BFM Patrimoine

Crédit immobilier: pourquoi les taux devraient rester très bas

En ce début d'année, les renégociations de crédit immobilier ont représenté seulement 15% des demandes de prêts.

En ce début d'année, les renégociations de crédit immobilier ont représenté seulement 15% des demandes de prêts. - Patrick Kovarik - AFP

Les banques ne sont presque plus sollicitées pour des renégociations de prêts. Elles ne misent donc plus que sur les nouveaux emprunteurs pour assurer leurs objectifs de production de crédit, et n'ont d'autre choix que de continuer à proposer des taux attractifs.

Bien que pour l'heure très mesurée, l'inflexion de la courbe des taux d'intérêt commence à se faire sentir chez les banques, qui sont de moins en moins sollicitées par des emprunteurs cherchant à renégocier les conditions de leur crédit immobilier. C'est ce qui ressort d'une étude du courtier Vousfinancer.com, selon laquelle la part des renégociations frôle désormais la barre des 15%, alors que ces dernières représentaient jusqu'à la moitié des demandes de crédit en 2015 (et encore 25% en 2016).

Les dernières statistiques de la Banque de France font même état de renégociations records en novembre 2016, leur part atteignant près de 60%. Selon Vousfinancer, l'annonce de la fin de la baisse des taux a poussé les retardataires à enfin renégocier leurs crédits. Du coup, en ce début d'année 2017, les renégociations sont en chute libre.

Les taux devraient rester très bas

D'où la conviction des courtiers que les taux d'intérêt vont rester bas malgré la légère remontée amorcée fin 2016. Pourquoi? Si la demande de prêts est historiquement dynamique, les banques ne peuvent plus compter que sur les nouveaux emprunteurs pour assurer leurs objectifs de production de crédits. Elles vont donc devoir...

Cliquez ici pour lire la suite

Marie Coeurderoy édité par J.Mo.