BFM Patrimoine

Des hackers font fortune en piratant des transactions immobilières

Des vols en série pour un magot de plusieurs millions d'euros. Un nouveau type de piratage fait de plus en plus parler de lui en ce moment dans les médias britanniques...

Des vols en série pour un magot de plusieurs millions d'euros. Un nouveau type de piratage fait de plus en plus parler de lui en ce moment dans les médias britanniques... - BFM Business

Plus de 10 millions d’euros, c’est le butin qu’auraient ramassé ces "hackers de l'immobilier", qui font la une des journaux britanniques. Malheureusement, ce type d'attaques touche aussi la France.

Les affaires de piratage informatique se multiplient un peu partout dans le monde. Et elles n’épargnent désormais aucun secteur. Même l’immobilier, comme le rappelle The Telegraph dans un article publié début janvier.

Selon le journal britannique, ce phénomène prend de l’ampleur en Grande-Bretagne. La technique des hackers est simple: ils traquent les échanges de mails entre les agents immobiliers et leurs clients (vendeurs ou acheteurs), observent l'avancée des négociations et surtout de la transaction. Et au moment où le paiement doit intervenir, ils se font passer pour l'agent ou le vendeur.

Les hackers envoient ainsi un mail à l'acheteur en lui expliquant que les coordonnées bancaires pour recevoir les fonds viennent de changer, de sorte que les sommes dues soient versées directement sur le compte du hacker. Tout se passe tellement vite que les acteurs du deal n’y voient que du feu. Entre temps, l’argent et le pirate se sont envolés dans la nature.

En moyenne 150.000 euros dérobés par transaction

À ce jour, une centaine d'affaires de ce type ont été recensées outre-Manche, indique The Telegraph. Une escroquerie qui aurait en tout cas rapporté au moins 10 millions de livres (13 millions d’euros) aux pirates, avec en moyenne près de 148.000 euros dérobés sur chaque transaction piratée. Dernièrement, deux vols ont été recensés... en seulement une semaine. Montant total du préjudice: 330.000 euros!

Malheureusement, ce type d’arnaque touche également la France... Cliquez ici pour lire la suite

Marie Coeurderoy, édité par Julien Mouret