BFM Patrimoine

Immobilier: combien de m² peut-on acheter pour 1.000 euros/mois?

La hausse des prix des logements pèse sur le pouvoir d'achat des Français.

La hausse des prix des logements pèse sur le pouvoir d'achat des Français. - Thomas Coex - AFP

Dans la plupart des grandes villes de France, les emprunteurs ont perdu du pouvoir d'achat en février, selon une étude de Meilleurtaux.com. En cause, la hausse des prix des logements, qui touche notamment Bordeaux.

Mauvaise nouvelle pour les Français qui veulent devenir propriétaires. Le nombre de mètres carrés qu’ils peuvent désormais s'offrir en remboursant 1.000 euros par mois de crédit pendant 20 ans est en baisse dans la plupart des grandes villes, constate Meilleurtaux dans son dernier baromètre des taux.

Ainsi, un emprunteur perd entre 3 et 4 m² de surface habitable à Dijon, Rennes et Bordeaux, mais seulement 1 m² s'il opte pour un bien situé à Marseille, Lille ou Paris, comme le montre la carte ci-dessous. Dans la capitale, en remboursant 1.000 euros par mois pendant 20 ans, on peut acheter en moyenne 24 m². À Nice 52 m², à Lyon 53 m², soit 3 m² de moins qu'à Bordeaux*.

Plus globalement, sur les 20 agglomérations étudiées par le courtier, 15 affichent une baisse du pouvoir d’achat immobilier entre janvier et février. Seule exception, Grenoble, où ce dernier a légèrement augmenté (+1 m²), tandis qu'il s'est stabilisé à Nîmes, Angers, Nice et au Havre.

Comment expliquer cette tendance baissière? Premier élément, la remontée des taux d’intérêt. Bien que très limitée ce mois-ci (0,10% selon Meilleurtaux), cette hausse pèse logiquement sur le pouvoir d’achat des ménages. Et la situation n’est pas près de s’arranger puisque selon le dernier Observatoire Crédit Logement/CSA, les taux devraient augmenter cette année de 0,4 point en moyenne.

-
- © Meilleurtaux.com

3 m² de moins à Bordeaux

Mais pour le courtier en crédit, "cette baisse quasi-générale du pouvoir d’achat immobilier est liée principalement à la hausse des prix qui devient une réalité dans bon nombre de grandes villes françaises". Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com, explique que la légère hausse des taux est trop faible pour avoir une réelle influence sur l’évolution récente".

Il faut dire que dans des villes comme Bordeaux, la hausse annuelle des prix a frôlé les... Cliquez ici pour lire la suite

Julien Mouret