BFM Patrimoine

Immobilier : les taux d’intérêt commencent-ils vraiment à remonter?

-

- - AFP

Un sondage mené auprès de courtiers fait état d’un frémissement à la hausse des taux mais pour Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com, il est prématuré de parler de mouvement de fond.

Selon le réseau Vousfinancer qui a interrogé les 190 courtiers en crédit, il y a, pour la première fois cette année, un début de remontée des taux combiné à un resserrement des conditions d’octroi. Observez-vous la même chose ?

Maël Bernier : Il faut raison garder. S’il y a hausse (de 0,10 à 0,20 point), elle est limitée et surtout conjoncturelle. C’est habituel en fin d’année lorsque l’exercice a été bon. 2018 a été exceptionnelle en matière d’octroi de prêts tout comme 2017, ce petit mouvement est donc connu et encore, on l’observe uniquement chez les banques qui sont les plus agressives en matière de taux.

Beaucoup de banques n’ont pas bougé. C’est donc complètement prématuré de parler de début de remontée ou de mouvement de fond.

Et concernant les conditions d’octroi, sont-elles désormais plus sévères ?

On n’observe aucun changement sur ce terrain… à part un petit resserrement sur les profils les moins favorables mais c’est anecdotique. Là encore, il ne s’agit pas d’un mouvement de fond.

Comment voyez-vous l’évolution des taux en 2019 ?

On ne voit pas de remontée massive en 2019 à 2,5% par exemple [rappelons que les taux oscillent actuellement entre 1,3 et 1,7%] selon la durée de l’emprunt. Il n’y aucune raison macro-économique pour alimenter un rebond d’un point par exemple et la BCE ne bougera pas avant l’été 2019.

Il n’y a aucune raison qu’il se passe quelque chose avant donc. On peut tabler ensuite sur une remontée progressive mais même à 1,85%, on serait encore très bas.

Olivier CHICHEPORTICHE