BFM Patrimoine

Alain Dinin: "la construction d’un logement génère deux emplois".

Le PDG de Nexity Alain Dini sur le plateau de Good Morning Business ce 21 mars.

Le PDG de Nexity Alain Dini sur le plateau de Good Morning Business ce 21 mars. - -

François Hollande doit présenter son plan d’urgence sur le logement ce 21 mars. Un plan que les professionnels attendent avec impatience. Comme Alain Dinin, PDG de Nexity, qui était invité de BFM Business ce jeudi.

Les professionnels l’affirment, cette année est la pire des 50 dernières écoulées sur le front de l’immobilier. Le pouvoir politique se saisit donc du problème : le chef de l'Etat dévoile ce jeudi 21 mars un plan d'urgence pour le logement. A cette occasion, le PDG du groupe immobilier Nexity, Alain Dinin, a détaillé sur BFM Business les mesures qu’attend le secteur.

Il constate d’abord qu’après une année 2012 morose, les mises en chantier en 2013 seront "au point le plus bas depuis 50 ans", à un peu moins de 300.000 constructions. Loin des 500.000 par an souhaitées par l'Etat, se désole le patron de Nexity.

En 2007, avant la crise, les 425.000 mises en chantiers avaient ainsi représenté un demi-point de croissance supplémentaire, rappelle-t-il. En outre, une relance du logement génère des recettes de TVA et des économies sur l’assurance chômage puisque, selon Alain Dinin, "la construction d’un logement génère deux emplois".

70% des permis de construire marseillais font l'objet de recours

A priori, le gouvernement ne compte pas remettre en place les aides fiscales supprimées par son prédécesseur. En l’absence de nouvelles perfusions, d’autres propositions sont évoquées, comme la limitation des recours des particuliers contre les promoteurs.

"Il faut redéfinir les modalités de dépôt d’un recours", estime Alain Dinin. Il cite l’exemple de Marseille où "70% des permis de construire sont bloqués par recours". Cela implique quatre ans de procédure administrative au terme desquels "98% de ces recours sont jugés non-pertinents", s’indigne-t-il.

Si on arrive à raccourcir les délais, il y aura une plus grande fluidité sur les permis de construire, les terrains constructibles seront donc "moins rares et moins chers".

Taxer les terrains à détention longue

Autre mesure évoquée : un moratoire de certaines normes pendant deux ans. Par exemple les normes "handicapés" doivent être respectées dans 100% des logements étudiants. Pour Alain Dinin, "ce n’est pas raisonnable". Il vaudrait mieux, selon lui, les respecter sur une large proportion de logement, mais pas sur la totalité.

Le professionnel formule par ailleurs des propositions. Il appelle par exemple à remettre en vigueur la taxation des terrains à détention longue pour inciter les propriétaires de terrains vides à les vendre rapidement à des promoteurs.

Il souhaite également que les dépôts des assurances-vie soient utilisés pour construire du logement. Enfin, un taux de TVA réduit paraîtrait censé à celui qui rappelle qu’en Allemagne, "il n’y a pas de TVA sur le logement".

N.G. et BFM Business