BFM Patrimoine

Un milliardaire saoudien accuse Forbes d’avoir sous-estimé sa fortune

La fortune du prince Al-Walid, ici accompagné de sa femme, aurait été sous-estimée par Forbes dans son classement annuel.

La fortune du prince Al-Walid, ici accompagné de sa femme, aurait été sous-estimée par Forbes dans son classement annuel. - -

Le classement Forbes des plus grandes fortunes mondiales a été rendu public lundi 4 mars. Mais les résultats ne font pas l’unanimité des personnes citées. Le prince Al-Walid s’estime lésé.

Etre le 26ème homme le plus riche au monde ? Insuffisant, a jugé le prince saoudien Al-Walid ben Talal. Avec une fortune estimée à 20 milliards de dollars par le magazine Forbes dans son récent classement des milliardaires, l’investisseur saoudien s’est estimé sous-évalué !

Un communiqué de Kingdom Holding Company, dont est propriétaire le prince, a signalé, ce mardi 5 mars, que Forbes a refusé de calculer la fortune du prince à partir de données de la Bourse saoudienne, sans pour autant fournir de données chiffrées. Le magazine américain aurait jugé que les manipulations de cette Bourse sont monnaie courante, et les informations n’étaient donc pas assez fiables.

Une fortune de 28 milliards de dollars selon Bloomberg

Ce n’est pas la première fois que Forbes estime que la fortune réelle du prince Al-Walid est inférieure à ce que sa compagnie annonce. En 2006, le magazine avait jugé que le Saoudien pesait sept milliards de moins que ce qu’il prétendait.

De son côté, Bloomberg Billionaires, l’autre classement de référence des plus grandes fortunes mondiales, édité par Bloomberg, avait estimé la fortune du prince Al-Walid à 28 milliards de dollars en 2012, le plaçant 16ème, juste derrière Bernard Arnault.

Al-Walid ben Talal, neveu du roi Abdallah d’Arabie Saoudite, a fait fortune en investissant dans les hôtels de luxe. Il possède notamment des parts dans le palace parisien Georges V, mais également dans des secteurs comme la banque, les médias ou l’informatique.

Audrey Dufour avec AFP