BFM Patrimoine

Vous ne regarderez plus jamais votre voisin de la même manière

12% des Français n'hésitent pas à espionner leurs voisins.

12% des Français n'hésitent pas à espionner leurs voisins. - Johannes Eisele - AFP

Si les Français n'hésitent pas à rendre service à leurs voisins, certains d'entre eux en profitent également pour … les espionner!

Lorsque l'on pense à ses voisins, on aimerait bien éviter d'avoir les images de "Fenêtre sur cour" d'Alfred Hitchock dans la tête. Et pourtant, les Français ne sont pas loin de ressembler à James Stewart dans le film. En effet, 12% des Français l'avouent sans honte, ils ont déjà espionné leurs voisins! C'est ce qui ressort du sondage Harris Interactive pour AVendreALouer.

Et surprise, même si elles ont beaucoup de temps à occuper, les personnes âgées ne sont pas les plus actives sur le sujet. "Les jeunes sont les plus curieux puisque 19% des moins de 25 ans l'ont déjà fait", précise l'étude.

Mais, plus que ce voyeurisme, c'est la motivation qui pousse à espionner ses voisins qui est inquiétante. AVendreALouer remarque, en effet, qu'un homme sur 10 a déjà fantasmé sur son voisin ou sa voisine. L'inverse est moins vrai puisque seules 2% des femmes reconnaissent la même chose. La méthode peut s'avérer efficace puisque 1% des Français a épousé l'un de ses voisins.

Les Français plutôt cordiaux

Néanmoins, les Français ne sont pas que des voisins angoissants. La grande majorité des personnes interrogées déclarent avoir des relations cordiales avec leur voisinage et 18% d'entre elles sont mêmes amies. Et ce ne sont pas que des mots puisque 72% des Français n'hésitent pas à se rendre des services comme la réception des colis, la surveillance des habitations lors de départs en vacances ou encore le prêt d'outils.

Et l'étude précise que plus on avance dans l'âge, plus on est sociable avec ses voisins. "Les 65 ans et plus sont 46% à déclarer entretenir des relations amicales avec leurs voisins contre 25% pour les moins de 35 ans".

Il vaut donc mieux avoir un voisin âgé d'au moins 65 ans si l'on veut pouvoir lui demander quelques services, et que ce soit une femme. Près d’un tiers des hommes ne rendent aucun service à leurs voisins contre seulement un quart des femmes.

Plutôt tolérants avec les nuisances sonores

Les hommes ont tout de même une qualité importante en tant que voisin: ils sont plus tolérants. Ils sont notamment moins gênés par les fêtes de leurs voisins et leurs ébats amoureux. Et surprise ! Ils font preuve de plus de patience avec les enfants que les femmes. "Ils sont en effet 2 fois moins nombreux à déclarer être agacés par le bruit des cris et des jeux de leurs jeunes voisins".

D'ailleurs, les enfants ne font pas partie des bruits qui dérangent le plus les Français. Ce sont avant tout les travaux (21%), les animaux de compagnie (19%) et les musiques jugées trop fortes (16%). "Les Franciliens souffrent davantage du bruit que font leurs voisines en marchant avec des talons (23%) ou des disputes de leurs voisins (15%), qui sont des nuisances plus anecdotiques en province", précise l'étude.

Si dans 42% des cas, les Français sont plutôt tolérants sur les nuisances sonores, un sur 10 a tout de même déménagé pour cette raison.

Le match Ile-de-France – Province

Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, les Franciliens, pourtant réputés pour leur mauvais caractère, ne sont pas si détestables que cela envers leurs voisins. Un sur 5 déclare être amis avec leur voisin, soit 4% de plus qu'en province. Et 73% se rendent service.

Néanmoins, ce n'est pas tout à fait désintéressé puisque les Franciliens sont deux fois plus nombreux qu'en province à avoir eu une aventure avec un voisin.

La palme du voisin le plus sympa revient tout de même à la région Sud-Ouest. 77% des habitants se rendent service et 24% aident pour les travaux. Mais là encore, ce n'est pas désintéressé: 21% des personnes interrogées déclarent avoir déjà épié ses voisins ou le fait régulièrement. "C’est plus du double de la moyenne nationale".

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco