BFM Patrimoine

Les Français heureux de leur logement

6% des Français considèrent leurs conditions de logement comme insuffisantes ou très insuffisantes.

6% des Français considèrent leurs conditions de logement comme insuffisantes ou très insuffisantes. - Stéphane de Sakutin - AFP

Les conditions de logement s'améliorent en France. La grande majorité des Français en sont satisfaits. Pourtant des problèmes subsistent.

Les chiffres de l'immobilier traduisent un marché en berne : ventes qui stagnent, construction à la peine, … Et pourtant, les Français ne sont pas aussi mécontents que l'on pourrait s'y attendre. Une étude de l'Insee sur les conditions du logement à fin 2013, publiée ce 28 avril, montre, en effet, que 94% des ménages sont relativement satisfaits de leur logement, et que ce chiffre progresse.

"15% des ménages considéraient leurs conditions de logement comme insuffisantes ou très insuffisantes en 1973, ils ne sont plus que 6 % en 2013", peut-on lire dans l'étude. Il faut dire que le niveau d'équipement des logements s'améliore.

Peu de logements inconfortables

En 2013, moins de 1% des logements étaient privés d’un des trois éléments de confort sanitaire de base que sont l’eau courante, une baignoire ou une douche, des WC à l’intérieur. En 1984, ce chiffre atteignait 15%.

"Ils représentent toutefois encore 210.000 logements, parmi lesquels 160.000 sont sans WC intérieurs et 120.000 sans baignoire ni douche. Un tout petit nombre de logements également ne disposent pas de l’eau courante", précise l'Insee dans son étude.

La surface augmente

De plus, la surface des logements a nettement augmenté. En 2013, elle est de 91 mètres carrés. La surface moyenne par personne a augmenté de près de 10 mètres carrés depuis les années 1980. Elle est évidemment plus grande dans l'habitat individuel où elle atteint 45,1 mètres carrés, que dans le collectif où elle est de 32,4 mètres carrés.

Les logements comptent en moyenne 4 pièces, nombre stable depuis 20 ans, soit, en 2013, 4,9 dans l’individuel et 2,9 dans le collectif. Entre 1984 et 2013, le nombre de pièces par personne est passé de 1,5 à 2 en moyenne dans les maisons, et de 1,3 à 1,5 dans les appartements.

Des ménages en situation de surpeuplement

Deux petits bémols tout de même : 10% des logements, soit 2,8 millions, présentent au moins trois défauts. Ces défauts couvrent un éventail de situations, graves pour les unes (installation électrique en mauvais état par exemple) ou seulement gênantes (mauvaise exposition du logement). "Les plus fréquemment cités sont la présence d'humidité sur les murs, la mauvaise isolation thermique des toits ou des murs, les fenêtres qui laissent passer l'air. Viennent ensuite les infiltrations d'eau et les problèmes d’évacuation", précise l'Insee.

De plus, 2,7 millions de ménages vivent en situation de surpeuplement. Le surpeuplement est la comparaison entre le nombre de pièces que comporte un logement avec le nombre de pièces considérées comment nécessaires au ménage (1). La situation s'améliore dans l'habitat individuel mais empire dans le collectif.

Désir d'un logement plus grand

Même s'ils sont globalement satisfaits de leur logement, un ménage sur quatre déclare tout de même vouloir en changer. Plus de la moitié d'entre eux souhaitent un logement plus grand (52%), notamment lorsqu’ils vivent en appartement (62%).

De plus, seuls 58% des ménages sont propriétaires. La France de propriétaires voulue par Nicolas Sarkozy est encore loin. D'autant que, après avoir augmenté dans les années 1990 et 2000, ce taux stagne.

(1) Pour ne pas être qualifié de surpeuplé, un logement doit comporter: une pièce de séjour pour le ménage, une pièce pour chaque couple, une pièce pour les célibataires de 19 ans et plus et une pièce pour deux enfants s'ils sont de même sexe ou s'ils ont moins de sept ans ; sinon, une pièce par enfant.

D. L.