BFM Patrimoine

Crise du logement à Paris: les bureaux vides à la rescousse?

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2016, l'Assemblée nationale a voté la semaine dernière une mesure fiscale destinée à faciliter la transformation de bureaux vacants en logements.

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2016, l'Assemblée nationale a voté la semaine dernière une mesure fiscale destinée à faciliter la transformation de bureaux vacants en logements. - Fred Dufour - AFP

Face à la pénurie de logements que connaissent certaines villes de France, une mesure a été votée pour faciliter la transformation de bureaux vacants en habitations. Les communes où le besoin est le plus fort sont en première ligne.

Transformer des bureaux vides en logements, une des réponses possibles au manque de logements en France, n'est pas une opération anodine. Surtout pour les propriétaires des locaux, obnubilés par les objectifs de rentabilité et le risque locatif. Sur le plan technique, les professionnels redoutent également de mauvaises surprises liées à d'éventuels travaux, qui viennent alourdir la facture.

Ainsi, pour inciter les investisseurs à effectuer de telles démarches, l'Assemblée nationale a voté la semaine dernière une mesure fiscale dans le projet de budget 2016. Celle-ci prévoit une exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties, sur délibération de la collectivité territoriale concernée, pour tout bureau transformé en logement.

L'amendement adopté a été déposé par la rapporteure générale du budget Valérie Rabault (PS) au nom de la commission des Finances, et porté en particulier par Sandrine Mazetier et Annick Lepetit.

Une mesure indispensable

"Une telle mesure est indispensable pour faire face à la pénurie de logements que connaissent de nombreuses communes, en particulier Paris", ont fait valoir les deux élues.

Dans la capitale française, zone dite "tendue", les prix de l'immobilier ancien ont retrouvé la barre symbolique des 8.000 euros du mètre carré. Habiter à Paris est donc relativement cher comparé à d'autres grandes villes comme Lyon (3.300 euros/m2) ou Marseille (2.390 euros/m2), conséquence du déséquilibre entre l'offre et la demande de logement.

Autre chiffre très frappant: en 2014, le parc vacant de bureaux à Paris (environ 820.000 m2) représentait 5% du parc total de plus de 1.000 m2, selon l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur). Ses surfaces sont réparties sur 217 adresses.

> Les surfaces de bureaux à Paris en 2014

Selon l'Anur, 217 immeubles de bureaux de plus de 1 000 m² étaient vacants en 2014, soit une surface totale d’un peu plus de 800.000 m2.
Selon l'Anur, 217 immeubles de bureaux de plus de 1 000 m² étaient vacants en 2014, soit une surface totale d’un peu plus de 800.000 m2. © Apur, HBS Research

(En rouge: les bureaux vacants)

"Nouvelle avancée de la gauche"

La transformation de bureaux en logements avait été annoncée par Anne Hidalgo l'an dernier, alors qu'elle briguait la mairie de Paris. Entre 2001 et 2012, seuls 380.000 m² de bureaux ont été autorisés à... Cliquez ici pour lire la suite

Retrouvez les prix au m² ville par ville, partout en France

null

Julien Mouret et Léo Monégier