BFM Patrimoine

Qui sont les Français qui épargnent le plus ?

Le taux d'épargne des Français s'élevaient à 16% en 2009.

Le taux d'épargne des Français s'élevaient à 16% en 2009. - -

Dans une étude publiée ce mercredi 2 juillet mais basée sur des données de 2009, l'Insee rappelle que le taux d'épargne en France est élevé atteignant 16% des revenus. Mais il diffère beaucoup selon les catégories sociales.

Les Français ne sont pas tous égaux devant l'épargne. Cela pourrait être la conclusion lapidaire de l'étude consacrée au sujet par l'Insee dans son édition 2014 du "rapport sur les revenus et le patrimoine des ménages".

Se basant sur des données datant de 2009, l'institut de conjoncture rappelle que les ménages ont épargné l'équivalent de 16% de leurs revenus, soit environ 200 milliards d'euros. "Ce taux d'épargne est élevé si on le compare à beaucoup d'autres pays européen", souligne-t-il.

Mais ce chiffre cache d'importantes disparités. Ainsi 26% des ménages affichent un taux d'épargne négatif, c'est-à-dire qu'ils sont obligés de puiser dans leur épargne pour faire face à leurs dépenses de consommation, faute de revenus suffisants.

A l'inverse 25% des ménages français épargnent le tiers de leurs revenus. Ces "super-épargnants" contribuent à 72% de l'épargne nationale annuelle, selon l'Insee. Plusieurs facteurs expliquent ces différences.

> Le niveau de revenu

Cela semble être une lapalissade, mais "le taux d'épargne augmente avec le revenu", explique l'Insee. Les 20% des Français ayant les revenus les plus faibles affichent ainsi un taux d'épargne négatif de -8%. A l'inverse, les Français dont les revenus appartiennent au 20% les plus élevés, ont un taux d'épargne de 47%.

> L'âge

Pour de nombreuses raisons, ce sont les ménages en milieu de vie, c'est-à-dire entre 30 et 59 ans qui présentent en moyenne les taux d'épargne les plus importants, entre 14 et 19% selon les tranches d'âge. Ce taux baisse à 3% pour les moins de 30 ans et à 8% pour les plus de 70 ans.

L'Insee donne deux raisons pour expliquer la baisse du taux d'épargne chez les retraités: la chute de leur revenu et, dans le même temps, une hausse de leurs dépenses avec une augmentation des loisirs et des dépenses fixes (chauffage, électricité...) qui s'explique par une plus grande présence dans le foyer.

> Le nombre d'enfant

Si l'écart entre les familles sans ou avec un seul enfant est jugé comme étant marginal par l'Insee, l'institut explique que les foyers ayant deux enfants présentent un taux d'épargne "significativement plus faible" que les ménages sans enfant.

> Le logement

L'Insee note que le taux d'épargne médian des locataires est moins élevé que celui des propriétaires non accédant (les propriétaires ayant déjà remboursé leur emprunt). L'écart étant de 4,5%.

Parmi les propriétaires, ceux qui remboursent un prêt ont un taux d'épargne élevé car "le remboursement des emprunts constitue une épargne forcée", relève l'Insee.

Julien Marion