BFM Patrimoine

Acheter une église pour y habiter, est-ce une bonne affaire?  

D'ici à 2030, entre 5 et 10% des bâtiments de culte devraient être mis sur le marché.

D'ici à 2030, entre 5 et 10% des bâtiments de culte devraient être mis sur le marché. - GK- SensYonne- Flickr - CC

Par manque d’argent, l’Eglise et les collectivités se séparent de leur patrimoine religieux. Ces trésors de l’architecture sont souvent proposés à des prix abordables… mais les travaux font rapidement grimper la note.

La France, l'un des plus gros détenteurs de patrimoine religieux au monde avec quelque 100.000 bâtiments, se déleste progressivement de ses trésors. Par manque d'argent, leurs propriétaires, majoritairement les collectivités locales mais aussi évidemment l'Eglise, n'hésitent plus à mettre ces pans de leur patrimoine en vente. Résultat : chaque année, ce sont entre 10 et 20 chapelles ou églises qui sont mis en vente. Une tendance qui n'est pas prête de s'inverser, selon l'Observatoire du patrimoine religieux : 5 à 10% des 100.000 bâtiments recensés seront vendus, détruits, et voire même abandonnés d'ici à 2030.

Une chapelle transformée en... boîte de nuit !

Qui peut s'offrir ces trésors de l'architecture ? Aussi bien une institution qu'une entreprise, ou qu'un particulier. Et qu'importe leur dessein, ou presque : une chapelle jésuite du nord du pays a même été transformée en boite de nuit. Seule condition, l'église doit d'abord avoir été désacralisée, après l'autorisation d'un évêque et du préfet. Face à l'explosion de ce nouveau marché, certains professionnels de l'immobilier s'en sont fait une profession.

C'est le cas du réseau Patrice Besse, spécialiste de l'immobilier de prestige, mais qui propose sur son site une trentaine d'annonces concernant des biens religieux. Ainsi, cette église de 1860 en plein cœur de Nantes, en pierre de taille et rehaussée de métal et de verre. D'une surface de 853m², ce bien atypique entièrement repensé par un architecte cherche preneur moyennant 899.000 euros. Dans un tout autre style, c'est un prieuré de 650 m2 datant du 14ème siècle avec ses dépendances, qui est à vendre dans l'Orne. A un prix beaucoup plus abordable : 190.000 euros. Mais cette fois-ci, ce sera au futur propriétaire de rénover les lieux. Et celui-ci est prévenu : il y a du travail.

Le coût des travaux, un élément à bien peser

Le coût des travaux s'avère en réalité le principal frein à de telles acquisitions. Ceux-ci, coûteux, sont presque toujours à prévoir. Et il ne s'agit pas de les réaliser n'importe comment. Pour lire la suite cliquez ici 

Marie Coeurderoy