BFM Patrimoine

Crédit immobilier: baisse historique des apports personnels

Selon une étude de Meilleurtaux, les Français apportent de moins en moins de fonds personnels pour leur prêt immobilier.

Selon une étude de Meilleurtaux, les Français apportent de moins en moins de fonds personnels pour leur prêt immobilier. - Patrick Kovarik - AFP

Selon une étude de Meilleurtaux, le niveau de l'épargne mobilisée pour financer une acquisition s'est réduit pour la première fois depuis 2004. Merci qui?

Depuis plus de dix ans, on n'a jamais acheté aussi facilement qu'aujourd'hui. D'abord parce que "c’est la première fois depuis 2004 que l’apport moyen enregistre une baisse et qui plus est aussi élevée", explique le courtier en crédit Meilleurtaux dans une étude publiée ce lundi 23 novembre.

Le montant de l'apport reste certes élevé, à plus de 50.000 euros, (57.735 euros très exactement), mais celui-ci s’élevait pour l’année 2014 à près de 69.000 euros. Soit une baisse non négligeable de plus de 10.000 euros, précise le courtier en crédit.

Conséquence de la baisse des taux

Certes, le montant du prêt bancaire augmente d'autant, dépassant les 180.000 euros en 2015 (quelque 3.000 euros de plus que l'an passé). Mais au final, les acquéreurs mettent de moins en moins d'argent sur la table. Pourquoi? 

Pour Meilleurtaux, il faut regarder du côté de la baisse historique des barèmes des taux d'intérêt. Ce repli salutaire pour les emprunteurs a ainsi permis à ces derniers de "financer des surfaces équivalentes en empruntant une somme légèrement supérieure mais en réduisant considérablement le recours à l'apport personnel", analyse Maël Bernier, porte-parole du courtier.

"Cela veut dire d'abord que des gens ont pu rentrer sur le marché immobilier avec moins d'apport" et que d'autres "qui étaient déjà éligibles à l'emprunt immobilier ont décidé d'aller moins piocher dans leur épargne", ajoute l'experte à l'antenne d'Europe 1. Le coût des transactions augmente légèrement Dans le même temps, le coût des transactions immobilières a légèrement augmenté, pour atteindre 249.406 euros en moyenne en 2015, soit 1.772 euros de plus qu'en 2014. Une moyenne qui ne saurait cacher d'importantes disparités... Cliquez ici pour lire la suite

Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de 100 banques

null

Léo Monégier