BFM Patrimoine

Les notaires ne tablent pas sur une reprise du marché immobilier

Le prix au mètre carré a baissé à Paris au deuxième trimestre

Le prix au mètre carré a baissé à Paris au deuxième trimestre - -

Les transactions ont bondi de 10% dans l'ancien en Ile-de-France, selon les chiffres des notaires publiés ce jeudi 12 septembre. Mais le nombre de ventes reste quand même très faible.

Les notaires semblent un peu perdus et n'osent pas vraiment se prononcer sur la tendance actuelle du marché immobilier en Ile-de-France. "Le logement partage avec le reste de l’économie au 2ème trimestre 2013 plusieurs tendances parfois contradictoires et souvent peu lisibles", annoncent-ils ce jeudi 12 septembre.

Il faut avouer que les chiffres sont tous azimuts. Tout d'abord, les transactions. Au deuxième trimestre 2013, le nombre de ventes dans l'ancien a augmenté de 10% par rapport au très mauvais 2ème trimestre 2012, et dans le neuf de 4%.

Mais les notaires nuancent immédiatement cette bonne nouvelle :"les signes d’amélioration de l’activité demeurent modestes, puisqu’ils ne concernent que le 2ème trimestre et le nombre de ventes plafonne à un faible niveau dans le neuf comme dans l’ancien".

Et ils précisent même qu'au 1er semestre 2013, 62.000 logements anciens ont été vendus, soit une baisse de 6% par rapport au 1er semestre 2012 et 12% de moins qu'au 1er semestre 2011. "Si l’on prend comme référence, les ventes de logements anciens d’un premier semestre moyen de ces 10 dernières années, les ventes du 1er semestre 2013 accusent une baisse de 15% en Ile-de-France et de 22% dans Paris".

Hausse de 237% des prix à Paris entre 1996 et 2013

De plus, la baisse des prix reste faible. En Ile-de-France, ils cèdent 1,2% sur un an et 0,2% sur trois mois. A Paris, le prix au mètre carré atteint 8.200 euros, soit un repli de 1,9% et 150 euros sur un an, et 1,1% par rapport au premier trimestre. Par rapport au point haut d’août 2012 (8.460 euros), le prix de vente dans Paris a régressé de 260 euros et de 3%.

Des légères baisses qui ne compensent pas l'explosion des prix depuis 1996. Grâce à leur nouvel indice de calcul par type de biens, les notaires notent que les prix des appartements anciens se sont envolés de 187% entre le 1er trimestre 1996 et le deuxième trimestre 2013, passant de 1.900 euros le mètre carré à 5.450 euros. A Paris, ils ont bondi de 237% de 2.430 euros le mètre carré à 8.200 euros.

Et la baisse ne risque pas de s'accélérer. "Les indicateurs avancés calculés à partir des avant-contrats anticipent la poursuite de la baisse des prix de vente dans la capitale à l’horizon de l’automne 2013, à un rythme toujours modéré", précisent les Notaires.

Pas d'amélioration

Les notaires ne voient pas d'amélioration à court terme. D'un côté, certains éléments ne changent pas: les revenus disponibles sont toujours faibles, l'incertitude face à l'avenir demeure et le haut niveau des prix rebutent les acheteurs.

Ils saluent, certes, l'entrée en vigueur au 1er septembre d'une fiscalité moins restrictive et d'un abattement exceptionnel de 25% sur la taxation des plus-values immobilières, mais ils dénoncent l'augmentation des droits de mutation.

Diane Lacaze