BFM Patrimoine

Crowdfunding ou comment investir de petites sommes dans l'immobilier

L'investissement de base se situe autour de 1.000 euros.

L'investissement de base se situe autour de 1.000 euros. - Eric Cabanis - AFP

GERER SON PATRIMOINE - Le financement participatif se développe de plus en plus. Et il est aujourd'hui possible d'investir de petites sommes pour financier des projets immobiliers.

Envie d'investir dans l'immobilier sans se lancer dans un achat immobilier ou sans trop débourser? C'est possible. La tendance du crowdfunding s'étend de plus en plus à l'immobilier. La preuve, une nouvelle plateforme vient de voir le jour. Anaxago, comme d'autres, permet de financer des projets immobiliers.

Dans le détail, rien de plus simple. Il suffit, pour le particulier, de trouver le projet qui l'intéresse. Il pourra demander de la documentation complémentaire, ainsi que de rencontrer le promoteur. L'investissement de départ se situe à 1.000 euros.

Si le projet choisit ne récolte pas la somme voulue, il est tout simplement abandonné, et l'investisseur n'a pas à verser la somme promise. En revanche, si le montant est récolté, le particulier verse l'argent promis. "Imaginons un projet qui coûte 100. La banque verse 40, le promoteur 40 et le financement participatif complète les 20 restants", explique Jean-Baptiste Vayleux, dirigeant de Lymo, plateforme qui a la particularité de ne pas demander de frais de gestion.

A la fin, l'investisseur récupère sa somme d'argent avec une plus-value de 10% environ. L'investissement pour le crowdfunder ne doit pas excéder 36 mois.

Retard de chantier

Néanmoins, il existe des risques, explique Joachim Dupont, associé chez Anaxago. "Le chantier peut prendre du retard et il existe également un risque de dérapage de coût".

Des risques dont les investisseurs doivent être conscients mais pas forcément s'inquiéter. En effet, Anaxago, par exemple, s'est associé avec SFS, un groupe spécialisé dans le courtage et le conseil en assurance construction et réassurance. Ce groupe "s'occupe d'accorder les assurances Dommages-ouvrages et les garanties financières d'achèvements".

Par ailleurs, malgré un taux de précommercialisation "de 25 à 60%", il est possible que le bien immobilier ne soit pas vendu tout de suite. Dans ces cas-là, le bien est loué.

Et enfin, le dirigeant de Lymo précise qu'en finançant un projet dans l'immobilier, l'investisseur n'est pas propriétaire immobilier. Ce qui ne l'empêche pas de déclarer les revenus qu'il a gagné lors de sa déclaration d'impôt sur le revenu.

Diane Lacaze