BFM Patrimoine

Les dons aux grandes associations ont progressé plus lentement

L'année qui s'ouvre est pour l'instant incertaine, une année d'élections étant toujours "compliquée" en raison de "l'attentisme" qui prévaut.

L'année qui s'ouvre est pour l'instant incertaine, une année d'élections étant toujours "compliquée" en raison de "l'attentisme" qui prévaut. - Geralt - Pixabay

En 2015, la hausse des dons était de 1,7%. En 2014, elle atteignait 2,4%.

Les dons aux grandes associations et fondations ont continué de progresser en 2015, mais à un rythme plus lent que l'année précédente, selon le dernier baromètre du syndicat professionnel France Générosités. La hausse des dons collectés par les 89 membres de ce syndicat (parmi lesquels Action contre la faim, Aides, Amnesty International, Unicef, Sidaction ...) est estimée à 1,7% en 2015 contre 2,4% en 2014, d'après un panel de 22 associations et fondations cumulant 58% de la collecte (dons inférieurs à 1.500 euros).

"Peut-être ce petit ralentissement peut-il être expliqué par le coup de massue qu'ont constitué les attentats sur les Français", a estimé Nolwenn Poupon, responsable des études et de la communication.

L'année qui s'ouvre est pour l'instant incertaine, une année d'élections étant toujours "compliquée" en raison de "l'attentisme" qui prévaut, a-t-elle expliqué à l'AFP.

Si les dons ont continué d'augmenter en 2015, c'est parce que les donateurs existants ont été plus généreux: le montant moyen du don par chèque ou autre moyen de paiement (57% des dons) a atteint 63 euros en 2015 contre 60,6 en 2014, tandis qu'il s'est maintenu à 12,8 euros par mois pour les prélèvements automatiques (43% des dons).

Le don en ligne représente 6% de la collecte

Le don en ligne, qui représente 6% de la collecte globale, est resté à 104 euros en moyenne. La générosité des Français reste très saisonnière, 41% des dons étant faits sur le dernier trimestre de l'année, dont la moitié sur le mois de décembre.

Les donateurs français sont fidèles, puisque 93% des donateurs d'une structure ont déjà donné à cette même asssociation ou fondation. Mais "nous avons de plus en plus de mal à convaincre de nouvelles personnes d'être donatrices", a souligné Mme Poupon. En 2015, les nouveaux donateurs ont ainsi représenté 7% des montants versés, contre 9% en 2011.

Les causes les plus plébiscitées sont la protection de l'enfance, la recherche médicale et la lutte contre l'exclusion, devant l'aide aux personnes âgées ou handicapées et la défense des droits de l'Homme. Les Français se montrent particulièrement généreux lorsque les associations ont l'occasion de leur expliquer concrètement ce qu'elles font au quotidien (par exemple l'AFM-Téléthon lors de son grand marathon annuel télévisé), ou lors d'urgences humanitaires relayées par les médias, souligne France Générosités.

D. L. avec AFP