BFM Patrimoine

Epargne: la collecte sera maigre en 2014 et 2015

Les rendements de l’épargne vont rester déprimés.

Les rendements de l’épargne vont rester déprimés. - Philippe Huguen - AFP

Cette année, les montants déposés par les ménages français sur les principaux placements financiers devraient atteindre 76 milliards d'euros, selon une étude de PAI Conseil publiée ce 22 septembre. Ils ont atteint jusqu'à 137 milliards d'euros en 2006.

Si l'épargne des Français rebondit, nous sommes loin des niveaux des années 2000. Les montants déposés par les Français sur les principaux placements financiers ( livrets, PEL, assurance-vie...) vont atteindre 76 milliards d'euros en 2014 (contre 74 milliards en 2013) et 79 milliards d'euros en 2015, selon une étude du cabinet PAIR Conseil, publiée ce 22 septembre. En 2001, les flux financiers des ménages avaient atteint 113 milliards d'euros et même 137 milliards d'euros en 2006 et 2007.

Si en août, la Banque de France publiait un taux d'épargne des ménages en hausse – 15,9% au premier trimestre 2014 contre 15,1% en moyenne en 2013 et 15,3% en 2012 – c'est que le taux d’épargne élevé des ménages correspond à un souci de désendettement. "Si vous utilisez votre revenu pour rembourser des crédits plutôt que pour consommer, vous épargnez au sens de la comptabilité nationale. Idem si les ménages ont moins recours au crédit ça fait monter leur taux d’épargne", nous explique Cyril Blesson, associé chez PAIR Conseil.

Des taux bas

Si les placements financiers, eux, font toujours grise mine, c'est pour une raison simple: l'épargne rapporte peu et cela va durer. "Le taux du livret A resterait stable à 1% début 2015 grâce à une légère remontée de l’inflation. Les rendements des produits bancaires (super-livrets, comptes à terme) vont rester très bas. Les rendements des fonds en euros d’assurance vie vont eux aussi poursuivre leur baisse", peut-on lire dans l'étude de PAI Conseil.

Pour autant, les Français s'adaptent. Si certains vont choisir de laisser leur argent sur des comptes courants, d'autres choisissent le PEL et l'assurance-vie. La collecte du PEL devrait atteindre près de 16,5 milliards d'euros par an en moyenne sur 2014 et 2015, contre seulement 1,6 milliard en 2012. L'assurance-vie, elle, pourrait représenter 50% des nouveaux flux financiers.

D. L.