BFM Business

L'agriculture ne veut pas être la grande oubliée du plan de relance gouvernemental

La présidente de la FNSEA a comptabilisé les besoins d'investissement à un milliard d'euros pour le secteur agricol, dans le cadre du plan de relance.

La présidente de la FNSEA a comptabilisé les besoins d'investissement à un milliard d'euros pour le secteur agricol, dans le cadre du plan de relance. - Philippe HUGUEN © 2019 AFP

L'agriculture a besoin d'aides d'urgence pour faire face à la sécheresse "exceptionnelle" et espère aussi être incluse dans le plan de relance de l'économie française pour accélérer la transition climatique et la souveraineté alimentaire du pays.

L'agriculture, qui souffre de la sécheresse actuelle, ne veut pas être la grande oubliée du futur plan de relance de l'économie présenté par le gouvernement à la fin du mois d'août et portant sur 100 milliards d'euros .

Concernant l'investissement, "il y avait déjà une demande de l'agriculture dans le cadre du plan de relance, elle est toujours là" a ajouté la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert sur France Inter. "Nous avons comptabilisé les besoins à un milliard d'euros", a avancé la responsable du principal syndicat agricole.

"Aujourd'hui, on importe 50% de nos tomates et fraises"

"Le président de la République a parlé souveraineté alimentaire et on importe aujourd'hui 50% de nos tomates, de nos fraises", a-t-elle noté en demandant les "moyens de produire" en France.

Pendant le confinement "sans pénurie", les agriculteurs "ont été au rendez-vous, les assiettes ont été pleines" a fait valoir Madame Lambert, "mais les filières ont souffert, et il y a aujourd'hui des coûts supplémentaires (de production, NDLR) en raison des gestes barrière, de la distanciation sociale, il y a l'emballage et des coûts qu'il faut assumer".

La sécheresse touche 72 départements

Alors que l'agriculture française souffre de la sécheresse, la FNSEA devrait indiquer vers le 20 août le montant estimé des besoins pour les aides d'urgence (aides à la trésorerie, allègement de taxes sur le foncier non bâti, report de cotisations sociales, échelonnements bancaires...) pour compenser les pertes de revenus, a déclaré la président du syndical agricole Christiane Lambert sur France Inter.

La sécheresse sur 72 départements, touche "les trois quarts" des 450.000 agriculteurs en France, a-t-elle estimé.

F.B. avec AFP