BFM Business

Le Royaume-Uni va davantage aider les entreprises dans les régions en alerte "élevée"

Image d'illustration - Une terrasse de pub et une rue de Londres désertes, en août 2020.

Image d'illustration - Une terrasse de pub et une rue de Londres désertes, en août 2020. - Tolga AKMEN / AFP

Le gouvernement s'apprête une nouvelle fois à compléter son dispositif d'aide à d'emploi, pour soutenir les pubs et restaurants dont l'activité chute en raison des restrictions.

Le gouvernement britannique s'apprête à dévoiler ce jeudi de nouvelles mesures d'aide pour protéger les emplois et aider les entreprises dans les zones qui sont en niveau d'alerte "élevé" face à la pandémie, comme les villes de Londres et Birmingham.

Le ministre des Finances Rishi Sunak va présenter ces annonces à la mi-journée devant le Parlement, avec pour objectif de donner un coup de pouce aux pubs et restaurants dont l'activité chute en raison des restrictions.

Les régions placées au deuxième des trois niveaux d'alerte ne bénéficient pour l'heure pas du même soutien financier que celles en alerte "très élevée" où les bars et pubs ne servant pas à manger doivent fermer.

Ces nouvelles mesures seront dévoilées dans un contexte de tensions entre le Premier ministre conservateur Boris Johnson et la ville de Manchester (Nord-Ouest), qui est en alerte "très élevée" et se voit demander de mettre en place des restrictions drastiques.

"Ce que nous avons toujours dit c'est que nos mesures de soutien sont flexibles et examinées en permanence afin qu'elles soient adaptées à l'évolution de la situation", selon un porte-parole du ministre des Finances.

Les deux-tiers des salaires pris en charge par l'Etat

Ce dernier s'apprête donc une nouvelle fois à compléter son dispositif d'aide à d'emploi, près de deux semaines après de précédentes mesures consistant à indemniser les deux tiers des salaires dans les entreprises qui ne peuvent pas ouvrir en niveau d'alerte "très élevé".

Au-delà, le Trésor avait déjà décidé de remplacer pour six mois, à partir de début novembre, le dispositif de chômage partiel par un mécanisme moins coûteux qui demandera plus de contributions des entreprises et sera ouvert seulement aux salariés à temps partiel.

Le Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe par la pandémie de nouveau coronavirus, fait face à une sévère seconde vague qui a poussé le Pays de Galles à mettre en place un confinement de deux semaines à partir de vendredi.

C.C. avec AFP