BFM Patrimoine

La baisse de l'euro va relancer l'immobilier de luxe en France

Les prix de l'immobilier de luxe ont chuté à Paris.

Les prix de l'immobilier de luxe ont chuté à Paris. - Lionel Boneventure - AFP

En 2015, les investisseurs non-Européens seront tentés de profiter de la baisse de l'euro. D'autant que, faute d'acquéreurs, les prix des belles demeures ont fortement baissé en France, et notamment à Paris.

La France redevient un pays attractif … pour les riches qui n'y déclarent pas leurs revenus mais rêvent d'y acheter un appartement ou une maison ! C'est le constat d'un des grands experts du marché de l'immobilier de luxe: "La baisse de l’euro par rapport au dollar pourrait aboutir à un recentrage de l’investissement vers l’Europe, les prix de l’immobilier en France devenant plus attractifs pour les non-Européens", assure Thibault de Saint-Vincent, président de Barnes, spécialiste de l'immobilier haut de gamme.

Les investisseurs vont en effet être tenté de profiter d'un double avantage pour eux. L'euro est en forte baisse (il s'échangeait mercredi à moins de 1,1568 dollar). Si leurs revenus et leur patrimoine est en dollars, ou en livres sterling, leur pouvoir d'achat est donc largement supérieur à ce qu'il était voici moins d'un an. Mais en plus, les prix de l'immobilier de luxe sont, à Paris comme sur la côte méditerranéenne et dans les stations huppées des Alpes, très intéressants. Dans un marché international qui est resté dynamique, la France fait jusqu'ici figure d’exception, avec une forte baisse des transactions et des prix. En 2014, le marché parisien des appartements haut de gamme a connu une stagnation des transactions et une chute des prix. elle a atteint 25% par rapport à décembre 2011 pour les biens au-delà de 200 mètres carrés ou 2 millions d’euros.

Un marché relativement atone en province

En province, le marché est à trois vitesses. Tout d'abord, Barnes observe un quasi gel des transactions dans les lieux de villégiatures qui attirent une clientèle internationale ultra-riche tels que Courchevel, Cannes, ou encore Saint-Tropez. Il s'agit du marché le plus sinistré en France. Ensuite, l'étude montre une reprise dans les lieux de villégiatures franco-français comme Biarritz, Deauville, Le Pyla, Megève, Ile de Ré ou la Corse, mais à des niveaux de prix inférieurs d’environ 40% par rapport à 2007. Et enfin, le marché reste atone pour les résidences secondaires situées dans les campagnes isolées.

Si les Russes, à cause du conflit avec l'Ukraine, ont déserté la France, les grandes fortunes du Golfe, de Chine et plus largement la clientèle asiatique aisée sont toujours présents. Barnes a récemment vendu un hôtel particulier, Parc Monceau, autour de 2.800.000 euros à des Chinois qui s'installent à Paris dans le cadre de leurs affaires.

Les Américains reviennent en force. "Sur les trois derniers mois, nous avons réalisés quatre ventes avec des clients américains", note Thibault de Saint-Vincent. Et les Suisses, avec l'envolée du franc suisse, devraient bientôt se lancer en quête d'investissements immobiliers en France.

Néanmoins, le climat actuel en France et les récents attentats ont déjà eu un impact négatif sur le marché, comme en témoigne ce "dernière minute" de Barnes.

D. L.