BFM Patrimoine

La hausse des prix de l'immobilier pourrait s'accélérer

Les taux de crédit progressent légèrement. Pour autant, les notaires constatent une hausse des prix de l'immobilier. Une orientation qui devrait se poursuivre.

La hausse des prix devrait s'accélérer au printemps sur un marché immobilier ancien toujours très actif, en dépit de la lente remontée des taux de crédit, constatent les notaires. À fin mai, sur les douze mois écoulés, les prix des appartements anciens devraient avoir progressé de 4,3% et ceux des maisons anciennes de 6,1%, au vu des avant-contrats de ventes enregistrés par les notaires de France sur l'ensemble du territoire.

Ainsi, après une année 2016 "très dynamique", le nombre de ventes de logements anciens a continué de croître: à fin février, 867.000 ventes ont été conclues en 12 mois, soit une hausse de 7,7% sur un an. C'est là un volume supérieur au record historique de 848.000 ventes, établi l'an dernier.

Les taux bas soutiennent toujours le marché

Ainsi les taux bas soutiennent toujours le marché, en dépit d'une "lente ascension qui ne décourage pas les acquéreurs", commentent les notaires dans leur dernière note de conjoncture. Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques ont en effet poursuivi leur remontée en mars pour s'établir à 1,51%, soit leur niveau de juillet 2016, selon l'observatoire Crédit Logement/CSA.

Pour les notaires, "l'élément à redouter" pour le marché immobilier ancien est "une augmentation démesurée" de ces taux d'intérêt, qui "viendrait freiner la capacité financière d'achat et troubler l'équilibre actuel". Cette hypothèse pourrait se concrétiser en cas de sortie de la France de l'Union européenne et de la monnaie unique, pointent-ils.

D. L. avec AFP