BFM Patrimoine

Colocation: dans quelles villes cohabiter coûte le moins cher

Quelles villes européennes proposent les loyers de colocation les moins chers ? Selon une étude réalisée par le site Appartager.com, mieux vaut éviter Londres ou Paris...

Quelles villes européennes proposent les loyers de colocation les moins chers ? Selon une étude réalisée par le site Appartager.com, mieux vaut éviter Londres ou Paris... - Frank Perry -AFP

Trouver un logement en colocation à prix cassés en Europe relève de l'exploit. Mais après avoir passé au crible vingt villes universitaires de France, du Royaume-Uni, d'Italie et d'Espagne, le site Appartger.com en a trouvé trois où on peut s'en sortir à moins de 250 euros par mois.

Voilà un rapport que les candidats à la colocation ont plutôt intérêt à consulter avant de se lancer dans l’aventure. Un site Internet spécialisé a fait le point hier sur le coût de la colocation en Europe, passant au crible 20 villes dans 4 pays : Royaume-Uni, France, Italie et Espagne.

Sans grande surprise, Londres affiche les prix les plus élevés sur le Vieux Continent. Selon une étude réalisée par les sites Appartager.com et Easyroomate.com, il faut débourser en moyenne 949 euros par mois pour vivre en colocation dans la capitale britannique. Un loyer en hausse de 6,8% par rapport à 2014.

A Edimbourg, où les prix sont un peu plus abordables qu’à Londres, comptez en moyenne 625 euros par mois pour vous loger. Comme son homologue, la capitale écossaise a vu ses prix flamber en un an (+13,4%).

"Cette hausse des prix est notamment due à la forte tension du marché de la colocation. La demande de chambres augmente alors que l’offre en logements disponibles reste faible à Londres (9 demandes pour 1 offre) et Édimbourg (10 demandes pour 1 offre)", a expliqué le leader français de la colocation en ligne.

Paris mauvais élève

En 3e position figure Paris, avec un coût de la colocation estimé à 562 euros. Pas étonnant non plus. Toutefois, malgré une forte demande, les prix ont augmenté de façon modérée (+0,9%). Viennent ensuite... Cliquez ici pour lire la suite de l'article.

Julien Mouret