,5%. Cette diminution (1 169 K€) s'explique notamment par les effets suivants :

  • l'accroissement des provisions courantes (60 K€), lié à l'ajustement de la provision pour impôts et pour litiges
  • la diminution des dettes fournisseurs (391 K€)
  • la diminution des passifs financiers courants (892 K€), relatif notamment au remboursement de la ligne de crédit pour 1 000K€ en février 2012.
  • de l'augmentation des autres passifs courants (54 K€), liée principalement à l'augmentation des dettes sociales.

Les passifs non courants comprennent principalement deux emprunts obligataires (13 897 K€) dont l'échéance est à plus de deux ans, deux dettes bancaires de 1 554 K€ et des avances conditionnées. Ils s'élèvent à 22 208 K€ au 30 juin 2012 contre 12 372 K€ au 31 décembre 2011, soit une augmentation de 9 836 K€ liée notamment à la souscription d'un emprunt obligataire convertible ou remboursable en actions ordinaires. Le montant de l'emprunt obligataire libéré en avril 2012 s'élève à 10 000 500 euros. Les obligations sont convertibles en actions ou à défaut sont remboursables en numéraire à la septième année de la date d'émission de l'emprunt.

Facteurs de risques et incertitudes

Les principaux risques et incertitudes auxquels la Société est exposée pour les six premiers mois et les six mois restants de l'exercice 2012 sont les risques et incertitudes décrits au chapitre 5 du rapport financier annuel au 31 décembre 2011.

À propos d'AB Science

Fondée en 2001, AB Science est une société pharmaceutique spécialisée dans la recherche, le développement, et la commercialisation de nouvelles thérapies ciblées pour les patients atteints de cancer ou d'autres pathologies importantes avec un besoin médical non satisfait, y compris des maladies inflammatoires et des maladies du système nerveux central.

AB Science a développé en propre un portefeuille d'inhibiteurs de protéines kinases (IPK), une nouvelle classe de molécules ciblées dont l'action consiste à modifier les voies de signalisation intracellulaire. La molécule phare d'AB Science, le masitinib, a déjà fait l'objet d'un enregistrement en médecine vétérinaire en Europe et aux États-Unis et est développé dans neuf phases 3 chez l'homme, dont une à l'analyse dans le cancer du pancréas et huit en cours dans le GIST en première ligne, le GIST en seconde ligne, le mélanome métastatique exprimant la mutation c-Kit JM, le myélome multiple, la mastocytose, l'asthme sévère persistant, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques dans ses formes progressives. La société a son siège à Paris et est cotée sur Euronext Paris (Ticker : AB)

Plus d'informations sur la société sur le site internet : www.ab-science.com

«Ce communiqué ne constitue pas une offre de vente ou la sollicitation d'une offre d'achat de titres AB Science. Il peut contenir des informations prospectives. Aucune garantie ne peut être donnée quant à la réalisation de ces prévisions qui sont soumises à des risques dont ceux décrits dans les documents déposés par la Société auprès de l'Autorité des marchés financiers, à l'évolution de la conjoncture économique, des marchés financiers et des marchés sur lesquels AB Science est présente »

AB Science - Communication financière & Relations Presse
investors@ab-science.com

Business Wire