BFM Patrimoine

10e séance de recul pour le CAC 40, du jamais vu

La Bourse de Paris a clôturé en baisse pour la dixième séance d'affilée vendredi (- 1,26% à 3.278,56 points), abandonnant 10,6% au cours d'une semaine marquée par la double crainte de la crise de la dette et du ralentissement des grandes économies mondial

La Bourse de Paris a clôturé en baisse pour la dixième séance d'affilée vendredi (- 1,26% à 3.278,56 points), abandonnant 10,6% au cours d'une semaine marquée par la double crainte de la crise de la dette et du ralentissement des grandes économies mondial - -

La Bourse de Paris a clôturé en baisse pour la dixième séance d'affilée vendredi, abandonnant 10,6% au cours d'une semaine, du jamais vu depuis la création de l'indice parisien. Une panique telle celle de 2007 aux origines différentes selon certains économistes.

10 semaines de baisse pour la Bourse de Paris. Pour cette seule semaine, Paris chute de 10,6 points. C'est la première fois qu'un tel évènement se produit à la Bourse de Paris depuis la création du CAC 40. A tel point que François Baroin, le ministre de l'Economie a écourté ses vacances pour rentrer à Paris afin de faire le point sur la situation.

« Il faut commencer à agir en matière de dépense maladie »

C'est un peu la même panique qui avait touché le monde de la finance en 2007 à ceci près que l'origine des craintes diffère. C'est ce que constate l'économiste Nicolas Bouzou : « en 2007/2008 on avait une crise financière qui a débouché sur une crise bancaire qui avait déclenché une crise économique. Aujourd'hui, on a une crise de surendettement des Etats, qui potentiellement, on n'en est pas là, pourrait déclencher une crise bancaire et économique. Il faut sans doute jouer sur les retraites, on a commencé avec les retraites, mais il faut aller plus loin. Mais la route est tracée. Il faut maintenant commencer à agir en matière de dépense maladie. Il y a des médicaments qu'il faut arrêter de rembourser. Quand vous avez une gastroentérite, ça se soigne en buvant de l'eau. Donc ça, il faut arrêter de rembourser parce qu'on n'a plus les moyens ».

Toutes les Bourses européennes touchées

Paris n'est pas la seule place financière qui chute, les Bourses européennes ont subi leur baisse la plus forte en une semaine depuis près de trois ans.

A Paris, le CAC 40 a clôturé en baisse de 1,26% à 3.278,56 points.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a perdu 1,67% à 976,10 points, clôturant au plus bas depuis 13 mois, en recul de 9,8% sur la semaine, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis octobre 2008.

L'annonce de créations d'emplois aux Etats-Unis plus fortes que prévu en juillet et nettement relevées pour mai et juin a permis de limiter les pertes dans l'après-midi. Mais les reculs à la clôture atteignent 2,71% à Londres et 2,78% à Francfort.

Parmi les Bourses des pays 'périphériques' de la zone euro, déjà très éprouvées jeudi, le recul a atteint 1,2% à Lisbonne et 2,25% à Athènes, mais Milan et Madrid ont fini sur des replis plus légers de 0,62% et 0,18% respectivement.

La Rédaction avec Fabien Magnenou