BFM Patrimoine

Bruxelles voudrait garantir la totalité des dépôts bancaires

Bruxelles estimerait "insuffisantes" les garanties d'Etat des dépôts à 100.000 euros

Bruxelles estimerait "insuffisantes" les garanties d'Etat des dépôts à 100.000 euros - -

Selon le Handelsblatt de ce mardi 14 mai, la Commission européenne proposerait de garantir l'ensemble des dépôts bancaire en cas de faillite des établissements. Cette garantie est actuellement limitée aux dépôts inférieurs à 100.000 euros.

C'est une initiative qui, si elle est mise en œuvre, risque d'être difficile à concrétiser sur le long terme. Selon le Handelsblatt , ce mardi 14 mai, Bruxelles devrait proposer une modification des directives européennes afin de garantir l'intégralité des dépôts bancaires.

Bruxelles juge en effet que les garanties d'Etat, qui protègent actuellement les dépôts dans une limite de 100.000 euros, sont insuffisantes, explique le journal qui affirme avoir pris connaissance d'un document européen.

La raison ? "Si les détenteurs de grands comptes devaient craindre une expropriation en cas de crise dans leur banque, ils se rueraient aux guichets pour vider leur dépôts", ce qui pourrait être de nature à menacer la stabilité financière d'un pays, explique le Handelsblatt.

Selon le journal, Bruxelles militerait pour "une préférence" pour l'ensemble des déposants. Cette question doit être discutée ce mardi, lors de la réunion des ministres des Finances de l'Union européenne (Ecofin) à Bruxelles, affirme le journal. Elle fait néanmoins débat en Europe. Certains pays, dont la France, seraient opposés à la protection totale des épargnants.

Des dépôts bancaires déjà mis à mal

Dans le récent sauvetage de Chypre, les Européens ont déjà eu énormément de mal à respecter le principe de garantie des dépôts inférieurs à 100.000 euros. Une taxation de tous les dépôts bancaires a été envisagée, avant de revenir sur cette proposition initiale pour ne taxer que les dépôts inférieurs à 20.000 euros.

Au final, la taxe sur les dépôts bancaires a été abandonnée, les Européens ayant finalement décidé d'apurer le lourd secteur bancaire du pays. Cette décision a permis de préserver les dépôts inférieurs à 100.000 euros, mais a, en revanche, occasionné de lourdes pertes pour les autres (de 40 à 60%).

Les atermoiements des Européens à trouver une solution convenable ont été critiqués. Même le très prudent président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a jugé "pas malin" les premières propositions qui ignoraient le principe de garantie des dépôts inférieurs à 100.000 euros.

A terme, l'Union bancaire, discutée ce mardi à Bruxelles entre les ministres des Finances, est censée aboutir à un mécanisme commun de garantie des dépôts. Celui-ci est néanmoins le plus difficile à faire accepter par l'ensemble des 27.

J.M. avec AFP