BFM Patrimoine

Cet investissement rapporte 2 fois plus que l'immobilier locatif classique

Les investisseurs raffolent des résidences pour seniors, selon une étude de Savills.

Les investisseurs raffolent des résidences pour seniors, selon une étude de Savills. - Georges Gobet - AFP

L'investissement dans les maisons de retraite médicalisées a bondi de 60% en Europe au premier semestre. Un actif plébiscité notamment pour sa fiscalité avantageuse et son rendement attractif. Mais ce dernier a tendance à s'effriter. Explications.

Les maisons de retraite médicalisées ont le vent en poupe. Au premier semestre 2016, le montant total investi dans ces résidences seniors a atteint les 2,6 milliards d'euros en Europe. C'est 60% de plus que l'année dernière à la même époque, selon une étude du groupe de services immobiliers Savills. La France se positionne en tête des pays les plus actifs au premier semestre 2016 avec 878 millions d'euros investis, suivie par l'Allemagne (870 M€), le Royaume-Uni (244 M€), la Finlande (218 M€), le Pays-Bas (175 M€) et la Suède (116 M€).

Il faut dire que ce type d'investissement, qui consiste à acheter un lot en vue de le louer à un exploitant, procure de nombreux avantages comparé à l'immobilier locatif classique. Les maisons de retraite médicalisées "permettent d'abord de se diversifier tout en évitant la concurrence féroce régnant sur d'autres catégories d'actifs traditionnels", souligne Lydia Brissy, Directrice des études Europe chez Savills.

Par ailleurs, elles offrent une visibilité à long terme, notamment celle des changements démographiques, ajoute la dirigeante. Selon elle, la population européenne vieillissante, associée au type et au niveau de revenu des retraités du baby boom, explique le besoin grandissant d'établissements de santé offrant un vaste choix de services et d'aides. En 2025, plus de 20% des Européens seront âgés de 65 ans et plus, tandis que la population âgée de 85 ans et plus passera de 14 millions actuellement à 19 millions en 2020, et à 40 millions en 2050, prédisent les auteurs de l'étude.

Gestion simplifiée, fiscalité attractive et rendement... en baisse

Autre argument, et pas des moindres, avancé par les professionnels: la gestion avec les locataires. L'immobilier géré d'une manière générale (Ehpad, logements étudiants, résidences de tourisme...) assure à l'investisseur le versement d'un loyer récurrent, "les baux étant généralement signés pour une première période comprise entre 10 et 12 ans", a déclaré sur BFM Business Benjamin Nicaise, président de la plate-forme dédiée à l'investissement immobilier Cerenicimo.

La fiscalité est également un critère important aux yeux du spécialiste. Alors que l'immobilier traditionnel est soumis à l'impôt sur les revenus fonciers, pouvant atteindre au global un taux de 45%, l'immobilier géré permet de...

Cliquez ici pour lire la suite

Julien Mouret