BFM Patrimoine

Immobilier de luxe: Paris sourit, Londres pleure

Paris a connu un nouveau souffle en 2015.

Paris a connu un nouveau souffle en 2015. - Franck Fife - AFP

"2015 a été une année en demi-teinte pour l'immobilier de luxe. Si certains pays ont vu le marché repartir, d'autres, en revanche, ont vécu l'une des pires années depuis longtemps."

L'année 2015 n'a pas été un millésime exceptionnel pour l'immobilier de luxe. Deux facteurs ont particulièrement freiné la progression des transactions dans ce marché de niche, relève Alexander Kraft, PDG de Sotheby's International Realty: "Tout d'abord, l'absence d'acquéreurs russes à la suite de la crise ukrainienne. Ensuite, la désertion des acheteurs chinois à cause de la chute des Bourses du pays et la mise en place des programmes anticorruption".

Étonnamment, les attentats n'ont pas joué un grand rôle. "Les acheteurs ont la mémoire courte. Six semaines après, c'était presque oublié. Sur le long terme, ces événements n'ont pas eu d'effets trop drastiques", précise Alexander Kraft.

Deux pays ont particulièrement souffert l'an passé. "Au Royaume-Uni, 2015 a été l'année la plus difficile depuis longtemps", déplore le PDG de Sotheby's International Realty. Et il l'explique pas trois raisons: les élections, la hausse des frais de mutation et la hausse des taxes sur les résidences secondaires. Et c'est surtout à Londres que le marché a souffert. "Les prix sont hauts et il y a toujours plus de milliardaires qui veulent s'y installer". Les transactions se sont donc fait moins nombreuses.

L'autre pays qui a vécu une année noire est la Suisse. "C'était la pire année depuis 15 ans", affirme Alexandre Kraft. "Les biens y sont rares et les prix très élevés". En raison notamment du niveau très élevé du franc suisse.

Certains sortent la tête de l'eau

Malgré tout, certains pays s'en sont bien sortis. Ainsi, en France, l'immobilier haut-de-gamme "a retrouvé sa forme après trois années difficiles qui ont suivi l'élection présidentielle", nous explique le PDG de Sotheby's International Realty. "Les prix sont bas et les choix nombreux, les acheteurs sont de retour. 2015 a été l'année de redressement".

Évidemment, la France n'est pas le seul pays à avoir retrouvé son souffle. Les États-Unis sont également repartis de l'avant, ...

Cliquez ici pour lire la suite

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco