BFM Patrimoine

Allocation d’actifs: dans quels secteurs investir d’ici la fin de l’année?

Pour échapper à l’instabilité qui chamboule les marchés, les investisseurs ont tout intérêt à effectuer un arbitrage précis en matière d’allocation d’actifs. Jean-François Robin, Responsable de la stratégie et de la recherche économique au sein de Natixis, revient sur les points qu’il convient d’observer.

Invité sur le plateau d’Intégrale Placements jeudi 22 août, Jean-François Robin rappelle que la conjoncture économique varie actuellement sensiblement d’un pays à l’autre, mais que certains secteurs qui dépendent de « lignes de fractures » doivent être observés de près.

« Si l’on veut avoir une allocation d’actifs, il faut quand même se donner un scénario central. Nous sommes dans l’idée que des éléments structurants, en particulier la guerre commerciale, ne sont pas du tout terminés. Et surtout, quand bien même il y aurait un accord avec la Chine, on sent bien qu’il pourrait y avoir des pressions vis-à-vis de l’Europe. Tant que Trump est là, nous aurons ce genre de schémas. Il faut se projeter dans un monde où les chaînes de création de valeurs, où les chaînes de production des entreprises, vont de nouveau se régionaliser. Cela veut dire que les pays qui sont très dépendants de la globalisation comme l’Allemagne ou la Corée du Sud, très dépendants de chaînes de production très intégrées, sont peut-être des pays qui vont être amenés à consolider pendant un moment ».

Et de poursuivre : « A l’inverse, on sent bien que des pays qui sont plus intégrés ou qui ont un marché domestique plus large ou plus diversifié, comme la France sont désormais mieux placés que l’Allemagne par exemple ». Cette dernière étant, selon lui, « nettement moins bonne élève et en même temps la France est une des grandes puissances agricoles. C’est une puissance touristique, de consommation, etc. Finalement, on se retrouve avec une économie assez diversifiée ».

La consommation en portefeuille

De l’avis de Jean-François Robin, les investisseurs ont donc en effet aujourd’hui tout intérêt à se tourner du côté de la consommation par exemple. « Qu’est-ce qui a gagné dernièrement ? C’est la consommation », souligne le Responsable de la stratégie de Natixis pour qui tout ce qui est lié à ce secteur doit alerter les investisseurs au moment de structurer leur portefeuille. Mais pas que. Pour l’expert : « Le retail n’est pas mort. La consommation, le retail… Ce sont des secteurs qui sont là ».