BFM Patrimoine

Eva Longoria et Tom Cruise ont conclu!

Selon le magazine Variety, Tom Cruise a vendu sa villa de la Cité des anges à Eva Longoria pour 11,4 M$.

Selon le magazine Variety, Tom Cruise a vendu sa villa de la Cité des anges à Eva Longoria pour 11,4 M$. - The MLS

Les deux stars américaines ont signé un deal... dans l'immobilier. L'acteur du film "Mission Impossible" a vendu à l'ex-héroïne de "Desperate Housewives" l'une de ses demeures californiennes. Et cette dernière a fait une bonne affaire.

Mission accomplie. Selon le magazine Variety, Tom Cruise s'est séparé de sa villa de la Cité des anges. Montant de la transaction: 11,4 millions de dollars, soit 10,25 millions d'euros. Et l'heureux acquéreur n'est autre qu'une certaine... Eva Longoria!

Selon la presse américaine, la Desperate Housewife avait en effet jeté son dévolu il y a quelques temps sur cette somptueuse demeure. Le héros de Top Gun a mis moins d'un mois à signer sa transaction, d'après la presse américaine, en accordant à la future propriétaire des lieux un petit rabais. Tom Cruise en demandait en effet à l'origine un peu moins de 13 millions de dollars.

Pourquoi Eva Longoria a craqué

La demeure, située à Laurel Canyon, est de style européen. Construite sur deux étages, elle s'étend sur près de 1.000 mètres carrés. L'ex-femme de Tony Parker a sans doute craqué pour son plancher en chêne, ses murs en plâtre vénitien, et surtout la vaste cave à vin avec son espace de dégustation.

Pour recevoir ses amis, Eva Longoria pourra aussi compter sur une maison d'hôte attenante, avec sa propre cuisine haut de gamme et quatre chambres supplémentaires. Enfin, la propriété est vendue avec sa piscine chauffée bleu lagon, une grande terrasse ombragée où peuvent jouer les enfants, et un garage disposant de trois places de parking.

Deux stars déjà multi-propriétaires

Tom Cruise devrait se remettre facilement de la perte de ce morceau de patrimoine, qui n'était que l'un de ses nombreux actifs immobiliers. Dans la même région, l'acteur de 53 ans dispose en effet... Cliquez ici pour lire la suite

Léo Monégier